Taille des Caractères
Le Dromoscope

Articles en stock

Aujourd'hui à Drom

14 décembre 2018, 20 h 11 min
Clair
Clair
0°C
 

Soyez averti !

Tag Archives: Jérôme Terraillon

Classes en 8 (et en 3 ! ) : de zéro à quatre-vingts ans.

De la classe 1958 . . . à la classe 2038 !

   Grâce à Kathy et Jérôme (de Ramasse), et Xavier, aidé d’Isabelle (de Drom), les classards en 8 et en 3 de la vallée se sont retrouvés pour une joyeuse journée autour d’une bonne table, avec Jean-François aux cuisines et l’infatigable « grande » Josy au service. Entre classes et demi-classes, ils étaient une vingtaine à ne pas manquer ce rendez-vous.

Des jeunes de (presque) tous les âges

   Evan (3 mois) découvrait là son premier banquet des conscrits, dans les bras de Carla, déjà vieille de dix ans, pour les besoins de la photo (mais son père et son grand père étaient aussi de la partie ! ). Par contre, personne pour représenter les vingt ans ! Qu’à cela ne tienne : Paul, était celui de l’équipe qui est jeune depuis le plus longtemps, avec vingt ans affichés quatre fois au compteur.

Jérôme, Kathy et Xavier, instigateurs de cette rencontre.

Isabelle vérifie que tous les inscrits sont arrivés

Dans les coulisses : Jean-François et Josy.

Chez les Poncet, on est conscrit de père en fils : Evan (classe 2038), Anthony (classe 2008) et Xavier (classe 1983) !

 

Rallye du Suran : belle prestation de Fumex, Paubel et Terraillon

   Jérôme Terraillon et Jean Baptiste Fumex, les locaux de l’étape (Clio Williams N° 55), étaient confiants pour ce 24ème Rallye du Suran, et bien leur en a pris : engagés « pour se faire plaisir », ils terminent 2ème de leur catégorie et 34ème au classement général malgré une avarie mécanique vite solutionnée par Nicolas Paubel.

   . . . mais écoutons plutôt Jérôme, le copilote,  nous raconter "sa" course :

 " Quel rallye !
   Un super week-end haut en émotions et surtout en sensations.
   Un premier tour sous la pluie, tranquille, le vendredi soir, le temps de se mettre en route.
  Le premier tour du samedi matin avec le retour du soleil et du grand JB d'entrée dans la spéciale de Chavannes :  la confiance est là et la Williams est en forme.
  Deuxième tour l'après-midi moins drôle avec une très bonne épreuve à Chavannes,  mais nos vieux démons nous rattrapent dans celle des Conches : Titine ne veut plus avancer, on fait la moitié de la spéciale au ralenti et on rentre pessimistes au parc.

  Nicolas Paubel règle le problème et on repart pour finir en ménageant notre monture.

   Bilan : on termine 2ème de la classe A7 et 34 ème au général, un résultat que l'on obtient pour la première fois !

  Comme dit JB :" on a buté le "chat noir" qui nous collait depuis quelques temps "

  Un grand merci à nos familles et amis qui nous ont suivis tout le week-end, à Nicolas Paubel pour l'assistance et le reste, et à nos sponsors ( MCA, Job Concept, Gil levage, Transport Fumex, MGP, Dgp, Alb'enseigne)

PS: la "zen attitude",  ça marche ! "

Au départ de la première épreuve spéciale des Conches

 

Les Cavets à l’assaut des Alpes

IlS L'ONT FAIT !

  En novembre dernier, passionné de moto, mais aussi de mécanique, Bruno Aviet a appris que « Les Meules de Savoie » association du département voisin, organisait l’été suivant sa 3ème « Montée sèche du Galibier », randonnée de 35 kilomètres en cyclomoteur, avec un dénivelé de près de 2 000 mètres. Intéressé par le défi, il a entraîné avec lui Jérôme Terraillon et Christophe Michaud, se chargeant de préparer les bolides dans ses ateliers de la rue du Réservoir. Le trio a donc pris le départ le 1er juillet, respectivement sur une Motobécane 51 super de 1979, une Peugeot 103 SPX de 1994 et une Peugeot 103 MVL de 1977. Deux copains burgiens se sont encore joints à eux : Anne et Christian, avec une Motobécane AV37 de 1957 et un scooter Honda de 1985.

Pilotes et machines à rude épreuve

  En une heure, le Col du Télégraphe était franchi par toute l’équipe, à une altitude de 1 566 mètres, malgré une panne d’allumage sur la monture de « Tof’ », aussitôt réparée sur place par Bruno. La deuxième partie s’avérait plus dure pour les mécaniques, mais aussi pour les pilotes. Ainsi, c’est Anne qui dû d’abord déclarer forfait, à bout de pédalage. Avec la diminution de la teneur en oxygène et l’effort demandé aux moteurs, la montée du Galibier était ponctuée de pauses nécessaires pour le repos des mécaniques. La 103 de Jérôme, déjà victime d’une première crevaison, rendait l’âme à six kilomètres du sommet, au moment où survenait une deuxième crevaison. En trois heures au total (pauses comprises ! ), Bruno, Tof’ et Christian franchissaient le col mythique, culminant à 2 642 mètres.

   Sur 200 participants, 176 ont terminé l’épreuve … et nos Cavets n’ont pas manqué de s’approvisionner en Beaufort avant de redescendre !

Au départ : les bolides . . .

. . . et les pilotes !

Panne d'allumage, chez Tof', aussitôt réparée par Bruno !

Anne à fond !

1ère étape : le col du Télégraphe !

Ca va encore pour Jérôme (toque rousse, casaque noire) . . .

. . . mais le moteur ne veut plus rien savoir, à moins de six kilomètres de l'arrivée !

La victoire au sommet !

Au guidon : la provision de Beaufort pour le retour . . .

(Merci à Bruno AVIET pour les photos et la vidéo, à Jérôme TERRAILLON pour la photo 3a)

Pompiers 2017 : une tornade et un nouveau chef de corps

Le sergent Aviet a trancmis le commandement au sergent Poncet.

   C'est l'heure du bilan de l'année écoulée pour les pompiers. en matière d'interventions, on note quatre secours à personnes, un incendie et quatre opérations diverses ; parmi ces dernières, le fait marquant restera la tornade du 6 mars où les volontaires ont aussitôt été à pied d'oeuvre pour sécuriser le secteur dévasté de l'Enclos, et apporter de l'aide aux sinistrés.

  La compagnie a aussi tourné une nouvelle page de son histroire avec la nomination d'un nouveau chef de corps : le Sergent Anthony Poncet a ainsi pris les rênes de la compagnie à la suite du Sergent Bruno Aviet.

Et, en 2018, une modification à la présidence

  Suite à ce changement, Jérôme Terraillon (anciennement co-président avec Anthony Poncet) vient alors de se voir confier la présidence de l'amicale. Michel Guillot et Daniel Brochier sont confirmés dans leurs fonctions de trésorier et de secrétaire. quant au "nouveau" président, il propose, en plus des animations habituelles, d'organiser une manifestation caritative en fin d'année au bénéfice d'une association locale : affaire à suivre !

Suran 2017 : beaucoup de casse, mais essai transformé pour l’équipe Fumex/Terraillon

IMG_4815d

Photo Loïc Presti

   L’organisation du 23ème Rallye du Suran a connu quelques petites modifications dans la répartition des épreuves spéciales. Ainsi, à Drom, l’épreuve de nuit se déroulait dès le vendredi soir sur une portion réduite à huit kilomètres. Le samedi voyait passer en journée deux autres spéciales, désormais « habituelles », de 13,3 kilomètres. Les conditions climatiques favorables ont permis aux pilotes de se lancer pleinement sur les routes du Revermont et de proposer un joli spectacle. Le premier réalisait un temps total de moins de une heure quatorze pour plus de 135 kilomètres répartis au fil de treize épreuves spéciales chronométrées (soit une moyenne de 110 kilomètres heures). Par contre, sur 128 concurrents sur la ligne de départ, seuls 66 finissaient ce rallye. Parmi eux, le duo Fumex/Terraillon confirmait sa pertinence pour sa deuxième participation au Suran, cette fois sur Clio R3 Max. Le pilote Haut Savoyard et le cavet du Val de Drom se retrouvaient ainsi 35ème au classement final. « Tout s’est bien passé : on a pas eu de dégât, juste deux ou trois frayeurs », se réjouissent les deux compères. Dans le chapitre « bêtisier », on peut toutefois noter qu’une grosse partie de la dernière spéciale des Conches s’est faite avec le hayon arrière grand ouvert, provoquant les rires lors du passage à Drom ! (alors que l’équipage ne s’en était pas rendu compte).

  Jean Baptiste Fumex se prépare désormais pour le rallye des Bauges, le mois prochain en Savoie, où il reprendra sa Clio Williams. Là, c’est son épouse qui tentera l’aventure du copilotage. Quant au tandem avec Jérôme Terraillon, on le retrouvera au printemps pour le rallye du Pays du Giers où il a une revanche à prendre, suite à l’abandon forcé du printemps 2017.

 

Jérôme et son pilote sont accueillis par leur fan-club !

20170923_075719
20170923_075700
_DSC0011
_DSC0013

IMG_4815

Photo Loïc Presti

D'autres concurrents sont aussi du secteur . . . ("liste" non exhaustive)

86 Triboulet

Lionel TRIBOULET et Thomas CAPELLI sur Peugeot 2016 XS

103 Raquin

Marine et Florine RAQUIN sur Peugeot 206 Rallye

114 Micholet

Pascal MICHOLLET et Remi LAFAYE sur Citroën Saxo VTS

128 Facchinetti

Christophe et Amaury FACCHINETTI sur sur Peugeot 106 Rallye

_DSC0000

Avant le rallye, les reconnaissances sont réglementées

.

 

Au fil des jours . . .