Taille des Caractères
Le Dromoscope

Articles en stock

Aujourd'hui à Drom

13 juillet 2020, 13 h 57 min
Ensoleillé
Ensoleillé
25°C
 

Soyez averti !

Tag Archives: Sylvain Turpin

« Contraints et forcés » : le passage à la semaine des 4 jours

La crise sanitaire et les contraintes qu'elle a entraînées ont quelque peu fait oublier un autre sujet dans l'air du temps :
les rythmes scolaires. Rencontre avec le maire et l'instituteur.

La fin des "TAP"

   Depuis 2013 et l'instauration des "TAP", temps d'activités périscolaires à la charge des collectivités, "on a fait avec ce qu'on avait (associations, intervenants bénévoles)", indique Yves Guillemot, maire, "certains sont beaucoup venus ; il devient difficile de trouver des intervenants nouveaux et variés" précise Sylvain Turpin, l'enseignant. "Il faudrait professionnaliser les TAP en embauchant du personnel qualifié, mais on ne nous met pas les moyens en face ... comme dans beaucoup de domaines, d'ailleurs ! " renchérit le maire.

   Pour Yves, la décision a donc été prise pour des raisons pratiques : "en matière d'éducation, d'épanouissement et de rythmes, c'est surement pas le mieux, mais on ne peut pas tenir avec les coûts que les activités périscolaires engendrent". Sylvain confirme : "cinq matinées de classe, c'est génial : le rythme est régulier sur la semaine, pas cassé ; on a l'impression de faire plus de choses et, comme l'après-midi se termine tôt, les enfants ne sont pas fatigués."

Moins de jours, mais plus longs

   Pourtant, "les TAP ont permis aux enfants de découvrir plein de choses dans des domaines variés ; c'est ce qu'on faisait déjà avant, pour sortir du registre purement scolaire", rappelle Yves. Mais, tout autour, beaucoup d'autres écoles sont déjà passées à la semaine à quatre jours, ce qui rend les échanges difficiles entre les établissements, surtout quand ils sont liés par une convention, comme c'est le cas avec Jasseron.

   "Nous étions alors contraints et forcés" se désole l'édile, "on aurait continué si on avait pu". L'enseignant rappelle "on est les derniers à ne pas être à quatre jours" (il ne reste que Simandre et Bourg) ; il note aussi qu'ici, beaucoup d'enfants pouvaient rentrer chez eux et ne participaient aux TAP que lors des activités qui les intéressaient. Le conseil a alors suivi l'avis des parents du moment : consultés, ils se sont prononcés majoritairement pour un passage à la semaine de quatre jours.

   A la rentrée 2020/2021, les cours auront donc lieu les lundis, mardis, jeudis et vendredis, de 9h à 12h et de 13h30 à 16h30. Le maître d'école conclue que "peut-être que, dans deux ou trois ans, on rechangera dans l'autre sens ! "

 

Réouverture de l’école : la pertinence de la classe unique

Tout sera prêt pour le jour J ... grâce au bénévolat !

   Après compte-rendus, rapports, déclarations et circulaires, c'est finalement un protocole avec guide sanitaire de 54 pages qui est arrivé une semaine avant le début du "déconfinement". "Un véritable casse-tête", avoue le maire qui a pu compter sur les élus, l'enseignant et les parents d'élèves pour organiser, en un temps record, la reprise des cours dans le respect de toutes les consignes.

Encore un des atouts des petites structures qui démontrent, une fois de plus,
leur réactivité et leur efficacité à moindre coût !

Contraintes surmontées

  Un sens de circulation est mis en place, les sanitaires ont subis quelques adaptations, un protocole est convenu avec le personnel pour l'accueil, le repas de midi et deux désinfections quotidiennes.

   La veille de la reprise, la moitié des élèves était annoncée ; les cours seront assurés en deux groupes par demi semaine, ce qui permettra d'accueillir l'ensemble des effectifs si besoin.

   Quant à l'enseignement, "on a pas de recul : on va vers l'inconnu et c'est évolutif" avoue Sylvain, le maître d'école, "mais on a très bien été accompagnés par l'infirmière scolaire".

Les élus réalisent eux-mêmes les aménagements

.

Sou des écoles : le retour de la fondue !

Du pain, du Comté, de l'amitié !

    Après une interruption en 2019, 2020 marque le retour de la soirée fondue du Sou des Ecoles, qui s'est avérée être un bon cru. Pourtant, moins d'une cinquantaine de personnes est venue apprécier le bon Comté, produit à Drom et préparé par les parents d'élèves.

   David Mondon, nouveau président du Sou des Ecoles, est toutefois plus rassuré qu'en début de semaine : " il y a eu beaucoup d'inscriptions de dernière minute ! ". Les produits de la soirée financeront les activités périscolaires, telle la sortie annuelle de fin d'année.

La doyenne des associations

   Créé en mars 1960, le Sou des Ecoles est la plus ancienne association du village. L'année de ce soixantième anniversaire, la communauté éducative aura aussi le souci d'accompagner le retour à la semaine à quatre jours, souhaité par les familles, mais aussi dicté par une harmonisation avec les pratiques des collectivités voisines et structures partenaires.

Les parents aux fourneaux

Sylvain au contrôle

Sylvain au bar, aussi (côté service ! )

Des pleins caquelons de convivialité

Bonne ambiance au Sou des Ecoles

.

Les Dromignons lancent la campagne des décorations de fin d’année

   Le premier vendredi de décembre, les Dromignons ont proposé les couronnes de Noël qu'ils ont eux-mêmes confectionnées . . . ce qui leur permet aussi d'alimenter la caisse de leur coopérative, qu'ils gèrent eux-mêmes !

   Du côté des parents, avec le sou des écoles, c'était crêpes et vin chaud, pour financer des activités périscolaire.

Rentrée : plus d’élèves, une classe toute neuve et toujours labellisée !

   Trois CM2 sont partis en sixième, mais cinq CP sont arrivés, ils étaient donc 17 Dromignons à investir la classe unique autour de Sylvain Turpin dans une école entièrement repeinte pendant l'été . . . et toujours labellisée "Eco-école", pour la septième année consécutive !

 

Au fil des jours . . .