Taille des Caractères
Le Dromoscope

Articles en stock

Aujourd'hui à Drom

21 octobre 2019, 6 h 49 min
Nuageux
Nuageux
14°C
 

Soyez averti !

Tag Archives: inondations

Le puits de Fay : la découverte du « lac sous Drom » !

« Ni source, ni ruisseau, ni puits, mais il existe un lac souterrain », écrivait le préfet Bossi pour décrire la vallée en 1808.

   C'est en essayant du lutter contre les inondations que fut creusé, une première fois, le puits de Fay en 1856/1857 (voir article du 18 août). En effet, avant de se lancer dans le percement d'un tunnel, on voulait essayer d'évacuer les eaux de surface vers le " lac souterrain ", en relation avec la vallée du Suran (la totalité du val de Drom est dans le bassin de cette rivière). A une dizaine de mètres de profondeur, on tomba juste par hasard sur une grande excavation souterraine " à moitié remplie d'eau ". Tout le monde accourut : on se croyait déjà sur le "Lac sous Drom". Dans sa notice sur la commune de Drom, Hector Caillat, historien local, raconte que "Messieurs Hector Gaillard, Léon Caillat et d'autres descendirent dans cette chambre nocturne avec des pieux de bois dont ils firent un radeau". A l'aide de flambeaux, ils purent visiter cette grotte admirable et étaient tous contents de se promener en radeau sur les eaux correspondant avec celles du légendaire " Grand Lac Souterrain".

Abandonné, puis réaménagé

   Cette expérience n'ayant pas été concluante, le puits fut rebouché avec les sous-produits des carrières proches. Un demi-siècle plus tard, en 1906, une période de forte sécheresse contraint pendant quatre mois, les habitants de Drom à aller chercher à Meillonnas l'eau nécessaire aux gens et aux animaux. On se souvint alors de cette cavité et on recreusa un puits en prévision d'alimenter le village en eau. Des doutes étant émis quant à la pureté de l'eau, il est aménagé avec une pompe manuelle et un bac en pierre pour abreuver le bétail. Après la dernière guerre, un moteur et une cuve sont rajoutés qui servirent jusqu'à l'adduction du village au réseau d'eau.

   Quelques anciens de Drom se souviennent encore des corvées d'eau au puits de Fay et du rationnement en période de sécheresse.

KONICA MINOLTA DIGITAL CAMERA

Le puits, avant sa "restauration"
Avril 1992 : remise en état par l'association "Patrimoine"
Septembre 1949 : les corvées au puits sont aussi l'occasion de se rencontrer pour la jeunesse . . . 

.

Inondations : le retour ?

Photo d'archives (17/11/2002)

   Le val de Drom, célèbre pour ses phénomènes karstiques, connait moins de spectaculaires montées des eaux depuis une petite décennie, tant en fréquence, qu'en niveau et en durée. Le 25 novembre 2002 reste, pour l'instant, le dernier évènement (très) marquant.

  Avec les derniers épisodes pluvieux, des crues et inondations, parfois dramatiques, souvent inquiétantes, apparaissent dans tout le pays.

  Le bassin du Suran n'a pas échappé à ce phénomène et, dans la vallée de Drom, on a vu remonter les eaux dans les dolines et réapparaitre des "tromphiots" : ces geysers qui donnent naissance à un cours d'eau ou un lac éphémère. 

  Il y a plusieurs siècles, avant le creusement du lavoir de Drom, ils atteignaient "jusqu'à six pieds de haut" (environ 1,80 mètre). (Archives : quelques vues du lavoir ici).

  Merci à Céline Terraillon pour les images qu'elles nous a confiées :

   Quant à Danièle et Christian Darmet, ils ont survolé la zone et nous font aussi profiter du spectacle des Chemins de l'Eau, même si la "rivière intermittente de Drom" n'est pas encore formée en surface : nous ne constatons que des dolines ou combets remplis.

 
 
 
 
 
    Par contre, le tunnel rempli son office : il évacue le trop plein d'eaux souterraines vers leur exutoire naturel : "Les sources intermittentes de Rochefort".
 

La sortie du tunnel en dessous du hameau de Rochefort (Villereversure)

 

En Glenant, puis Corneloup : les eaux retournent au Suran.

 

Au premier plan : Corneloup et la rivière du Suran ; à droite, son affluent naturel, la rivière intermittente de Drom ; en dessus, le hameau de Rochefort ; en haut à droite, Drom, dans la "vallée annexe" du Suran.

.

Les chemins de l’eau : géologie et patrimoine

Visite tunnel de DROM

  Pendant l’été, chaque mercredi, le tunnel de Drom connait une affluence particulière avec les visites organisées par l’AGEK (association de gestion des espaces karstiques) sous l’égide de l’office de tourisme Bresse Revermont. Après avoir équipé les visiteurs de casques avec lampes frontales, les guides de l’AGEK fournissent moult explications sur les phénomènes hydrogéologiques de la vallée, les relations étroites entre l’eau et la pierre et les particularités du relief karstique du val de Drom. Avec la chaleur de cette saison, la visite est encore plus attrayante !

Un ouvrage d’art indispensable

  Mais si le tunnel est devenu un lieu idéal pour comprendre le sous-sol de la vallée dans des conditions autant ludiques que pédagogiques, il est, avant tout, un ouvrage hydraulique du bassin versant du Suran. En effet, Drom était régulièrement le théâtre de désastreuses inondations : en 1840, une partie du village est ainsi restée immergée pendant trois mois consécutifs ; sans compter les conséquences catastrophiques pour l’activité agricole. Une saison complète était souvent perdue, avec parfois 150 hectares immergés. Observant les relations évidentes entre les inondations de la vallée de Drom et les « sources intermittentes de Rochefort », sur la commune de Villereversure, M. Hippolyte Gouilloux, maire de Drom, entreprit donc, dès 1852, des démarches pour le percement d’un tunnel depuis la vallée de Drom vers l’exutoire naturel des eaux, à Rochefort. Des premiers essais de deux « puits absorbants » (entre 1855 et 1857) s’avérèrent infructueux : forés dans chaque vallée, ils devaient fonctionner comme un siphon.

1855, un projet "alternatif" : des puits "absorbants"

1855, un projet "alternatif" : des puits "absorbants"

  Le creusement du tunnel commença donc en 1859, pour se terminer en 1869, mais sur un tracé plus court, pour des raisons économiques (980 mètres au lieu de 1350, au départ des sources intermittentes de Rochefort) : son extrémité amont n’était donc plus au point de convergence des eaux dans la vallée de Drom (et se situe sur la commune de Ramasse). Les services de l’Etat assurèrent donc au maire que des tranchées complèteraient ce dispositif.

Quatre guerres plus tard . . .

  Avec l’achèvement du tunnel, l’opiniâtre maire de Drom recommença ses démarches, cette fois pour la réalisation de tranchées en amont du tunnel. Mais, si ce dossier avait obtenu rapidement une validation départementale, il arriva au niveau de « l’administration supérieure » en juin 1870. En juillet, la guerre vint annuler tous les espoirs pour ce projet. Malgré des démarches ultérieures, l’Etat signifiait son désengagement de ce projet.

  Grâce à une faille traversée par le tunnel, ce dernier remplissait toutefois partiellement sa fonction, dès 1862. En 1993, le problème était réétudié et aboutissait à la réalisation du « canal de Drom », inauguré en novembre 1997 et clôturant un dossier ouvert 145 années plus tôt. S’il y a toujours des inondations à Drom, leur niveau est désormais maîtrisé.

  Visites tous les mercredis : renseignements et inscriptions à l’Office du Tourisme Bresse Revermont 04.74.30.59.67

  NB : pour les visites guidées de l'été, casques et lampes frontales sont fournies par l'A.G.E.K. (Association de Gestion des Espaces Karstiques) . . . et le tunnel n'est pas en charge : les visites se fond à pied (presque) sec (mais de nombreuses flaques subsistent : prévoir des bottes ! ).

  En dehors des visites guidées organisées, l'accès au tunnel est sous la responsabilité des visiteurs et à leurs risques et périls.

Résurgence au niveau du puits

Résurgence au niveau du puits

Résurgence au niveau de la faille

Résurgence au niveau de la faille

Le tunnel en charge, à l'aval de la faille

Le tunnel en charge, à l'aval de la faille

L'exutoire

L'exutoire

 

Tunnel DROM 07

Relevé géologique du tunnel de DROM

.

 Les inondations à DROM (photos d'archives)

La vallée sèche . . . et sa rivière intermittente !

La vallée sèche . . . et sa rivière intermittente !

Au nord du village . . .

Au nord du village . . .

. . . dans le village . . .

. . . dans le village . . .

. . . au lavoir . . .

. . . au lavoir . . .

. . . à l'église . . .

. . . à l'église . . .

. . . et au sud du village.

. . . et au sud du village.

(encore au sud)

(encore au sud)

.

Le canal en charge (25 & 26 novembre 2002)

Canal de DROM 01
Canal de DROM 02
Canal de DROM 03
Canal de DROM 04

Au fil des jours . . .