Taille des Caractères
Le Dromoscope

Articles en stock

Aujourd'hui à Drom

26 août 2019, 0 h 57 min
Clair
Clair
19°C
 

Soyez averti !

Tag Archives: ARCMA

26ème exposition bourse d’échange : les utilitaires à travers les gouttes !

Thomas est chargé de la partie "tracteurs"

  « Bonne fréquentation ! », à cause de l’incertitude des conditions climatiques, « quelques exposants ont déclaré forfait mais ils ont eu tort : beaucoup d’affaires ont été faites, la plupart avant 8h du matin » résumait Jean Luc Lombard, président de l’Association Revermontoise pour la Conservation des Mécaniques Anciennes. Par exemple, parmi la cinquantaine de stands venus de l’Ain et des départements voisins, cet exposant spécialisé dans les pièces neuves de cyclos des dernières décennies ; « c’est incroyable, avec la limitation de vitesse, beaucoup de quadragénaires se remettent à la « mobylette » de leur jeunesse et initient leurs adolescents, les sortant ainsi de leur écrans ».

   Venu des Monts du Lyonnais avec son orgue dans un Renault Galion (« l’Orgalion » ! ), François a poussé la chansonnette au son du limonaire, proposant un choix de 160 titres : depuis 11 ans, il sillonne ainsi la France, particulièrement dans les manifestations de véhicules anciens.

Exposition : diversité et belles pièces

   L’ARCMA est maintenant forte d’une quarantaine de membres, et c’est un des plus jeunes, Thomas Péronnet, le local de l’étape, adhérent depuis qu’il a 16 ans, qui se charge de la partie tracteurs. Il s’était fixé pour but de ne mettre qu’un tracteur par marque : au total, il en proposait 63, entre tracteurs et voitures transformées de l’après-guerre.

   A l’honneur cette année, les utilitaires légers se déclinaient sur 2, 3 ou 6 roues, des cycles avec remorque ou aménagés (tel ce side-car/barbecue ! ) aux fourgons ou camionnettes/plateau (U23, Voltigeur, « Tube », D4) en passant par la Lambretta, la 2CV camionnette et l’Estafette. La dernière restauration de l’ARCMA était à l’honneur, une Terrot PU, aux côtés d’une opération en cours : la résurrection d’une voiture Mors de 1942. La marque française avait imaginé un véhicule électrique utilisant l’énergie récupérée lors des freinages.

   Enfin, un constructeur du Beaujolais était aussi à l’honneur avec sept modèles : Gautier, qui avait construit son premier cadre avec des chutes de tubes d’échafaudages  . . .  il construira finalement 1 000 motos de sport de 1971 à 1982.

François et son "Orgalion"

 

 

La restauration, c'est l'affaire des Pilot'Ain ! Pour un coût raisonnable, 400 personnes peuvent profiter d'un bon casse-croûte à l'abri !

 

 

Mécaniques anciennes : la 26ème exposition / bourse d’échanges

 

Les utilitaires légers seront à Drom ! (Dessin ARCMA)

  Pour sa 26ème exposition / bourse d’échange, l’ARCMA (Association Revermontoise pour la Conservation des Mécaniques Anciennes) a retenu le thème des utilitaires légers. Misant sur originalité et diversité des modèles présentés, l’association présentera aussi pas moins de 50 marques de tracteurs aux côtés des autos et motos. Dans cette dernière catégorie, un stand spécial sera dédié à l’épopée d’un constructeur de la région, Gauthier, qui, commençant à se fabriquer lui-même une moto de course, s’est lancé, dans son atelier en Beaujolais, dans la fabrication de sportives en série qui ont collectionné les trophées pendant une dizaine d’années.

  On pourra aussi admirer les dernières restaurations de l’ARCMA : une Mors électrique de 1942 et une Terrot PU, trouver la pièce rare chez un des nombreux exposants, présents de 6h à 18h, et se restaurer à la cantine des Pilot’Ain.

  Quant à la tombola, le choix sera laissé au gagnant : il partira avec une Moto 125 MZ type ETZ soit il choisira le tracteur Massey Harris Pony.

 

Les années en 9 : il y a 20 ans

Continuons notre balade dans les fins de décennies ; deuxième épisode : 1999.

   Début d’année gourmand avec la fondue du Sou des Ecoles, suivie du boudin de Patrimoine où 130 kilos (plus 30 de civier) sont vendus en deux heures. En mars débute le 33ème recensement de la population. Les jeux sont enlevés aux Conches (toboggan, cage à écureuil, tourniquet, balançoires) : après 25 ans de bons et loyaux services, ils ne sont pas aux normes. En avril commencent les travaux d’agrandissement de la fromagerie : la production est momentanément délocalisée, mais la vente est maintenue. Avec le soleil et sous le thème des années 50, la sixième édition de l’exposition-bourse d’échanges des mécaniques anciennes bat ses records de fréquentation. En juin, les écoliers participent au premier concert intercommunal où ils se distinguent avec leur show effroi : « Le cimetière du château d’os ». Deux premiers casques F1 arrivent chez les pompiers : ils remplaceront progressivement les précédents, acquis en 1966.

   Le 14 juillet, lors des intervillages à Jasseron, les athlètes de Drom confirment une fois de plus leur écrasante suprématie au lancer de l’œuf, loin devant leurs concurrents. On apprend que le contrat de rivière du Suran est agréé, sa signature prochaine permettra de lancer le chantier d’assainissement avec des aides supplémentaires ; ; le terrain pour la future station d’épuration est débroussaillé. Le conseil municipal vote un programme d’aides dans le cadre de l’opération façades. En août, les sociétaires de la gymnastique volontaire entrainent 25 randonneurs dans la visite du tunnel et la fromagerie reprend son activité complète dans des locaux agrandis et restructurés.

164 Dromniers

   En septembre, c’est la 160ème rentrée scolaire dans des locaux communaux avec neuf écoliers (la première école a été mise en service en 1840 dans l’actuelle salle des fêtes) ; la population officielle de la commune est de 164 habitants. Le dernier samedi du mois, 80 concurrents se mesurent dans les épreuves spéciales chronométrées du rallye du Suran ; la pluie occasionne des sorties de route et le directeur de course se montre très discret sur le déroulement de l’épreuve. En même temps, on fête St Thyrse sous les chapiteaux. Mais le lendemain est plus sec et n’altère en rien l’affluence habituelle de la fête où l’on assiste, après deux ans d’absence, au retour du « jeu culturel », pris en charge par les jeunes. En octobre, le projet d’assainissement entre dans sa phase de réalisation avec le lancement des appels d’offres. Rachetée lors des travaux de la fromagerie, une cuve à Comté est installée au « jardin britannique » par le comité de fleurissement. En novembre, pendant les vacances, l’école est équipée d’un ordinateur et d’un accès à internet ; les élus auront même droit à une formation. Ces derniers procèdent eux-mêmes à l’installation de guirlandes lumineuses pour les fêtes de fin d’année : elles complèteront désormais le sapin et l’éclairage du vitrail. De son côté, l’école organise sa première vente de décorations de Noël.

Le bon boudin de Patrimoine

Première manoeuvre pour Bibi & Fox

La sécurité et les secours enseignés aux écoliers

Suppression des jeux aux Conches

Les travaux vont débuter à la fromagerie

Les sociétaires commencent le chantier eux-mêmes

Le chadron part vers une nouvelle vie . . .

Fermeture du passage vers le "Cabasson"

Les classes en 9 . . . et en 4 !

Drom est présent dans la caravane du 4ème Grand Prix de la Route Fleurie du Revermont

La 6ème exposition / bourse d'échange des mécaniques anciennes.

Rencontre sur le terrain pour les maires de Drom et Meillonnas

Karine Merle, aide éducatrice à l'école

Grande manoeuvre pour le Comité de Fleurissement

Remise de diplômes et de galons chez les pompiers

Escapade en Pays Basque pour les pompiers

"Le cimetière du château d'os", show effroi des écoliers

Les premiers casques F1 arrivent au C.P.I.

Voyage d'études pour les écoliers : de Lyon à Vienne en bateau

Journée d'études sportive sur le terrain . . .

. . . du sud au nord de la vallée.

Cérémonie en plein air pour le départ en 6ème

Fromagerie : ça avance ...

Intervillages : les Dromnières en action

Fin de chantier ...

... remise en route de la production par Jean-Claude Folliat, le fromager.

C'est la rentrée pour les 9 écoliers de Drom

Depuis une dizaine d'années, Paul Bonnet collectionne les vieux tracteurs

 
 

Pour la St Thyrse, les pompiers mettent en service leur nouveau véhicule d'intervention rapide

 

Dépillage de maïs pour l'Age d'Or

 

De la potion magique plein le chaudron

 

Pour l'éclipse, Jean-Claude voit tout noir ...

 

Les Daltons se sont évadés

 

L'aquarium de Patrimoine

 

Les démons de la nuit sont de retour

 

Retour au bercail pour les Dalton

 

En octobre, le projet de l'assainissement collectif est prêt !

La commission bâtiment étudie un projet d'agrandissement de la mairie à l'étage

Après le Comté, puis la potion magique, une nouvelle vie commence pour le chaudron, racheté par le comité de fleurissement

L'informatique et internet arrivent @ l'école

Les écoliers participent à la commémoration du 11 novembre

Emilit Roserat, ambassadrice du tri, explique aux élus la mise en place prochaine de la collecte sélective des déchets.

Concours de belote avec l'Age d'Or

(les juges ! )

Les mains pleines d'ampoules, les élus enguirlandent le village pour le passage à l'an 2000

 
 
 

Avec le CCAS, un bon repas pour les anciens

 
 
 

. . . puis la Sainte Barbe, pour les pompiers

 

Premier marché de Noël avec l'école

 

Internet : les "NTIC" expliquées aux élus (Nouvelles Technologies de l'Information et de la Communication)

 

Encore une belle prestation du Père Noël à l'école

Drom en fleurs, pendant toute la belle saison

 
 

 

Saint Thyrse 2018 : la ruée sur les tartes !

  L'édition 2018 de "Drom en fête" aura été marquée, le samedi matin, pour une affluence telle sur les tartes qu'on enregistrait plusieurs ruptures de stock dès le samedi matin malgré 625 galettes cuisinées pendant la nuit par l'amicale des Sapeurs Pompiers. Après l'oignon, qui est toujours victime de son succès, fromage, praline et chocolat étaient aussi rayées de la carte.

  Le lendemain, après la messe annuelle, la deuxième journée voyait le retour du repas dominical. L'association Patrimoine avait promis un repas gastronomique, et les gourmands qui ont pu avoir des places n'ont pas été déçus : le Poulet au Clon, concocté par le chef Tissot, de Simandre, a alors fait l'unanimité.

  Une petite pluie s'est alors permis de venir gêner le début du défilé, occasionnant probablement une baisse de fréquentation, mais pas de qualité ni d'enthousiasme dans le corso.

   On notait la visite de Arnaud Thenoz, président délégué de la FNCOF, Fédération Nationale des Comités et Organisateurs de Festivités, qui tient à venir encourager les bénévoles qui animent les villages. Notant qu'il s'agit ici d'une des dernières fêtes estivales, il précisait, impressionné, qu'il "est très exceptionnel de voir un tel défilé de chars dans un si petit village".

  En effet, pas moins de huit équipages, de toutes tailles et de toutes nature, ont alors parcouru les rues, précédés par une formation musicale, les "Sonneurs de Grenoble", et leurs cornemuses écossaises.

 La journée s'est alors poursuivie sur la place, avec le retour du soleil, entre animations et musique celtique, autour d'un verre entre amis ou sur les manèges pour les plus petits.

Retour en images

Dès le jeudi, épluchage des oignons : 150 kilos seront traités dans les pleurs et la bonne humeur !

Le pétrin est sollicité toute la nuit

On ne lésine pas sur la marchandise !

Préchauffage du four

Etape délicate : la cuisson

Et la vente se déroule en un temps record : oignons, fromage, frangipane, chocolat, praline, crème et sucre.

Le dimanche débute par la seule messe de l'année dans l'église St Thyrse

Avec la sympathique participation d'une partie de la chorale de Saint Etienne du Bois.

Puis c'est l'heure du dîner de Clon !

Que des légumes du jardin !

La sauce au Clon n'a laissé personne indifférent

Arrive ensuite le défilé, avec la visite de Arnaud Thenoz, président délégué de la FNCOF

Les Sonneurs de Grenoble ouvrent la marche !

 

Voyage dans la capitale pour les Dromignons

 

Une jolie vache (déguisée en fleur ? )

Georges plus vrai que nature

. . . ou étais-ce une jolie fleur dans une peau d'vache ?

Et, toujours et partout, le soin du détail !

La Gordini à Papy !

11 novembre 1918 : 100 ans déjà !

La moto est d"époque : une véritable Triumph de 1918 !

C'est l'occasion d'aller au Tourlourou, chanter "La Madelon ! "

Cuisine haut de gamme avec les jeunes cheffes . . . une bandes de toquées !

Un char entièrement tricoté à la main . . .

. . . par Léon et Léa.

(le gang des tricoteuses a encore frappé ! )

L'ARCMA ferme la marche : une lieuse donnée par M. Raymond Guillot, de Drom, et restaurée par Thomas.

Et la fête se poursuit autour d'un verre, au son des cornemuses

Les crêpes du Club de l'Age d'Or sont les bienvenues !

Il y a même fête foraine pour les enfants

De la musique écossaise, par des joueurs bretons venus du Dauphiné !

(Merci à Christian Morandat pour la photo 43 )

Mécaniques anciennes : les belles Italiennes

  Un (petit) peu moins d'exposants, des visiteurs plus tardifs mais en quantité habituelle et, surtout, l'absence de la pluie pourtant prévue : la 25ème exposition / bourse d'échange de mécaniques anciennes a encore réjoui autant les inconditionnels des vieux véhicules que les promeneurs du dimanche. Le thème de l'année mettait alors l'Italie à l'honneur et les belles Italiennes ne manquaient pas, comme cette très rare Ferrari 250 GT Lusso de 1963 (351 exemplaires) ou la Lancia S4 Abarth de 1985, côtoyant, bien sûr, les Alfa Roméo et les Fiat. La Fiat 500 originelle trônait ainsi à côté du modèle de 2017, sorti pour son 60ème anniversaire. Les deux roues alignaient, entre autres, les cyclos sportifs des années 70 : Malagutti, Malanca, Ducati Itom, Mondial, Motini, Gilesa et autres Motoguzzi. Une Bernelli 650 Tornado indiquait sa participation au Bol d'or de 1972 où elle put terminer la course grâce au prêt d'une tige de culbuteur prélevée sur celle d'un spectateur solidaire. Du côté des tracteurs, une série de Someca et de Same entourait un Landini à boule chaude, monocylindre de 7,2 litres, équivalent outre-alpin du Vierzon. On pouvait même découvrir un motoculteur Ferrari.

Connaissances … et notoriété !

  Encore une fois une belle exposition " grâce à un fantastique réseau de connaissances de toute l'équipe " nous confient les organisateurs ; " on nous confie des véhicules en toute confiance, ce qui est appréciable : nous sommes soigneux et les traitons avec précaution ; nous sommes très fiers de cette confiance ". Il convient aussi de constater qu'au fil de plus de deux décennies, la bourse de Drom s'est aussi forgé une notoriété !

  La fête printanière est aussi une destination pour plusieurs clubs de passionnés : le Vespa Club du Val de Saône, les Volants d'Antan, le Tacot Club, le Club Mécanique des Bords de l'Ain ou l'AVAVAL (association des véhicules anciens du Valromey), sans compter les individuels qui garnissent le parking réservé de moult ancêtres de tout le siècle précédent : Aronde, Cadillac, 201 Juvaquatre, DS Panhard …

  Quant à la Moto Guzzi Dingo, premier prix de la tombola, elle a été remportée par René Marche.

En plus de l'exposition, on trouve toutes les pièces introuvables ailleurs . . .

. . . mais aussi les fiches techniques !

20ème bourse pour Annie, qui vends les tickets repas des Pilot'Ain !

Le parking des visiteurs mérite aussi le coup d'oeil !

Des clubs font de Drom le but ou l'étape d'une excursion, sur deux roues . . .

. . . ou sur quatre !

Au fil des jours . . .