Taille des Caractères
Le Dromoscope

Articles en stock

Aujourd'hui à Drom

21 novembre 2019, 7 h 21 min
Nuageux
Nuageux
4°C
 

Soyez averti !

Tag Archives: Tunnel

Le tunnel (2ème partie) : un projet interrompu par la guerre, puis repris 125 ans plus tard

Le tunnel de DROM : une visite ludique et pédagogique désormais incontournable

Après la genèse du projet, la suite des aventures du tunnel, dont le percement a été réalisé de 1859 à 1869

Les tranchées inachevées

   Il restait alors à réaliser des tranchées dans la vallée pour y faire converger toutes les eaux : Hippolyte Gouilloux sollicitait de nouveau le Préfet dès janvier 1869. L'étude est lancée à partir de mars 1869 et le projet est soumis à l'Etat courant Juin 1870 ; mais, le mois suivant, la guerre vient annuler tous les espoirs.

   D'autres démarches sont ensuite tentées, jusqu'en 1872, mais le dossier des tranchées est ajourné : l'Etat, ayant déjà largement contribué, considère que la suite de ce chantier devrait être financée par les propriétaires privés concernés, avec l'aide du département.

Efficace quand même !

   En effet, une fissure et un puits, recoupant heureusement le tunnel, suffisent à limiter les inondations préjudiciables de la vallée : reliés au réseau karstique, ils permettent d'évacuer les eaux surabondantes du sous-sol vers la partie aval du tunnel.

1994 / 1997 : finalisation du projet

   Suite aux inondations de 1993, le projet du " canal " est réétudié en 1994, avec le même tracé qu'en 1852 et 1871. Une étude d'impact démontre que, en cumulant toutes les conditions les plus pessimistes, cette réalisation n'occasionne une augmentation du niveau des eaux que de 1 à 3 centimètres dans la vallée du Suran. Le canal est alors inauguré le 10 novembre 1997.

   Désormais, le tunnel est un lieu de visite autant pédagogique que ludique avec les visites organisées par l'AGEK.

Caractéristiques

   Longueur 980 m., dénivelé 15 m.  Le milieu est à environ 90 m. sous la ligne de crête. Le canal permet d'évacuer les eaux d'inondation du village avant qu'elles atteignent un niveau critique ; un fil d'eau se constitue alors sur 2,9 km. avec un dénivelé de 6,40 m. à la première marche du tunnel.

 

Résurgence dans le tunnel

Le canal enfin réalisé

Lors de la crue de 2002

   Pour plus de précision, relire l'article du 20 octobre 2018

Le tunnel de Drom : l’incroyable entreprise d’un Maire pour maîtriser les inondations (1ère partie)

1856 : une contre proposition avec un projet de puits

Hippolyte Gouilloux avait remarqué que les "sources intermittentes de Rochefort" étaient l'exutoire des inondations de Drom.

   Pour remédier aux inondations séculaires qui frappaient la vallée de plus en plus fréquemment et occasionnaient de grands dégâts, Hippolyte Gouilloux, Maire de Drom, avait depuis longtemps imaginé que le moyen infaillible était d'établir un canal au fond de la vallée allant aboutir à la rivière du Suran à Villereversure. En 1852, il entreprit donc les démarches pour amener l'ouverture d'un tunnel, sous la montagne de Javernaz, depuis la vallée de Drom vers " les sources intermittentes de Rochefort " (qui jaillissaient lors des inondations de la vallée de Drom).

   Après des études et des visites sur le terrain, cette idée est admise par les services de l'Etat qui, entre deux tracés, préconisent le plus court, par économie : 980 mètres au lieu de 1 350 ; mais ce projet nécessitera une tranchée en amont. Ce dernier est donc retenu, malgré l'insistance du Maire ; ce dernier ayant toutefois reçu l'assurance que, une fois le tunnel percé‚ " les tranchées ne resteraient pas à faire ".

Un coût démesuré

   Devant le coût considérable d'un tel projet, que la commune ne pourrait pas assumer, même avec une participation de moitié de l'Etat, les ingénieurs décidèrent qu'il serait fait des travaux d'essai ayant pour but de creuser et d'établir des puits absorbants (de part et d'autre de la colline, en cas d'existence d'un lac souterrain, créant ainsi un phénomène de siphon).

   Ces travaux commencèrent en 1855 : le puits perdu de "Glanant" (sur la commune de Villereversure, en dessous de Rochefort) et 1856 : le puits de Fay, à Drom. Dans ce dernier, on tomba dans une grande excavation souterraine à moitié remplie d'eau : le légendaire " Lac sous Drom " ! Mais ces travaux ne furent pas efficaces et le puits fut rebouché.

   En 1858, grâce à l'intervention de M. le Comte Le Hon, député, des premiers fonds étaient débloqués pour commencer le tunnel. Sur un coût total de 106 584,84 F., l'Etat a finalement financé 93 200 F., la Préfecture, 4 000 F. et la Commune a fait tout le reste, tant par impositions extraordinaires que par souscriptions, journées volontaires, prestations, etc.

  Particularité : le tunnel de Drom démarre depuis des terrains appartenant à la commune de Drom, mais situés sur la commune de Ramasse, et il débouche sur une parcelle de terrain public sur la commune de Villereversure.

... la suite dans notre prochaine édition !

La vallée innondée

1852 : le Maire insiste pour un projet plus au nord

La galerie à sec . . .

. . . et en eau !

 

Lu dans la presse (officielle ? )

  Si, dans le dernier mandat, l'idée d'un partenariat avec l'AGEK - Association de Gestion des Espaces Karstiques- (pour la "question" du tunnel) semblait incongrue pour certains élus de Drom, ces derniers ont brusquement fait évoluer les choses depuis avec la signature d'une convention et l'aménagement d'un escalier, permettant une vision plus claire de l'organisation des animations dans ce site.

  Par ailleurs, le regroupement des structures locales dans des entités toujours plus grandes avec des transferts de compétences, aurait pu sembler bénéfique à la commune . . . mais il apparait que certains points ne sont pas si évidents, et le premier édile de la commune n'arrive pas à avoir confirmation à une question pourtant logique.

  Vu dans (une partie de ) la presse locale ( . . . celle qui est régulièrement informée et officiellement conviée par les autorités locales ! ) :

Les années en 9 : Que s’est-il passé il y a 30 ans ?

 

Le nouveau conseil municipal, élu les 12 et 19 mars 1989.

Une nouvelle année en 9 débute : jetons un coup d’œil dans le rétroviseur ! Voyage en 1989 . . .

  Janvier débute avec la création d’une nouvelle association : Patrimoine, dont l’emblème est le campanile. Le mois suivant, devant une centaine de spectateurs, elle présente le film « Si Drom m’était conté », qui relate la vie du village sur une année. En février, lors du repas de chasse des Mousquetaires du Fusil, on apprend que Michèle Blatrix, secrétaire de la mairie et chasseuse depuis deux ans, vient d’abattre un sanglier de 85 kilos qui fonçait sur elle. A la mairie, on refait entièrement la salle de réunion, le perron … et on renouvelle le conseil municipal en mars ! La licence IV ayant été rachetée, le bistrot « La Remise » ouvre en avril, et trois nouveaux pompiers intègrent la compagnie : Eric Bonnet, Michel Guillot et Xavier Poncet. En mai, le soleil n’incite pas à assister à la projection diapos du comité de fleurissement. En juin, des plates-bandes sont aménagées devant la mairie, et on procède à de l’élagage sur le site des Conches en prévision de la fête du Revermont qui marquera, le mois suivant, le 30ème anniversaire de l’Association Touristique du Revermont. Un vol de matériel est constaté à la salle des fêtes, principalement de la vaisselle.

14 juillet républicain

  Le sextidi 26 messidor de l’An CXCVII de la République, on ne manque pas de fêter le bicentenaire du 14 juillet : les citoyennes chargées du service sont habillées en trois couleurs ! En août, le comportement d’un renard en plein village fait penser à la rage : l’animal est abattu par un chasseur sur demande du maire. Le conseil municipal étudie la possibilité de mettre en place un ramassage des ordures ménagères. Fin septembre, plus de 800 tartes sortent du four des pompiers pour la St Thyrse où l’on a ressorti le jeu de quilles ; une dizaine d’équipages défilent pour le corso. Après un été sec, la pluie arrive abondamment début novembre, et le tunnel se met en charge. Décembre permet de terminer l’année avec de bons repas : celui des anciens, puis la Sainte Barbe pour les pompiers.

L’heureux tunnel !

  La montée en charge du tunnel donne l’occasion à Voix de l’Ain de « publier » un poème écrit vers 1900 par Hector Caillat, instituteur et historien local, à la gloire de son instigateur, Hippolyte Gouilloux, maire de Drom :

« Heureux qui peut, au pied de nos montagnes
En suppliant la voute de Sion
Sauver de l’eau nos brillantes campagnes
Et protéger la vallée de Drom.
 
Vous aurez tous, pour un noble mérite
Les sages lois que donnent les beaux jours
Vous devez tous reconnaissance à Hippolyte :
C’est lui, l’ange de nos beaux jours. »

Le bureau de la toute nouvelle association "Patrimoine", devant son emblème.

25 dames réunies pour la sainte Agathe

Première manifestation de "Patrimoine" : un film/documentaire de quatre heures.

Environ une centaine de spectateurs

Rénovation du perron de la mairie

De nouvelles marches . . . en pierre de Drom !

27 février : l'épicéa n'a pas résisté au vent !

Ramasse : une bonne réfection pour le toit du clocher de la Chapelle des Conches !

Premières manoeuvres et formation par les anciens pour les trois nouveaux pompiers.

1er mai : assemblée générale de la coopérative

Le conseil d'administration est renouvelé . . .

. . . et augmenté de trois jeunes nouveaux membres.

En activité depuis déjà plusieurs semaines, le bistrot est inauguré le 27 mai

 

En salle, le bar est fonctionnel . . .

. . . dehors, la terrasse est accueillante . . . 

. . . sous la direction de Mireille.

Des bons moments partagés

De nouveau, Patrimoine, pour une vente de tartes

Séance photo pour les pompiers, en prévision du calendrier

14 juillet : on fête le bicentenaire !

St Thyrse : un corso remarquable

Laurel & Hardi : un duo, un tandem ?

Les repas de décembre : les anciens, avec le CCAS . . .

. . . puis les pompiers, pour la Sainte Barbe.

 

 

Vu dans la presse (officielle ? )

   Le mardi de Noël a été studieux avec la tenue d'une réunion sur la question de la responsabilité du tunnel de Drom depuis que la CA3B (communauté d'agglomération nouvellement créée) est désormais en charge de la prévention des inondations.

  Le service communication de la mairie avait (encore) pris soin de convoquer une partie ( filtrée ? ) de la presse . . .

 

 

 

Au fil des jours . . .