Taille des Caractères
Le Dromoscope

Articles en stock

Aujourd'hui à Drom

14 novembre 2018, 21 h 00 min
Clair
Clair
10°C
 

Soyez averti !

Tag Archives: Drom

Fête de la science : Drom, capitale du karst

Combinant les "Rencontres d'octobre" et la fête de la science, la vallée de Montmerle Drom Ramasse a rassemblé spéléologues, scientifiques et grand public sur le thème des poljés*.

   Jacques Choppy (1926-2004) était un éminent spéléologue et karstologue, reconnu comme un des plus grands experts du monde souterrain. A son initiative, depuis 1980, le Spéléo-club de Paris organise une rencontre annuelle consacrée à l’actualité relative à l’exploration et à la recherche en spéléologie physique et karstologie. La vallée de Drom a été choisie pour l’édition 2018 où une cinquantaine de spéléologues et de scientifiques de toute la France et même de Suisse, se sont rassemblés pour travailler sur ce thème, échanger leurs expériences, leurs travaux et rendre compte de leurs explorations.

   Sur place, la logistique de ce congrès a été organisée par l’AGEK (Association de Gestion des Espaces Karstiques), en collaboration avec les communes de Drom et Ramasse, mais aussi de Corveissiat, du Département, de la CA3B (Communauté d’agglomération) et de ALTEC, le « CCSTI » de l’Ain (Centre de Culture Scientifique, Technique et Industrielle).

Des animations grand public

   En effet, en parallèle de ces rencontres, le grand public était invité à des animations à son intention. Le jeudi, à Corveissiat, plus de 120 spectateurs se sont régalé des images de Daniel Chailloux avec un diaporama en 3D, sur les plus belles grottes du monde. Deux dimanches consécutifs, c’est lors de randonnées accompagnées que les visiteurs ont pu découvrir la grotte de Corveissiat ou le tunnel de Drom. Le vendredi soir, quelques Revermontois se sont joint aux congressistes pour une conférence sur la vallée sèche de Drom Ramasse et ses particularités hydrogéologiques : « Le détestable inconvénient d’autrefois est devenu une curiosité attrayante », remarquait le maire en introduction. 

    Une première partie était alors consacrée à la géologie de la vallée par Philippe Vermeil (président de l’AGEK), qui s’aidait d’une présentation de Patrice Landry (découvreur des traces de dinosaures de Plagne). Michel Geoffray (AGEK) enchainait avec l’hydrogéologie et les phénomènes karstiques de la vallée, détaillant aussi bien les plans réalisés lors des explorations des cavités de la vallée, que les relations constatées entre les épisodes pluvieux et le niveau des eaux souterraines (et des résurgences) mesurés à l’aide de capteurs répartis dans le sous-sol.

Histoire et préhistoire

   Local de l’étape, Daniel Brochier racontait ensuite la genèse et les péripéties du tunnel de Drom, depuis l’idée émise en 1852 pour évacuer plus rapidement les eaux d’inondations de la vallée vers leur exutoire naturel des « sources intermittentes de Rochefort », dans la vallée voisine du Suran, jusqu’à la réalisation d’un canal en amont, annulé par la guerre de 1870 et finalisé en 1997, alors que le prolongement du canal aval (antérieur au tunnel) n’avait pu être accompli en 1902, puis avait été abandonné en 1997.

   Enfin, Marc Cartonnet, de l’association « Archélogie préhistorique entre Saône et Rhône », s’attachait à détailler les découvertes faites à la grotte de la Tessonière, à Ramasse. Précurseur de la préhistoire de l’Ain, l’abbé Tournier avait effectué, là, des premières fouilles en 1902, reprises à partir de 1978 par René Desbrosse. Une première série d’éléments (silex) atteste d’abord une occupation par l’homme de Néanderthal, il y a 100 000 à 300 000 ans (les premiers silex « moustériens » découverts dans une grotte), puis d’une autre occupation vieille de 10 000 à 35 000 ans. Puis une autre se rapporte à la fin de l’âge du bronze (céramique de 800 ans avant notre ère), et à l’âge du fer (jattes entre 700 et 750 ans avant Jésus Christ). Enfin, quelques restes osseux humains n’ont pu être datés, alors que des restes animaux rappellent la présence de bisons, mammouths, hyènes, rhinocéros et ours.

Le Revermont 2018 : un bon cru !

   Du côté des congressistes, Jacques Chabert, responsable de ces rencontres pour le spéléo-club de Paris, nous confie que cette 28ème édition est « un des meilleurs crus, avec un accueil super sympa, une organisation remarquable, et une considération par les élus »Un clin d'oeil à Christophe Lagarde, maître d'œuvre de cette réussite  

 * Définition

   Un « poljé » est une dépression fermée d'origine karstique, de grandes dimensions, à fond plat et à bordures escarpées, tel le val de Montmerle Drom Ramasse.

 

Dès le jeudi soir, à Corveissiat, plus de 120 personnes ont pu faire un tour du monde des grottes et des cristaux avec les vues en trois dimensions de Daniel Chailloux

Un écran spécial et deux projecteurs avec des filtres sont nécessaires

Le vendredi soir, à Drom, était consacré au poljé de Montmerle Drom Ramasse

Géologie et phénomènes karstiques de la vallée ont été expliqués en détail . . .

. . . très en détail !

Des tests par coloration et des et mesures précises permettent de mieux connaître le sous sol

 

(le résumé de l'historique du tunnel fait l'objet d'un article séparé : voir ici )

 

   Pour l'occasion, Philippe Vermeil, président de l'AGEK, s'est vu offrir un tronçon de rail ayant servi aux travaux du tunnel !

   En effet, après ce chantier, les rails et le wagonnet ont été vendus aux enchères publiques le 10 août 1869, à Rochefort. Hippolyte Gouilloux, le maire, en a donc récupéré un morceau ! La maison de son petit fils a, bien plus tard, été rachetée par le grand-père du maire actuel, qui s'est retrouvé en possession de cet intéressant vestige.

Séquence émotion pour Philippe !

Les représentants des structures partenaires de ces animations

Une visite a aussi été organisée le dimanche pour le grand public : d'abord des explications sur les particularités karstiques de la vallée et ses phénomènes hydrogéologiques . . .

. . . puis la visite du tunnel de Drom !

Jacques Chabert se dit ravi de ces 28èmes rencontres : "Un cru exceptionnel ! "

Christophe Lafarge, le chef d'orchestre de ces journées

. . . démonstration, s'il en était besoin, de la pertinence et de la légitimité du choix de Drom pour accueillir ces 28èmes rencontres d'octobre !

 

 

Du tricot pour inciter au dépistage pendant « Octobre rose » !

Le gang des tricoteuses a encore frappé !

   Le premier soir d’octobre, certains ont pu voir deux personnages sillonner le village, tels des colleurs d’affiches. Après avoir épaté le public la veille avec un char entièrement tricoté à la main pour le défilé de « Drom en fête », Marlène et Sylvie ont installé des rubans roses dans le cadre d’Octobre rose, campagne de sensibilisation au dépistage du cancer du sein. Composés de roses tricotées et assemblées par leurs soins, ils sont là pour rappeler l’importance du dépistage pour toutes les femmes, mais aussi pour les messieurs qui ont une mère, une compagne, des sœurs, des filles.

Plus un cancer du sein est détecté tôt, plus les chances de guérison sont importantes.

   Une femme sur huit risque d’être concernée dans sa vie mais, grâce au dépistage précoce, la moitié des cancers du sein sont décelés alors qu'ils mesurent moins de 2 cm ! Ce niveau de détection permet d'atteindre de très hauts taux de guérison tout en réduisant considérablement l'agressivité des traitements appliqués.

Comment bénéficier de la mammographie de dépistage ?

   Toutes les femmes âgées de 50 à 74 ans peuvent (doivent ! ) réaliser tous les 2 ans une mammographie de dépistage organisée par l'ODLC (Office de Lutte contre le Cancer). Contact au 04.74.45.30.30 ou par internet ( la mammographie de dépistage est sans avance de frais : il suffit de se rendre au cabinet de radiologie).

Des "rappels" sont disséminés dans tous le village !

Saint Thyrse 2018 : la ruée sur les tartes !

  L'édition 2018 de "Drom en fête" aura été marquée, le samedi matin, pour une affluence telle sur les tartes qu'on enregistrait plusieurs ruptures de stock dès le samedi matin malgré 625 galettes cuisinées pendant la nuit par l'amicale des Sapeurs Pompiers. Après l'oignon, qui est toujours victime de son succès, fromage, praline et chocolat étaient aussi rayées de la carte.

  Le lendemain, après la messe annuelle, la deuxième journée voyait le retour du repas dominical. L'association Patrimoine avait promis un repas gastronomique, et les gourmands qui ont pu avoir des places n'ont pas été déçus : le Poulet au Clon, concocté par le chef Tissot, de Simandre, a alors fait l'unanimité.

  Une petite pluie s'est alors permis de venir gêner le début du défilé, occasionnant probablement une baisse de fréquentation, mais pas de qualité ni d'enthousiasme dans le corso.

   On notait la visite de Arnaud Thenoz, président délégué de la FNCOF, Fédération Nationale des Comités et Organisateurs de Festivités, qui tient à venir encourager les bénévoles qui animent les villages. Notant qu'il s'agit ici d'une des dernières fêtes estivales, il précisait, impressionné, qu'il "est très exceptionnel de voir un tel défilé de chars dans un si petit village".

  En effet, pas moins de huit équipages, de toutes tailles et de toutes nature, ont alors parcouru les rues, précédés par une formation musicale, les "Sonneurs de Grenoble", et leurs cornemuses écossaises.

 La journée s'est alors poursuivie sur la place, avec le retour du soleil, entre animations et musique celtique, autour d'un verre entre amis ou sur les manèges pour les plus petits.

Retour en images

Dès le jeudi, épluchage des oignons : 150 kilos seront traités dans les pleurs et la bonne humeur !

Le pétrin est sollicité toute la nuit

On ne lésine pas sur la marchandise !

Préchauffage du four

Etape délicate : la cuisson

Et la vente se déroule en un temps record : oignons, fromage, frangipane, chocolat, praline, crème et sucre.

Le dimanche débute par la seule messe de l'année dans l'église St Thyrse

Avec la sympathique participation d'une partie de la chorale de Saint Etienne du Bois.

Puis c'est l'heure du dîner de Clon !

Que des légumes du jardin !

La sauce au Clon n'a laissé personne indifférent

Arrive ensuite le défilé, avec la visite de Arnaud Thenoz, président délégué de la FNCOF

Les Sonneurs de Grenoble ouvrent la marche !

 

Voyage dans la capitale pour les Dromignons

 

Une jolie vache (déguisée en fleur ? )

Georges plus vrai que nature

. . . ou étais-ce une jolie fleur dans une peau d'vache ?

Et, toujours et partout, le soin du détail !

La Gordini à Papy !

11 novembre 1918 : 100 ans déjà !

La moto est d"époque : une véritable Triumph de 1918 !

C'est l'occasion d'aller au Tourlourou, chanter "La Madelon ! "

Cuisine haut de gamme avec les jeunes cheffes . . . une bandes de toquées !

Un char entièrement tricoté à la main . . .

. . . par Léon et Léa.

(le gang des tricoteuses a encore frappé ! )

L'ARCMA ferme la marche : une lieuse donnée par M. Raymond Guillot, de Drom, et restaurée par Thomas.

Et la fête se poursuit autour d'un verre, au son des cornemuses

Les crêpes du Club de l'Age d'Or sont les bienvenues !

Il y a même fête foraine pour les enfants

De la musique écossaise, par des joueurs bretons venus du Dauphiné !

(Merci à Christian Morandat pour la photo 43 )

Bientôt le banquet des classes !

Le banquet dans Astérix et Obelix dans l'exposition à Volklingen (Sarre) en 2011 sur Asterix et les Celtes 

  Le banquet des classes en 8 et en 3 de Drom et Ramasse se déroulera le samedi 28 octobre à la salle des fêtes de Ramasse !

  Il est encore temps de s'inscrire auprès de Isabelle PONCET (04.74.30.69.56, à Drom) ou Katy LE SANT ( 07.88.29.13.76, à Ramasse).

  Au menu :

Dodine de volaille au foie gras, compotée d’oignons,

petite salade de fèves et petits légumes au Xérès

**

Dos de cabillaud aux poireaux, tuile aux parmesan

**

Pause digestive

**

Mijoté de cerf sauce Sologne,

flan de potiron aux noix, risotto aux champignons

**

Plateau de fromages ou fromage blanc à La crème

**

Entremets coconuts, crème anglaise au Malibu

 

Plus la gratinée, le soir

Tarif : 40 € tout compris (midi / soir / vin / café)

15 € pour les enfants

Pauline encore sur le podium … des grands !

Pour l'occasion, Pauline passe devant l'objectif avec sa réalisation !

  Pour sa deuxième participation au concours du  Club Photo de Tossiat  , Pauline Aviet a confirmé sa place au même niveau que les grands avec un nouveau quatrième prix.

  Quelques semaines après sa réussite au concours 2017, Pauline s'était vu offrir un appareil photo pour son dixième anniversaire . . . alors elle s'est encore plus adonnée à sa passion ! L'été 2018 a alors été consacré à quelques recherches et essais pour ce concours dont le thème était "Aux jardins", d'abord avec des groseilles, puis des tomates dans différentes mises en scène, avec la participation (des mains) de sa soeur Margot et de Evelyne et René, ses grand-parents. Une douzaine d'essais ont ainsi été nécessaires pour qu'elle arrive au résultat recherché.

  La suite a prouvé que l'artiste en herbe avait eu une judicieuse inspiration, un bon coup d'oeil et la maîtrise de la technique !

  Et le jury nous a confirmé que ni l'identité, ni l'âge des candidats n'étaient connus lors des délibérations.

A la proclamation des lauréats, Pauline peine à tirer la moyenne d'âge vers le bas !

(Merci à Tatou et à Bruno AVIET pour les photos)

 

Au fil des jours . . .