Espéranto à DROM 07

On parle et on chante même en Espéranto !

   Depuis quelques semaines, pendant les « TAP » (Temps d’Activité Périscolaires), les Dromignons apprennent l’Espéranto. Pratiquant, propageant et promouvant cette langue, plusieurs personnes de l’association « Espéranto Bourg » viennent ainsi chaque semaine pour un cours qui se veut très ludique. Michel Fontaine, président, nous indique avoir proposé cette prestation à Sylvain Turpin, le maître d’école, suite à un article paru dans les colonnes de Voix de l’Ain : « sa pédagogie correspond tout à fait à l’esprit de l’Espéranto », qu’il qualifie comme « une langue de paix, « alternative » au « tout Anglais » car aucune langue nationale ne peut devenir internationale  ». Il précise alors que « c’est un plaisir de venir à Drom : c’est une classe extraordinaire ». En effet, les élèves progressent très rapidement et sont enthousiastes : « c’est une langue où tous les pays sont réunis », nous confie Margot, en CM1.

   Voulant être un pont entre les cultures, sans remplacer les langues nationales et régionales, l’Espéranto est ainsi une langue très intuitive construite de toutes pièces à partir de racines indo-européennes, avec une grammaire hyper simplifiée où les règles ne connaissent aucune exception. Dans l’alphabet, chaque lettre correspond à un son, et chaque son n’est produit que par une seule lettre ; il comprend donc 22 lettres de notre alphabet latin (on n’y trouve pas le q, le w, le x et le y), complété par 6 lettres (du même alphabet) agrémentées d’un accent circonflexe (le seul accent utilisé) correspondant aux sons non « produits » par des lettres seules (par exemple « ou », ou « ch »).

Une vocation humaniste

   Médecin juif, le docteur Zamenhof habitait à Bialystok (Pologne), alors dans l’empire russe et partagée entre quatre communautés linguistiques (Polonais, Russes, Allemands et Juifs) vivant dans l’affrontement. Dès son adolescence, il souhaite donner une langue commune à l’humanité pour rapprocher les hommes. Après plusieurs essais et 13 années de travail, il propose, en 1887, la langue internationale du docteur « espéranto » (celui qui espère). Cette langue connaît un développement intéressant les premières années, freiné par les conflits mondiaux. Des recommandations sont émises par la SDN (Société Des Nations, « ancêtre » de l’ONU), puis par l’ONU et l’UNESCO, mais se heurtent à la suprématie du Français, puis de l’Anglais. En 2000, le rapport Grin, commandité par le Haut Conseil de l’Evaluation de l’ecole, conclut que l’apprentissage de l’Espéranto est moins cher en coût et en temps (« un professeur peut enseigner l’espéranto à près de dix fois plus d’élèves qu’une autre langue, car le temps d’apprentissage nécessaire est dix fois plus court »).

   Aujourd’hui, on trouve des communautés espérantophones dans 80 pays, et on estime le nombre de locuteurs de un à trois millions répartis sur les cinq continents. La langue est régie par une Académie Mondiale ; quant à l’Association Mondiale d’Espéranto, basée à Rotterdam, elle a organisé son congrès 2015 en France, 100 ans après le premier qui s’était déroulé à Boulogne sur mer.

* : « A l’école de Drom, on apprend l’Espéranto »


Espéranto à DROM par 01250DROM

Espéranto à DROM 01
 Espéranto à DROM 02
 Espéranto à DROM 03

Espéranto à DROM 05

Un enseignant très expressif

Espéranto à DROM 04

Une grammaire hyper-simple

Espéranto à DROM 06

On joint le geste à la parole

Espéranto à DROM 08

. . . et on termine par une dessin animé en version originale non sous-titrée !

.