Taille des Caractères
Le Dromoscope

Articles en stock

Aujourd'hui à Drom

18 juillet 2018, 5 h 14 min
Surtout clair
Surtout clair
15°C
 

Soyez averti !

Tag Archives: AGEK

La vallée du Suran s’engage contre les pesticides

  Sensibles à la problématique des pesticides, les communes de la vallée du Suran ont engagé une démarche "zéro phyto " au sein du Syndicat Mixte Interdépartemental du Suran et de ses Affluents (SMISA). Au 1er janvier dernier, une nouvelle structure est née de la fusion du SMISA et de syndicats voisins, sur un périmètre plus large : le Syndicat de la Rivière d'Ain Aval et de ses Affluents " SR3A ". L'opération d'abandon des pesticides dans la vallée du Suran continue toutefois, par exemple avec l'établissement de plans de désherbage pour les communes.

Collecte de produits et ateliers participatifs

   Pour les particuliers, une collecte est mise en place pour les bidons de produits phytosanitaires, vides et pleins. A Drom, ils peuvent être déposés en mairie aux heures d'ouverture du public (mercredi, de 13h à 16h et vendredi de 16h à 19h), jusqu'au 28 avril. Chaque participant se verra offrir, par le syndicat, une binette qui pourra être récupérée lors d'une animation grand public, le 28 avril, de 9h à 12h, à la salle des fêtes de Hautecourt. L'Association de Gestion des Espaces Karstiques (AGEK) sera partenaire de cette animation.

  Par ailleurs, les déchèteries récupèrent toujours, et toute l'année, les déchets liés aux produits phytosanitaires.

Du 15 mars au 28 avril, les produits phytosanitaires peuvent rapportés en mairie

Une binette offerte aux participants

 

 

Premiers préparatifs pour les « rencontres d’octobre »

Les Cavets s’apprêtent à recevoir les Parisiens !

  Créé il y a plus de 80 ans, le Spéléo Club de Paris organise chaque année ses « Rencontres d’octobre », une des principales manifestations régulières de spéléologie scientifique en France. Parcourant le territoire national, elles sont devenues le rendez-vous traditionnel et incontournable des spéléologues explorateurs et des spécialistes du karst. Pour ce faire, des liens sont alors tissés avec les organisations locales.

Retour dans l'Ain

  Après Corveissiat en 2005, le spéléo club revient dans l’Ain puisque la 28ème édition se déroulera ainsi du 12 au 14 octobre 2018 dans la vallée de Drom avec le soutien du CDS 01 (Club de Spéléologie de l’Ain) et en partenariat avec le département de l’Ain et l’AGEK (Association de Gestion des Espaces Karstiques). Pendant trois demi-journées, les travaux scientifiques enchaineront échanges et interventions, suivies d’une visite sur le terrain (mais aussi sous le terrain ! ) ; une soirée sera aussi ouverte au grand public.

Une organisation sur les deux villages

  L’ensemble se déroulera sur les deux communes de Drom et Ramasse, l’AGEK se chargeant d’une partie de la logistique locale, et de la présentation de ce site karstique qui fera l’objet d’une conférence spécifique et détaillée !

  L’organisation de ces journées a donc commencé à s’esquisser du côté Revermont, avec une rencontre en duplex, par vidéoconférence, sous la direction de Philippe Vermeil, président de l’AGEK. Si le programme des interventions n’est pas de leur ressort, les Cavets souhaitent quand même partager leurs spécificités et leur sens de l’accueil.

Incontournable : la visite du tunnel !

 

L’esquisse du programme

  Le soirée grand public devrait se dérouler le vendredi soir à Drom, avec une présentation du poljé de Drom sous plusieurs angles (géologie, histoire, karst, etc. ) les rencontres et échanges des spécialistes étant plutôt prévus sur Ramasse les samedi et dimanche.

.

 

 

« La Fabrique » anime le Revermont

 

  Lancé à l’automne 2013, « La Fabrique du Revermont » est un projet de territoire, citoyen, culturel et économique, visant à créer un lieu d’animation comprenant (pour commencer ! ) un gîte de groupe, un bar associatif, un lieu de spectacle et un espace de « coworking ». Après de nombreuses réunions sur le massif, un local était trouvé et acquis pendant l’été 2017, à Thioles (Simandre sur Suran) : il est actuellement en cours d’aménagement. Souhaitant faire aussi vivre cette dynamique en dehors du lieu, l’association organise « Les samedis de La Fabrique », le premier samedi de chaque mois, en des lieux différents du Revermont. Différentes animations sont alors proposées, spectacles, jeux, à l’intention des familles et des adultes, généralement en deux parties. L’équipe privilégiant des partenariats avec les habitants, les associations et tous acteurs du territoire.

Territoire et culture

  La première année de ces samedis s’est ainsi terminée à Drom, avec, tout d’abord, une visite guidée du tunnel, en collaboration avec l’AGEK (Association de Gestion des Espaces Karstiques). En effet, La Fabrique considère cet équipement comme « un élément notable et exceptionnel du territoire, tout le monde le connait, mais beaucoup ne l’on pas encore visité ! » ; une vingtaine de personnes a alors tenté l’aventure.

  Puis, après quelques crêpes et un bon chocolat chaud à la salle polyvalente, plus d’une centaine de spectateurs ; dont une écrasante majorité d’enfants, s’est esclaffée aux facéties du clown Picolino dans son spectacle « œuf à la coq », dans un amoncellement de cagettes.

  Prochain samedi : à Cize, sur la thématique de l’économie (la monnaie locale), mais toujours avec des jeux.

 

Philippe Vermeil (AGEK) explique les phénomènes karstiques.

Parés pour la visite !

Même si on est sur la commune de Ramasse, il s'agit bien du tunnel de DROM !

Les maladresses de Piccolino ont déclenché les éclats de rire

.

 
.

Un nouvel épisode pour le tunnel

Tunnel de DROM 03

Le ruban est coupé !

   Animation inhabituelle ce samedi au tunnel de Drom : quelques costumes, voire cravates et talons, côtoyaient les coutumières tenues décontractées, avec bottes et casques de spéléo. Il convenait, en effet, d’inaugurer un nouvel aménagement : un escalier permettant l’accès au tunnel en toute sécurité. Après la visite du tunnel par un tout petit groupe, un rappel historique était fait sur cette curiosité du XIXème siècle, creusée pour remédier aux catastrophiques inondations dans la vallée et devenue, en tout juste deux décennies, un lieu de randonnée aux vocations touristiques, ludiques et éducatives. Créée en 2001, l’AGEK (association de gestion des espaces karstiques) est devenue référente du milieu karstique en Revermont et Bugey ; elle organise, entre autres, des visites du tunnel, pour les scolaires, puis dans le cadre des animations estivales. Avec l’explosion du nombre de visites, tant individuelles qu’organisées (jusqu’à deux mille personnes estimées par an), l’association souhaitait formaliser un partenariat avec les communes concernées pour bien définir les modalités de gestion du site, de conditions d’accès et de responsabilités. Une convention était alors signée le 27 juin 2015 entre les communes de Drom (initiatrice de cet ouvrage), Ramasse (où se situe l’entrée) et Villereversure (pour la sortie). Philippe Vermeil, président, rappelait alors tout le confort déjà ressenti depuis l’installation de l’escalier en août 2016. En remerciant les trois maires, il saluait aussi chaleureusement son constructeur, Gilbert Amaro, par ailleurs ancien spéléo qui a consenti un prix défiant toute concurrence. Revenant à 5 000 €, ce nouvel équipement a reçu des aides financières du département et du SMISA (Syndicat Mixte Interdépartemental du Suran et de ses Affluents).

Un peu d’histoire

  De par sa configuration karstique, l’histoire de la vallée sèche de Drom n’est qu’une succession dramatique de sécheresses et d’inondations. En 1852, Hyppolite Gouilloux, maire de Drom, demandait aux services de l’Etat d’étudier le moyen de creuser un tunnel du point bas de la vallée en direction des « sources intermittentes de Rochefort » (à Villereversure, dans la vallée voisine du Suran) lesquelles ne coulaient que lorsque la vallée de Drom était inondée. Après bien des démarches, puis des essais insatisfaisants de puits, le creusement d’un tunnel était engagé en 1859, mais dans une version « courte » pour en diminuer les coûts ; version qui nécessitait d’autres travaux de surface en amont : l’aménagement d’un canal vers l’entrée du tunnel. Sur un coût total de 106 585 francs, l’Etat en finança 93 200 et la préfecture 4 000. Le reste fut pris en charge par la commune de Drom « tant par impositions extraordinaires, journées volontaires, prestations, etc. » (son budget annuel était alors d’environ 3 000 F.).

  Le tunnel terminé (en 1869), le maire entrepris de nouvelles démarches pour faire réaliser le canal amont. Mais la guerre de 1870 vient annuler ce dossier. Toutefois, grâce à une faille traversée dans sa percée, l’ouvrage remplit partiellement son office. En partie ébranlée, la sortie est réparée en 1901 et complétée par un tube métallique en 1963.

  En 1994, l’entrée du tunnel, passablement effondrée et presque bouchée, est restaurée par la commune de Drom. En 1996/1997, le canal est réalisé, sur le tracé imaginé en 1869 : le niveau des inondations est désormais maîtrisé.

Tunnel de DROM 01
Tunnel de DROM 02

Tunnel de DROM 04

(Après une inauguration, on partage le verre de l'amitié ! )

  L'escalier vient en complément des échelons scellés dans la paroi rocheuse :

Tunnel de DROM 05
Tunnel de DROM 06
Tunnel de DROM 07
Tunnel de DROM 08
Tunnel de DROM 10
Tunnel de DROM 11
Tunnel de DROM 09

   La chauve-souris veille sur l'entrée : "TUNNEL D'ASSAINISSEMENT DE LA VALLEE DE DROM. Commencé en 1855 - Terminé en 1869. Les travaux ont été exécutés par le service des Ponts et Chaussées aux frais de l'Etat et de la Commune de Drom qui, sous l'administration de M. Gouilloux Maire, a fait les plus grands sacrifices pour concourir à cette oeuvre d'utilité publique."

  Un petit tour à l'intérieur :

Tunnel de DROM 12

Tunnel de DROM 13

Un groupe très restreint pour le jour de l'inauguration !

Tunnel de DROM 14

Michel Geoffray, bénévole de l'AGEK, explique la géologie du secteur

Tunnel de DROM 15

Des concrétions dans les moindres recoins

Tunnel de DROM 16

Un habitant dérangé dans son sommeil . . .

Tunnel de DROM 17

. . . alors que son voisin dort ! Ces chiroptères sont des petits rhinolophes, seules chauves souris d'Europe (avec les grands rhinolophes) à se suspendre et s'envelopper dans leurs ailes.

Tunnel de DROM 18

La faille, agrandie (et explorée) en 2012

Tunnel de DROM 19

La partie maçonnée, de 1901

   Après une découverte au sommet (le site médiéval de Monchatel), Sébastien Calland, de l'Office de Tourisme Bresse Revermont, en fait une autre en sous-sol : une traverse qui supportait les rails des wagonnets pendant la construction (1859 - 1969) :

Tunnel de DROM 20

Une précision utile :

Tunnel de DROM 21.

Les 7 merveilles des Dromignons

Chemin buissonier des Dromignons (1)

   Depuis trois années, les Dromignons font l’école buissonnière ! En effet, sous l’égide de l’USEP (Union Sportive de l'Enseignement du Premier degré), les écoliers ont conçu un « chemin buissonnier », qui consiste en un chemin de randonnée présentant les curiosités de leur village. Il leur a d’abord fallu rechercher et déterminer les éléments remarquables à mettre en valeur, puis à imaginer un parcours pour les relier. Après un travail de recherches sur ce patrimoine, un topoguide a alors été conçu, puis un panneau de présentation au départ de cette boucle d’environ 6 kilomètres. Pour ce projet, les Dromignons se sont entourés de partenaires techniques et financiers : l’AGEK (association de gestion des espaces karstiques), l’Etoile du Revermont (club de randonnée de Meillonnas), le sou des écoles et la commune. Il convenait alors d’inaugurer dignement ce nouvel équipement touristique, avec discours et coupure de ruban ! Après la cérémonie officielle qui permettait de dévoiler le panneau, le départ était donné pour découvrir les 7 merveilles sous un soleil de plomb

  Au départ de l’école, on est rapidement devant l’église St Thyrse (XIIème/XVème siècles) et le campanile, on découvre un peu plus loin la fromagerie (bâtiment de 1906 qui abrite la coopérative créée en 1881), puis l’indication du niveau des inondations de 1840. Etape suivante : le lavoir, dont la particularité est d’être submersible. On sort alors du village et on peut admirer des dolines, avant d’arriver au « tunnel de l’espoir », qui permet d’évacuer les eaux d’inondation de la vallée. Enfin, on se promène sur un lapiaz, formation géologique particulière du relief karstique. Le tout, en tout juste deux heures : une bonne idée supplémentaire de promenade en ce début de saison estivale !

Chemin buissonier des Dromignons (2)

Chemin buissonier des Dromignons (3)

Le moment du discours

Chemin buissonier des Dromignons (4)

Les Dromignons dévoilent leur réalisation !

Chemin buissonier des Dromignons (5)

(Merci à Sylvain TURPIN et Pascale BORGET pour les photos)

Au fil des jours . . .