Taille des Caractères
Le Dromoscope

Articles en stock

Aujourd'hui à Drom

21 octobre 2019, 7 h 57 min
Nuageux
Nuageux
13°C
 

Soyez averti !

Tag Archives: Rochefort

Le tunnel de Drom : l’incroyable entreprise d’un Maire pour maîtriser les inondations (1ère partie)

1856 : une contre proposition avec un projet de puits

Hippolyte Gouilloux avait remarqué que les "sources intermittentes de Rochefort" étaient l'exutoire des inondations de Drom.

   Pour remédier aux inondations séculaires qui frappaient la vallée de plus en plus fréquemment et occasionnaient de grands dégâts, Hippolyte Gouilloux, Maire de Drom, avait depuis longtemps imaginé que le moyen infaillible était d'établir un canal au fond de la vallée allant aboutir à la rivière du Suran à Villereversure. En 1852, il entreprit donc les démarches pour amener l'ouverture d'un tunnel, sous la montagne de Javernaz, depuis la vallée de Drom vers " les sources intermittentes de Rochefort " (qui jaillissaient lors des inondations de la vallée de Drom).

   Après des études et des visites sur le terrain, cette idée est admise par les services de l'Etat qui, entre deux tracés, préconisent le plus court, par économie : 980 mètres au lieu de 1 350 ; mais ce projet nécessitera une tranchée en amont. Ce dernier est donc retenu, malgré l'insistance du Maire ; ce dernier ayant toutefois reçu l'assurance que, une fois le tunnel percé‚ " les tranchées ne resteraient pas à faire ".

Un coût démesuré

   Devant le coût considérable d'un tel projet, que la commune ne pourrait pas assumer, même avec une participation de moitié de l'Etat, les ingénieurs décidèrent qu'il serait fait des travaux d'essai ayant pour but de creuser et d'établir des puits absorbants (de part et d'autre de la colline, en cas d'existence d'un lac souterrain, créant ainsi un phénomène de siphon).

   Ces travaux commencèrent en 1855 : le puits perdu de "Glanant" (sur la commune de Villereversure, en dessous de Rochefort) et 1856 : le puits de Fay, à Drom. Dans ce dernier, on tomba dans une grande excavation souterraine à moitié remplie d'eau : le légendaire " Lac sous Drom " ! Mais ces travaux ne furent pas efficaces et le puits fut rebouché.

   En 1858, grâce à l'intervention de M. le Comte Le Hon, député, des premiers fonds étaient débloqués pour commencer le tunnel. Sur un coût total de 106 584,84 F., l'Etat a finalement financé 93 200 F., la Préfecture, 4 000 F. et la Commune a fait tout le reste, tant par impositions extraordinaires que par souscriptions, journées volontaires, prestations, etc.

  Particularité : le tunnel de Drom démarre depuis des terrains appartenant à la commune de Drom, mais situés sur la commune de Ramasse, et il débouche sur une parcelle de terrain public sur la commune de Villereversure.

... la suite dans notre prochaine édition !

La vallée innondée

1852 : le Maire insiste pour un projet plus au nord

La galerie à sec . . .

. . . et en eau !

 

Inondations : le retour ?

Photo d'archives (17/11/2002)

   Le val de Drom, célèbre pour ses phénomènes karstiques, connait moins de spectaculaires montées des eaux depuis une petite décennie, tant en fréquence, qu'en niveau et en durée. Le 25 novembre 2002 reste, pour l'instant, le dernier évènement (très) marquant.

  Avec les derniers épisodes pluvieux, des crues et inondations, parfois dramatiques, souvent inquiétantes, apparaissent dans tout le pays.

  Le bassin du Suran n'a pas échappé à ce phénomène et, dans la vallée de Drom, on a vu remonter les eaux dans les dolines et réapparaitre des "tromphiots" : ces geysers qui donnent naissance à un cours d'eau ou un lac éphémère. 

  Il y a plusieurs siècles, avant le creusement du lavoir de Drom, ils atteignaient "jusqu'à six pieds de haut" (environ 1,80 mètre). (Archives : quelques vues du lavoir ici).

  Merci à Céline Terraillon pour les images qu'elles nous a confiées :

   Quant à Danièle et Christian Darmet, ils ont survolé la zone et nous font aussi profiter du spectacle des Chemins de l'Eau, même si la "rivière intermittente de Drom" n'est pas encore formée en surface : nous ne constatons que des dolines ou combets remplis.

 
 
 
 
 
    Par contre, le tunnel rempli son office : il évacue le trop plein d'eaux souterraines vers leur exutoire naturel : "Les sources intermittentes de Rochefort".
 

La sortie du tunnel en dessous du hameau de Rochefort (Villereversure)

 

En Glenant, puis Corneloup : les eaux retournent au Suran.

 

Au premier plan : Corneloup et la rivière du Suran ; à droite, son affluent naturel, la rivière intermittente de Drom ; en dessus, le hameau de Rochefort ; en haut à droite, Drom, dans la "vallée annexe" du Suran.

.

Les chemins de l’eau : géologie et patrimoine

Visite tunnel de DROM

  Pendant l’été, chaque mercredi, le tunnel de Drom connait une affluence particulière avec les visites organisées par l’AGEK (association de gestion des espaces karstiques) sous l’égide de l’office de tourisme Bresse Revermont. Après avoir équipé les visiteurs de casques avec lampes frontales, les guides de l’AGEK fournissent moult explications sur les phénomènes hydrogéologiques de la vallée, les relations étroites entre l’eau et la pierre et les particularités du relief karstique du val de Drom. Avec la chaleur de cette saison, la visite est encore plus attrayante !

Un ouvrage d’art indispensable

  Mais si le tunnel est devenu un lieu idéal pour comprendre le sous-sol de la vallée dans des conditions autant ludiques que pédagogiques, il est, avant tout, un ouvrage hydraulique du bassin versant du Suran. En effet, Drom était régulièrement le théâtre de désastreuses inondations : en 1840, une partie du village est ainsi restée immergée pendant trois mois consécutifs ; sans compter les conséquences catastrophiques pour l’activité agricole. Une saison complète était souvent perdue, avec parfois 150 hectares immergés. Observant les relations évidentes entre les inondations de la vallée de Drom et les « sources intermittentes de Rochefort », sur la commune de Villereversure, M. Hippolyte Gouilloux, maire de Drom, entreprit donc, dès 1852, des démarches pour le percement d’un tunnel depuis la vallée de Drom vers l’exutoire naturel des eaux, à Rochefort. Des premiers essais de deux « puits absorbants » (entre 1855 et 1857) s’avérèrent infructueux : forés dans chaque vallée, ils devaient fonctionner comme un siphon.

1855, un projet "alternatif" : des puits "absorbants"

1855, un projet "alternatif" : des puits "absorbants"

  Le creusement du tunnel commença donc en 1859, pour se terminer en 1869, mais sur un tracé plus court, pour des raisons économiques (980 mètres au lieu de 1350, au départ des sources intermittentes de Rochefort) : son extrémité amont n’était donc plus au point de convergence des eaux dans la vallée de Drom (et se situe sur la commune de Ramasse). Les services de l’Etat assurèrent donc au maire que des tranchées complèteraient ce dispositif.

Quatre guerres plus tard . . .

  Avec l’achèvement du tunnel, l’opiniâtre maire de Drom recommença ses démarches, cette fois pour la réalisation de tranchées en amont du tunnel. Mais, si ce dossier avait obtenu rapidement une validation départementale, il arriva au niveau de « l’administration supérieure » en juin 1870. En juillet, la guerre vint annuler tous les espoirs pour ce projet. Malgré des démarches ultérieures, l’Etat signifiait son désengagement de ce projet.

  Grâce à une faille traversée par le tunnel, ce dernier remplissait toutefois partiellement sa fonction, dès 1862. En 1993, le problème était réétudié et aboutissait à la réalisation du « canal de Drom », inauguré en novembre 1997 et clôturant un dossier ouvert 145 années plus tôt. S’il y a toujours des inondations à Drom, leur niveau est désormais maîtrisé.

  Visites tous les mercredis : renseignements et inscriptions à l’Office du Tourisme Bresse Revermont 04.74.30.59.67

  NB : pour les visites guidées de l'été, casques et lampes frontales sont fournies par l'A.G.E.K. (Association de Gestion des Espaces Karstiques) . . . et le tunnel n'est pas en charge : les visites se fond à pied (presque) sec (mais de nombreuses flaques subsistent : prévoir des bottes ! ).

  En dehors des visites guidées organisées, l'accès au tunnel est sous la responsabilité des visiteurs et à leurs risques et périls.

Résurgence au niveau du puits

Résurgence au niveau du puits

Résurgence au niveau de la faille

Résurgence au niveau de la faille

Le tunnel en charge, à l'aval de la faille

Le tunnel en charge, à l'aval de la faille

L'exutoire

L'exutoire

 

Tunnel DROM 07

Relevé géologique du tunnel de DROM

.

 Les inondations à DROM (photos d'archives)

La vallée sèche . . . et sa rivière intermittente !

La vallée sèche . . . et sa rivière intermittente !

Au nord du village . . .

Au nord du village . . .

. . . dans le village . . .

. . . dans le village . . .

. . . au lavoir . . .

. . . au lavoir . . .

. . . à l'église . . .

. . . à l'église . . .

. . . et au sud du village.

. . . et au sud du village.

(encore au sud)

(encore au sud)

.

Le canal en charge (25 & 26 novembre 2002)

Canal de DROM 01
Canal de DROM 02
Canal de DROM 03
Canal de DROM 04

Tunnel de Drom : une convention de gestion

Visite Dromnière 006a   Presque inconnu du grand public, voire tabou pour la population locale jusque dans les années 80, le tunnel de Drom a acquis une notoriété jusqu'à devenir un lieu incontournable de visite et de promenade, autant ludique qu'éducative.

  Depuis les années 2000, une association s'y intéresse de plus près et propose désormais des visites guidées, assorties d'explications précises sur le milieu souterrain, les interactions entre la pierre et l'eau. Envisagée depuis des années, mais rencontrant certaines réticences locales, une convention de gestion vient enfin d'être signée entre les collectivités concernées et l'AGEK, Association de Gestion des Espaces Karstiques.

  Creusé entre 1859 et 1869 entre les communes de Ramasse et de Villereversure, après trois années de démarches et quatre de travaux "préliminaires", cette réalisation de la commune de Drom permettant aux eaux du bassin du Suran, qui transitaient par le val de Drom (et inondaient le village) en période de surcharge des réseaux karstiques souterrains, de rejoindre plus rapidement leur exutoire naturel, les "sources intermittentes de Rochefort". Bien que financé à plus de 80 % par l'état avec une petite participation du département, ce chantier pharaonique avait nécessité de gros effort pour la commune, qui dut alors s'endetter pour des années. Interrompu par la guerre de 1870, le projet fut complètement terminé en 1996 avec la réalisation, en amont, d'un canal qui permet désormais de maîtriser les inondations de la "vallée sèche.

Convention AGEK

Chauve souris DROM

Journées du patrimoine : de fond en comble

  Vue générale DROM

   Les deux journées du patrimoine ont permis aux habitants et visiteurs de découvrir le Val de Drom du sous-sol jusqu’au sommet. En effet, le samedi, une trentaine de personne de Ramasse et de Drom ont saisi l’occasion d’une visite guidée du tunnel d’assèchement de Drom avec la participation de l’AGEK (association de gestion des espaces karstiques). Philippe Vermeil et Christophe Pascal leur ont ainsi expliqué les particularités hydrogéologiques du relief karstique de ce secteur. Creusé entre les territoires de Villereversure et de Ramasse, de 1859 à 1869, le tunnel a pour but de gérer les inondations de la vallée et du village de Drom, en les « accompagnant » vers leur exutoire naturel, les « sources intermittentes de Rochefort ». Interrompu par la guerre de 1870, l’ouvrage a été complété, en 1996, par un canal en amont.

En dessous, puis au-dessus

   Le lendemain, c’est 200 mètres plus haut que le public était convié, cette fois avec l’association des Amis de Notre Dame des Conches. Là, dans la chapelle Ramacharde ouverte à tous, ce sont deux millénaires d’histoire locale qui étaient résumés pour connaître le site de la sainte colline. Tout au long de l’après-midi, environ 70 personnes ont ainsi suivi les tribulations des sanctuaires successifs, de destructions en reconstructions, depuis l’évangélisation du secteur par St Thyrse, au second siècle de notre ère, jusqu’à nos jours.

Journée patrimoine 2014 Tunnel de Drom

Parés pour descendre dans les entrailles du Revermont

Journée patrimoine 2014 ND des Conches

Un sanctuaire constamment re-né de ses cendres

Au fil des jours . . .