Taille des Caractères
Le Dromoscope

Articles en stock

Aujourd'hui à Drom

22 avril 2018, 12 h 26 min
Parfois ensoleillé
Parfois ensoleillé
22°C
 

Soyez averti !

Tag Archives: Sylvain Turpin

Culture et gastronomie avec les Dromignons

Tout l'art du kamishibaï !

   Pour leur désormais traditionnel spectacle annuel, les Dromignons ont choisi, cette année, de varier les formules et de faire voyager leur public. Ainsi, dans une première partie, huit kamishibaï étaient joués, par équipe de deux. Ce théâtre d’images japonais utilise un petit châtelet fixe, mais les images et les histoires étaient dessinées, écrites et jouées par les élèves ! Puis toute la troupe interprétait une pièce de Brigitte Saussard : les ogres et les clowns, dans un décor de leur composition, mais avec l’aide de leur Bertrand, leur machiniste attitré.

Spectacle vivant, et arts picturaux !

  Les murs du théâtre (ou était-ce la salle polyvalente ? ) attiraient ensuite le regard de toutes parts : avec Annie, les Dromignons ont mis à profit leurs TAP (temps d’activité périscolaire) pour étudier la peinture et marcher sur les pas de Matisse, ou bien encore de Van Gogh.

  De leur côté, les parents d’élève n’avaient pas chômé : préparé la veille, un bon chili con carne avait mitonné toute la nuit pour régaler les gourmands : après les arts de la scène, ceux de la table !

Les artistes dans les coulisses

Les ogres veulent manger les clowns ...

... mais les clowns sont plus malins !

Les fans des Dromignons les suivent partout !

L'étude de la peinture, à partir de peintres célèbres

Quatre éléments qui servent de base à une infinité de variations

Annie peut être fière du travail de "ses" Dromignons !

Les Dromignons « découvrent » le handicap

Un regard nouveau sur la différence

 

  Après-midi découverte pour les Dromignons, grâce à Pierre Chave, éducateur à Handisport, qui leur a fait toucher du doigt les caractéristiques et les réalités des situations de handicap, mais aussi les possibilités de vivre (presque) normalement en société. A l’aide d’un petit film, les écoliers ont pu constater les innombrables potentialités offertes en matière de sport, à l’aide de matériel spécial, parfois d’aménagement de règles. Juste à la fin des jeux paralympiques, le sujet n’a pas manqué de susciter une foule de questions sur les causes du handicap (naissance, maladie, accident, vieillesse), le regard des autres, l’attitude à avoir. Frédéric Durand, du Conseil Départemental de l'Ain, insistait sur le fait que la différence n’empêche pas de vivre ensemble. Gérard Beaufort, papy de Laura, petite myopathe, évoquait l’accompagnement nécessaire et le coût financier pour acquérir autonomie et indépendance.

Avec une mise en situation

  Une partie « travaux pratiques »permettait ensuite  de se mettre en situation pour se déplacer en fauteuil roulant ou en non-voyant. Dans une prochaine étape, deux Dromignons participerons à l’opération « réussir par le sport » : une course en relais avec des équipes composées d’un écolier, d’un collégien, d’un adulte et d’une personne handicapée, pour démontrer que l’on peut faire du sport et partager de bons moments tous ensemble.

Mise en situation : "pilotage" d'un fauteuil . . .

. . . se déplacer quand on est non-voyant.

Jeu de ballon pour non voyant !

(le ballon est rempli de grelots)

Même Sylvain, le maître, se prête au "jeu"

Bon pédagogue, Pierre peut être satisfait du comportement des Dromignons

L’enseignement comme moyen de progrès et d’émancipation

   Retour à Drom, dans la classe de Sylvain Turpin, pour le « GEM 01 », Groupe de l’Ecole Moderne de l’Ain. Adeptes du mouvement Freinet, cette poignée d’enseignant se retrouve mensuellement à travers le département pour échanger les expériences, faire évoluer les pratiques, suivant les principes de Célestin Freinet (1896-1966). Concevant l’éducation comme un moyen de progrès et d’émancipation citoyenne, cet enseignant français est à l’origine de toute une série de techniques pédagogiques. Pendant les vacances scolaires, c’est une équipe restreinte qui s’est alors réunie en Revermont, mais il n’était pas question d’annuler ou de reporter cette réunion ! Car, au niveau national, « l’ICEM » (Institut Coopératif de l’Ecole Moderne) œuvre à la rédaction d’un manifeste et mets à contribution ses « antennes » départementales.

L’essor de pédagogie différentes

   Ainsi, le GEM 01 est chargé de travailler sur le thème de la recrudescence d’écoles pratiquant des méthodes différentes. Il existe, en effet, d’autres courants similaires, principalement Montessori (initié par Maria Montessori, médecin et pédagogue italienne 1870-1952). Le GEM 01 s’est alors attelé à l’étude commune d’un rapport de Marie Laure Viaud, docteur en sciences de l’éducation et spécialiste de ces écoles dites « alternatives ». Décrivant les différentes pédagogies, l’auteure les compare et termine en présentant les différentes études menées prouvant les bienfaits de ces pédagogies actives pour la suite de la vie des enfants ayant suivis ce type d’enseignement : « Sur le plan des apprentissages scolaires, on y réussit au moins aussi bien qu'ailleurs. Sur le plan humain, les enfants y sont plus heureux, plus épanouis et les problèmes d'incivilité y sont beaucoup plus rares ». Pour ce faire, ces membres du GEM 01 ont alors utilisé la technique de « l’arpentage », consistant à se partager le livre et en étudier chacun une partie pour, dans un deuxième temps, compiler les conclusions de tous dans un rapport synthétique : une méthode dans l’esprit de leur travail quotidien !

.

 

Toujours le succès pour la fondue

C'est bon, c'est sympa, et c'est pour la bonne cause !

   Avec une organisation bien huilée, un plan de table soigné et plus de 70 gourmands –sans compter les enfants- Maud Brochard est une présidente satisfaite : la fondue du Sou des Ecoles a fédéré familles et habitants pour la bonne cause. « Il y a eu une super motivation, avec tous les parents, et une bonne réussite de la tombola » nous indique-t-elle.

   Pour cette dernière, Grégory Truchet a fait du tirage au sort un moment de spectacle ne générant pas la mélancolie ; c’est même Sylvain Turpin, le maître d’école, qui était le premier désigné dans la distribution des lots avec un magnifique bonnet . . . aux couleurs du Comté !

Le trésorier vérifie les comptes . . .

. . . les tarifs sont clairs !

Les grilles sont pleines : le tirage au sort peut commencer !

Grégory présente chaque lot . . .

. . . dont certains de grande valeur !

Et c'est le maître d'école qui gagne le premier lot : un superbe bonnet aux couleurs du Comté !

.

Inauguration officielle pour le terrain multi jeux

Nathan coupe le ruban

  Le temps était incertain, mais une accalmie a permis d’inaugurer dignement le terrain multi jeux. Yves Guillemot, maire, a alors laissé à Nathan le soin de couper le ruban avant de rappeler la genèse de ce projet, souhaité depuis longtemps, mais aussi les contraintes locales pour le positionner et la pertinence de l’emplacement choisi, entre la salle polyvalente et la place du village. Il évoquait d’ailleurs les tentatives infructueuses de deux de ses prédécesseurs pour acquérir ce terrain convoité depuis longtemps par la commune. Malgré une topographie difficile et avec un budget contraint, des solutions personnalisée étaient trouvées grâce à l’implication très active des partenaires techniques Famy SAS (terrassement et soutènement), AMC Diffusion (conception et fournitures des équipements) et Bresse Paysage (sols et installation). Ces derniers étaient ainsi vivement remerciés, l’édile signalant par exemple la multitude de versions proposées pour satisfaire la demande, les simulations de coloris et d’intégration paysagère, mais aussi les modalités de soutènement du terrain au meilleur coût, et bien sûr, l’élément caractéristique construit spécifiquement pour Drom : un jeu en forme de vache !

Un budget respecté

 Alors qu’il était projeté une dépense de 80 000 €, le maire précisait le coût de cet équipement : 75 283 € hors taxes, après l’acquisition du terrain (6 000 €) et il détaillait les aides obtenues, pour 63 %, de la région, du département, de la communauté d’agglomération et de la "réserve sénatoriale". Il en était d’ailleurs félicité par le député Xavier Breton qui rappelait que l’échelon communal est le plus approprié pour déterminer et mettre en place les projets d’aménagement. Catherine Journet, conseillère départementale, indiquait que les investissements des communes sont aussi source de développement économique alors que le maire venait justement de faire part de son questionnement sur les futurs investissements, mais aussi de sa satisfaction d’avoir contribué doublement à apporter un équipement pour les habitants et pour l’école.

  Avant le vin d’honneur, il convenait de l’essayer ! Alors le ballon était confié au député pour lancer une partie de basket entre les Dromignons de tous âges, sous l'œil de Sylvain Turpin, maître d'école.

La pluie s'est arrêtée le temps de la manifestation

 

Les interventions : Xavier Breton, député de l'Ain et conseiller régional,

 

Catherine Jounet, conseillère départementale,

 

Monique Wiel, vice-présidente de la communauté d'agglomération

 

Le député engage la première partie "officielle"

. . . une partie acharnée !

Incontournable à Drom : une vache !

(Merci à Audrey TURPIN pour la première photo ! )

Au fil des jours . . .