Faisons un petit tour dans une ruelle du village : l’impasse du garde champêtre.
Qui était Emile Buffet ?

 

   Elle aurait dû se nommer Port Blanchet, en référence à son usage pendant les inondations de 1840, mais c’est « L’impasse du garde champêtre, Emile Buffet », qui a été retenue. En effet, le dernier garde de la commune vivait au fond de cette venelle (actuelle maison Gros).

   Fils de Mélanie et Joseph Buffet, épicière et menuisier à Ramasse, Marie Joseph Etienne Emile Buffet est né à Drom pour la Saint Thyrse, le 24 septembre 1879, chez son grand père Célestin Carrier, épicier. Il part travailler à Lyon, en tant que conducteur de tramway à l’OTL (Compagnie des Omnibus et Tramways de Lyon), sur la ligne Lyon Crémieu. En novembre 1908, il épouse Marie Louise Malarin. Probablement devenu veuf, il se remarie le premier juillet 1922 avec Mademoiselle Marthe Laurent.

   A la fin de la guerre, il revient à Drom pour passer sa retraite et se voit confier la tâche de garde champêtre. On peut lire, dans le registre de comptes rendus du conseil municipal : « Le 15 octobre 1944, le maire, Marius Corretel, de la commune de Drom, vu la démission de M. Malessard à la date du, vu la loi du 5 avril 1884 art. 88, vu l’avis du conseil municipal, arrête : M. Buffet Emile, domicilié à Drom, est nommé garde-champêtre en remplacement de M. Malessard, démissionnaire. Il entrera en fonction dès que sa nomination sera agréée par M. le Préfet et qu’il aura prêté le serment exigé par la loi du 6 octobre 1791 ».

 Une deuxième carrière

   Le premier janvier 1945, à plus de 65 ans, Emile Buffet entame alors une deuxième carrière et prends donc ses fonctions de garde champêtre de la commune de Drom. Coiffé de son képi, une grosse cloche à la main, il parcourt le village, s’arrête de quartier en quartier et, après avoir fait sonner la cloche, annonce d’une voix forte et claire : « AVIS A LA POPULATION ! », suivi de : « En raison des restrictions d’eau, la distribution aura lieu de 11 h à 12 h », ou alors : «  Une distribution de coupes d’affouage aura lieu vendredi matin en Javernaz », ou bien encore : «  En raison de travaux de réparation de fuite, une coupure d’eau aura lieu de 14 h à 17 h ».

   Le garde sillonne également sentiers et pâturages afin de veiller à ce que les nombreux bergers fassent bien leur travail et que les troupeaux paissent uniquement là où ils sont autorisés. Gare aux jeunes bergers distraits (ou trop occupés à jouer … ) qui laissent brouter une vache sur une parcelle voisine ! Il s’occupe aussi de l’entretien des conduites et des vannes du tout récent réseau d’eau, ainsi que des menus travaux sur les chemins communaux.

Le dernier Garde Champêtre

   Il œuvre ainsi jusqu’en 1965 où il démissionne à l’âge de 86 ans. Le poste de garde champêtre est remplacé par un porteur de plis, Barthélémy Cruiziat, qui doit aussi effectuer des travaux sur les chemins communaux, à raison d’une journée par semaine.

  Emile Buffet décède en 1968. Seule à la maison, sa veuve sera encore famille d’accueil, mais aussi cantinière pour les écoliers de Drom venant du hameau de Montmerle. Elle décède en 1979, à l’âge de 87 ans.

Emile Buffet et sa première épouse, vers 1910

La musette, la cloche, la clé pour l'eau : le matériel du Garde Champêtre !