Les savoir-faire ruraux demandés en ville

  • Commentaires de la publication :0 commentaire

baam-1

   Une nouvelle boutique vient d’ouvrir dans le centre piétonnier de Bourg en Bresse. Sous l’enseigne « BAAM »*, elle propose de l’artisanat et de l’art. En façade, un triptyque, évoquant la terre, le bois et le dessin, informe de la présence de deux créatrices pour deux univers. En effet, Margaret Steel, dessinatrice, s’est associée à Anne Astrid Brunet, céramiste, pour proposer leurs œuvres dans une zone de chalandise plus « fréquentée ». Les deux artistes ont un parcours similaire : la britannique Margaret est installée à Drom depuis 25 ans. Avec Tony, son mari ébéniste d’art, elle créée des meubles uniques, mais aussi des tableaux que l’on peut admirer dans leur galerie. La Bressane Anne Astrid a son atelier à Marboz ; les deux artistes se connaissent depuis une dizaine d’années : elles œuvrent ensemble au bureau de l’Association des Métiers d’Art de l’Ain (AMAA), à l’origine du salon biannuel des métiers d’art, à Bourg, après une participation régulière à la foire de Bourg (où une animation spécifique réunissait les artisans d’art grâce à la participation de la Chambre des Métiers de l’Ain).

Une rue réouverte à l’animation

   C’est dans le cadre que l’AMAA a été contactée par l’Agglomération de Bourg, désireuse de revitaliser le centre-ville, et plus particulièrement la rue Thomas Riboud, avec l’appui de la Chambre des Métiers et de la ville de Bourg. Si Anne-Astrid révèle « il y a longtemps que j’en avais envie », Margaret avoue plutôt « je n’y avais jamais pensé ! ». Après une rapide cogitation, Anne-Astrid prend une option sur un local « quand je réfléchis trop, je ne fais pas les choses » et entraîne Margaret dans l’aventure. Les travaux sont fait sans l’électricité, mais le local est conforme aux normes actuelles et ouvre le jour J. La cohabitation se révèle positive et fructueuse ; « pourquoi je n’y avais pas pensé ? » se demande Margaret, pourtant habituée à partager des animations avec la céramiste.

  En face, c’est un mosaïste des Dombes, Thierry Geoffroy, qui s’est installé dans les mêmes conditions ; et la collectivité dispose encore d’autres locaux destinés à spécialiser cette rue dans l’art.

   Avec quatre jours d’ouverture par semaine (cinq pendant les fêtes), une nouvelle organisation est trouvée pour Margaret : le travail en atelier se concentrera sur deux journées à Drom, où la Galerie se visite sur rendez-vous. Anne Astrid procède de même, mais a complètement délocalisé à Bourg sa partie exposition et vente. Quant à Thierry, disposant d’un plus grand local, il a aussi importé son atelier.

*BAAM ? Boutique Anne Astrid et Margaret !

baam-3baam-4
baam-5
baam-6
baam-7

baam-2
Les deux complices s’installent au plus près des clients
baam-8

.