A droite, à côté de Philippe DOSNE, président des Amis de Notre Dame des Conches, Michel PORRIN, maire de Ramasse, présente la réfection de la toiture.

La pluie s'est invitée au pèlerinage du lundi de Pentecôte, mais les pèlerins étaient bien à l'abri !

  Le temps n’incitait pas trop à gravir la sainte colline pour ce traditionnel pèlerinage du lundi de Pentecôte. Cependant, les pèlerins qui ne sont pas laissés arrêter par la pluie du matin, pour se tasser dans la chapelle, ont été les premiers à « bénéficier » des travaux de réfection de la toiture.

  Mais ce n’est pas tout : d’autres surprises les attendaient …

Une histoire pluri-séculaire

  Ce pèlerinage trouve ses origines il y a probablement plus de 16 siècles. Cette année, en début d’office, on apprenait que, selon la volonté du pape François, l’église catholique célèbre désormais, Marie, mère de l’église, le lundi de Pentecôte (sa Sainteté a donc dû s’inspirer de la dévotion aux Conches !). De plus, depuis l’année dernière, l’évangile qui désormais consacré au lundi de Pentecôte est celui ou le Christ, sur la croix, confie sa mère à son disciple Jean (lequel enseignera ce culte à son disciple St Polycarpe qui, lui-même, le propagera vers la Gaule en envoyant des missionnaires, dont St Thyrse, premier évangélisateur du Revermont, sur la colline des Conches ! )

  Ce jour, l’office a bénéficié de la participation autant amicale que musicale de Sylvie Frachet (au clavier) et Diane Framont (au violoncelle), du duo PianiCello.

Une réfection totale

  Le bâtiment actuel ne date « que » de 1839 : selon les recherches de l’abbé Gringoz, enfant du pays et historien du site, il s’agit là du cinquième sanctuaire après une histoire ponctuée de destructions et reconstructions. Après l’ouverture de la « route des crêtes », vers 1975, le site devient beaucoup plus fréquenté et, si l’on est loin des persécutions romaines, des invasions de Sarrazins, des soudards de François 1er, si la guerre de cent ans et l’intolérance révolutionnaire ne sont que de lointains souvenirs, d’autres vandales et pillards sévissent et leurs forfaits se nomment graffitis, destructions et abandons multiples de détritus. L’association des Amis de Notre Dame des Conches est ainsi crée en 1984 et s’attache à entretenir et maintenir le site en état, avec l’aide de la commune de Ramasse, propriétaire du bâtiment, et des communes voisines. Entre autre travaux, elle fait repeindre le toit du clocher en 1989, changer les abat-son en 1994 et refaire la toiture de la chapelle en 1995 ; l’intérieur est restauré en 2005.

  Les dernières semaines ont ainsi vu une nouvelle réfection totale de la toiture : chapelle, clocher et abat-son par les entreprises Gallet (charpente, à St julien sur Suran) et Poncet (zinguerie à Coligny). Pour cet investissement de 27 300 € TTC., la commune de Ramasse a bénéficié de 65 % de subventions, plus une participation de 26 % de l’association des Amis de Notre Dame des Conches.

Le « retour » de Notre Dame

  Quant à la statue de Notre Dame des Conches, jusque vers 2004, elle trônait régulièrement dans sa chapelle lors des pèlerinages de Pâques et de Pentecôte. Depuis, cette sculpture en bois du XVème siècle est protégée dans les services du patrimoine du département. Philippe Dosne, président de l’association, indiquait sa satisfaction de la voir de nouveau à sa place, sous forme d’une photo grandeur nature.

Notre Dame des Conches a "retrouvé" sa niche

"Pluie du matin n'arrête pas le pèlerin" !

 

Suivi de chantier (Merci à Philippe DOSNE pour les photos)