Léa Cote change de registre et nous emmène “Aux portes de la mort” . . .

  • Commentaires de la publication :0 commentaire
Après le témoignage, l’infirmière est passée au thriller !   Photo Ekaterina Volynec

  Passionnée d’écriture, l’élève infirmière avait raconté la crise sanitaire “vue de l’intérieur”. Après “Les infirmes d’hier”, elle avait déjà projeté de se lancer dans une fiction. 

  Après un récit autobiographique publié fin 2020, Léa Cote s’est lancée dans un style plus noir et signe aujourd’hui son deuxième livre : “Aux portes de la mort”, thriller qui transporte dans un monde de vérité et de suspens.

Du Revermont à l’océan

  Depuis fin 2020, la jeune infirmière dromnière s’est expatriée à Bayonne, où elle travaille désormais dans un EHPAD (Établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) qu’elle qualifie de “génial, trop cool. Il y a de très bonnes conditions de travail, de direction ; j’aime beaucoup les résidents et les collègues“.

  Mais, si l’écrivaine revermontoise était aussi passionnée par la machine à écrire, depuis ses 15 ans, elle fait désormais crépiter le clavier de l’ordinateur. Souhaitant “un changement de registre, pour voir mes capacités“, Léa se lance alors dans un thriller pour une année d’écriture.  “C’est un peu plus hard, moins mignon“, nous dévoile-t-elle.

  En effet, Gabriel, étudiant en psychiatrie, tombe sur un gros dossier, poussiéreux, où Paul  est présenté comme un dangereux psychopathe qui se livrait à “des expériences, des recherches”. Condamné à vingt ans de réclusion, on n’a plus de nouvelles depuis qu’il a été libéré.

   Il y a aussi Carmen, qui a croisé le chemin de Paul . . . découvrira-t-on ce qu’il y a aux portes de la mort ?

Une passion encore renforcée

   Au fil de ces 270 pages pleines d’émotions où l’on retrouve sa plume si singulière, la jeune soignante a vu sa passion renforcée pour l’écriture. au point qu’elle suit désormais une formation pour obtenir un diplôme d’écrivain public.

En pratique

On peut se procurer le livre au Comptoir Gé-Néral, à Jasseron, ou directement chez l’éditeur : www.thebookedition.com au prix de 10 €

Léa a fait appel à une graphiste, Mathilda Tardieu, pour la couverture des “portes de la mort”

.