Taille des Caractères
Le Dromoscope

Articles en stock

Aujourd'hui à Drom

18 août 2022, 9 h 24 min
Surtout nuageux
Surtout nuageux
16°C
 

Soyez averti !

Tag Archives: Revermont

Revermont : les colporteurs sont de retour !

Les Colporteurs, lors de leur dernier passage à Drom (Août 2019 ; ©FoToTaTou)

De l'animation au programme dans 24 villages et hameaux.

 

   En 2011, ils étaient une dizaine, avec leurs ânes, à colporter musique, histoires et chansons, de villages en hameaux sur tout le massif. En 2017, l'animation est devenue festival itinérant, proposant des animations par dizaines sur la dernière semaine d'août.

Une dynamique à ne pas perdre

  "Après une ''pause'' de trois ans, on reprend le chemin de l'aventure", se réjouit Pierrick Brunet, à l'origine du projet initial, porté aujourd'hui par Le Couac, association culturelle, avec Laurie  Chambard, Ludovic Goillot, FLorence Megret et Cléa Carmillet, toujours avec le partenariat d'artistes, d'autres associations et de 17 communes. "Il ne faut pas s'installer dans une routine", insiste Pierrick, mais "être bousculé, bousculer le territoire !"

  Alors le projet est restructuré : il vise une tournée pré-festival de octobre à juin, puis un grand événement en août, pour 2023. Pour cette année, il convient de relancer la dynamique : "La tournée des colporteurs" égaiera le Revermont pendant trois journées, en avril, mai et juin.

Mieux que les réseaux sociaux

  En fin de matinée, quatre crieurs de rues se déplaceront de villages en hameaux pour clamer, en place publique, les messages confiés par les habitants : déclarations d'humour, doléances, poèmes, annonces, coup de gueule au autres (ils seront à Drom, ce samedi 9 avril vers 11h00 ! ).  Pour cela, des boites sont mises à dispositions dans neuf des bibliothèques du secteur ; il est aussi possible de les envoyer par courrier ou par courriel. Il s'agit, là, de "déclamer la parole populaire, donner de l'intérêt à la liberté d'expression, se réapproprier l'information : rêver, partager, revenir au vivant, au direct", expliquent les organisateurs. Les messages devront être empreints de respect, de bienveillance, de convivialité et de sérénité ; bannir l'insolence, l'agressivité, la violence.

Convivialité et culture

  Pendant la matinée, les bénévoles prépareront, dans les fours communaux, les repas qui seront pris chez l'habitant. L'après-midi débutera par une petite randonnée ponctuée d'impromptus avec "Et si on"  ou, pour la dernière date, avec Eldo'Rado, course de radeaux sur le Suran. On poursuivra par des spectacles, joués par des troupes professionnelles : Le petit plumeau (jeune public), Les Bonasses (théâtre burlesque) et Concerto en Do nageur (spectacle musical aquatique).

Et c'est pas fini !

  Toutes les trois semaines, la chorale des bénévoles répète avec Hélène Péronnet et Julie Garnier pour préparer un spectacle de une heure qui prendra aussi la route en Revermont du 20 au 26 août. Le parcours sera encore jalonné de spectacles de rues, de marchés de créateurs et accompagné du village ambulant. C'est à Corveissiat que se déroulera la journée de clôture de ce festival qui se déplace chez les festivaliers.

C'est où, c'est quand ?

  Le 9 avril à Salavre ; le 14 mai à Cize ; le 04 juin à Simandre. Détail des boites aux lettres et des 24 villages et hameaux traversés sur www.lavoiedescolporteurs.com. Contact : lavoiedescolporteurs@gmail.com

Archives : les Colporteurs à Drom en 2017,  puis en 2019 ; la préparation du festival 2019 . . . 

9 boites aux lettres sont réparties sur le Revermont

Franc succès pour la 1ère expo photo !

Morgane Monneret a été plébiscitée par le public pour ses paysages et animaux ramenés de voyages en Arctique et Antarctique.

Coup d'essai, coup de maître pour le collectif Revermont objectif photo "CROP" : "Nature en Revermont" a vu affluer plusieurs centaines de visiteurs sous un soleil radieux, après trois reports dictés par les contraintes sanitaires

   Treize photographes maîtrisant leur art et reconnus par leurs pairs ; une équipe passionnée par la photo et tenace malgré les aléas de la crise sanitaire ; un vieux four, l'église, une ancienne écurie, le préau de l'école, des salons, la place du village, des granges, la salle polyvalente, et même une galerie d'art, lieux insolites transformés en autant d'expositions, toutes différentes, sur le thème de la nature : tous les ingrédients étaient réunis pour un bon moment détente et découverte !

L'art de la prise de vue

   Du nord au sud du village, du centre vers l'est, entre 600 et 700 visiteurs sont venus à la rencontre des fanatiques de la prise de vue et découvrir autant de techniques, autant de regards et autant de sensibilités que d'artistes.

   Philippe Tatre peut tester et étudier sa prise de vue pendant des jours pour arriver au résultat souhaité, compositions d'effets de lumière et d'éléments naturels, puis ne retravaille pas sa photo. Matthieu Cattin fait rêver avec des paysages du bout du monde (et du Revermont !). Timothé Rimbert survole les bords de mer en drone. Patrick Jacquet regarde son environnement à 360° en compilant plusieurs dizaines de photos. Alexandre Vigot a choisi ici le noir et blanc, et les effets de flou. Pascal Defrasne surprend avec ses très grandes surfaces colorées, imprimées sur bâches aux allures d'art contemporain, puis il précise que ce sont des vues prises en forêt de Seillon, avec un téléphone ! Morgane Monneret nous emmène aux extrémités de la planète, pour frôler les icebergs, observer les pingouins, regarder l'ours blanc dans les yeux.

Poésie noir et blanc ou couleur

   Avec la complicité de Jean-Luc Gaudet, Jean-Paul Maître associe des poèmes à ses compositions de fleurs emprisonnées dans la glace : l'histoire de Rose et l'alchimiste. Vitor Gonçalves sublime les insectes dans des fééries de couleurs. Savamment éclairées, les (toutes petites) fleurs de Maryline Soupe Dit Dubois révèlent en noir et blanc la grâce des leurs détails. Bruno Fourmond capte capte aussi bien le regard de la mante religieuse que le vol de la mouette ou l'attention du chamois. Réunis là dans une même écurie, Guillaume Buellet et Sébastien Tournier sont deux joyeux compères qui, parfois, partent aussi ensemble à l'affut, à la quête de la faune sauvage, mais aussi des ambiances poétiques et éphémères de la nature.

En musique aussi

   Avec "Paysonge", Gérald Chagnard invitait à un concert immersif à 360° dans le monde végétal : six moments de poésie en images douces et musiques pastel.

   Des visites du tunnel de Drom étaient aussi proposées avec la participation de l'AGEK, dans un circuit découverte des dolines et des lapiaz. Une quinzaine de personnes ont profité de l'occasion pour découvrir les profondeurs de la vallée et les mystères des chemins de l'eau.

A refaire ?

   Les élus locaux soulignaient l'importance d'une telle animation dans le village, remerciant le CROP pour sa ténacité et la qualité, tant de l'organisation que des expositions. Les visiteurs, eux, se déclarent unanime pour la reconduction de la manifestation !

Le coup de coeur

  Le public a flashé sur "Portraits de glace", de Morgane Monneret, devant "Ballet", de  Maryline Soupe dit Dubois, puis Matthieu Cattin et Jean-Paul Maître.

Avant les premiers visiteurs, les photographes font connaissance et échangent sur leur passion

Les bénévoles sont prêts . . .

. . . la signalétique installée

Distribution du plan et contrôle du passe sanitaire

Accueil des élus pour une visite guidée

Philippe TATRE

(Matthieu CATTIN était absent : sa famille assurait l'accueil à son exposition)

Timothé RIMBERT

Patrick JACQUET & Alexandre VIGOT

Pascal DEFRASNE

Morgane MONNERET

Jean-Paul MAITRE & Jean -Luc GAUDET

 

Vitor GONCALVES

 

Maryline SOUPE DIT DUBOIS

 

Bruno FOURMOND

 
 

Guillaume BUELLET & Sébastien TOURNIER

 
Un invité surprise : Benjamin BULLE s'est caché entre Guillaume et Sébastien pour présenter ses photos sur bois ! (réalisées par gravure laser)

Le CROP'chef remercie les structures partenaires

L'office de tourisme est présent !

Gérald CHAGNARD invite à découvrir "Paysonges" . . .

 
 
 

Chaque visiteur reçoit un plan détaillé

Plusieurs centaines de visiteurs ont retrouvé le plaisir de déambuler au soleil entre les différentes expositions.

On n'oublie pas l'intendance !

Livraison des repas des photographes

Deuxième passage : le dessert !

 

Le dépouillement du jeu

(Merci à Tatou pour les photos 37, 38 & 41)

.

Quand le tunnel de Drom était nettoyé par un chantier de jeunes

Août 2001 : dans le cadre d'un échange franco-marocain, une vingtaine de jeunes ont réalisé un travail de bagnards.

  D'origine inter paroissiale, l'association Valmont propose des camps aux Revermontois de 12 à 18 ans, mais aussi des projets variés basés sur des valeurs fondamentales : l'organisation, le travail d'équipe, l'intérêt collectif, l'environnement.

  Dans cet esprit, plusieurs d'entre eux avait participé en 2000 à un chantier de jeunesse au Maroc, la création d'un espace vert. L'occasion aussi, d'aller à la rencontre d'une autre culture.

Echange d'expériences

  En 2001, ils souhaitaient aussi accueillir leurs amis marocains ; malheureusement, un seul d'entre eux pu obtenir son visa. Mais il en fallait plus pour décourager les valeureux Cavets ! Pour la logistique, l'hébergement et le matériel, l'association s'assura l'appui et la collaboration de structures locales (communes, banque alimentaire, associations d'agriculteurs, de spéléologues, de réinsertion, habitants). Une vingtaine de jeunes put ainsi être accueillie pour offrir leurs services, au bénéfice des orchidées de Cuvergnat (opération de débroussaillage), de la grotte de Corveissiat (évacuation d'installations mécaniques) et du tunnel de Drom. 

Tout à la force des bras ...

  Là, en partenariat avec la commune et l'association Patrimoine, il s'agissait d'évacuer un tas de terre que des recherches spéléologiques, 30 années plus tôt, avaient laissé entreposé à plusieurs centaines de mètres de l'entrée.

  Eclairé à la bougie, le tunnel prenait alors un aspect inhabituel, décor mi féérique, mi effrayant. Quand aux personnages, on pouvait les situer entre "Germinal" et "La grande évasion" : de l'extraction à la pioche à l'évacuation avec des seaux, une corde et une poulie, un incessant ballet de brouettes permettait de dégager le passage obstrué.

  Jusqu'à 25 jeunes se sont ainsi croisés, courbés sur les brouettes dans le boyau étroit, parfois bas et au sol non carrossable.

... et dans la bonne humeur !

  Ce qui n'a pas empêché les travaux de se dérouler dans la joie et le tunnel de résonner de rires et de chansons.

  Le chantier s'est alors terminé par une soirée à Drom, sous le signe de l'amitié internationale et de l'altruisme désintéressé, autour de Driss, seul représentant marocain.

De la boue, de la pierre, de la sueur, mais aussi des sourires dans les entrailles de la vallée

Des matériaux évacués avec des brouettes et remontés dans des seaux.

Driss HADJI, responsable, au Maroc, de l'AJC (Association des Chantiers de Jeunesse), explique la démarche et le projet à la population de Drom

Driss a été un compagnon très estimé sur le chantier et a laissé un excellent souvenir dans le coeur des jeunes de Valmont. Lui-même a fort apprécié son séjour en Revermont "si vert à côté de son Sahara natal".  Il s'est vu offrir, en forme de clin d'oeil, les derniers numéros du bulletin municipal, alors appelé "Le Dromadaire". !

Moment de fête, d'amitié et d'échanges culturels pour clore le chantier

.

La Dromob Team 01 s’impose aux Meules de Savoie

Lors du galop d'essai, pour tester les machines et renforcer la cohésion de l'équipe avant le grand jour !

Ce 6e rallye a vu l'écurie Dromnière au complet en tête tout au long de l'épreuve

   Amoureusement préparés par Bruno, pas moins de huit cyclos ont pris cette année la direction de la Maurienne : six Motobécane et une Suzuky, millésimées de 1959 à 1988, sans oublier la Malagutti de Pépé René, pour une cylindrée totale de moins de 400 cm3 !

Epopée familiale

   Bruno Aviet entraîne ainsi dans l'aventure son père, son fils, son oncle, son neveu et trois copains. "Et cette année, pour la première fois, on a toujours été en tête, et tous ensemble ! ", se réjouit-il. 

   Arrivée sur place dès la veille au matin, l'équipe avait consacré son samedi aux derniers réglages et essais, avec la montée du col du Télégraphe : une balade de 40 kilomètre jusqu'à 1 566 mètres d'altitude). Le jour J, ce sont 350 participants qui se sont élancés, plus encore une cinquantaine d'encadrants sur le même type de monture, sous surveillance de la gendarmerie, dument casqués et gantés. Direction, le fort Victor Emmanuel pour une pause avec ravitaillement Beaufort / jus de poire local, puis le col du Mont Cenis.

Auto-assistance intégrée

   En matière d'assistance et de logistique, la Dromob Team 01 fonctionne en circuit fermé. Ainsi, quand Maxime a déraillé suite à un problème de cale-pied, Pépé René a aussitôt appelé Bruno, lequel a fait demi-tour, bravant les bolides à contresens, pour un dépannage sur le champ ( . . . et sur la route ! ).

Un peu de tourisme !

   Après le fort, les Cavets ont ainsi pu admirer le lac du Mont Cenis, à presque 2 000 mètres d'altitude, avant le repas en commun à Lans le Villard. Au total, 130 km de gastronomie locale, de patrimoine historique et de paysages.

Les bolides en préparation en atelier

Un des véhicules de la logistique

Une seule panne, mineure, réparée immédiatement, sur place

Bas les casques !

La satisfaction de la réussite collective, au dessus du lac du Mont Cenis

(Merci à Bruno AVIET pour les photos)

Pour mémoire, les éditions précédentes :  2018,      2019,     2020

Vendredis du Revermont : la quatrième saison est lancée

Quatre spectacles différents dans quatre villages du Revermont

Des concerts musicaux et acrobatiques au coeur des villages, au bord de l'eau . . . et, même, sur l'eau !

   Lancés en 2009 par l'office de tourisme Bresse Revermont, les "Jeudis du Revermont" sont devenus les "Vendredis" lors de la fusion des communautés de communes. Ils sont désormais sous l'égide du service culturel de la communauté d'agglomération. Le jour et le nom ont changé, mais pas l'esprit ; la quatrième saison vient d'être présentée par Bérangère Bulin aux représentants des communes et aux acteurs culturels de ce territoire.

Sur réservation

   L'édition 2020 a eu la chance de pouvoir se dérouler, avec les règles sanitaires en vigueur. Pour 2021, la configuration des lieux choisis limitera encore la jauge des spectacle et, même si l'accès en reste gratuit, il sera toutefois nécessaire de réserver (sur "grandbourg.fr").

   Une telle organisation est rendue possible grâce à l'accueil des communes hôtes et de leurs bénévoles qui permettent de recevoir le public dans des conditions optimum de sécurité ; il est d'ailleurs suggéré d'apporter son transat ou sa chaise pliante pour profiter au mieux des spectacles ! Des buvettes associatives assureront les buvettes et des "foodtrucks" seront présents pour la restauration.

Développement (culturel) durable

   Pour faciliter l'accès aux spectacles (déplacements et stationnement), il est aussi proposé de covoiturer. Une aide est apportée dans cette démarche avec l'application "Rubis" de la communauté d'agglomération. De plus, la communication papier a volontairement été réduite.

Musiques du monde, cordes, swing ... et pagaille navale

   Le Trio Colibri ouvrira la saison le 16 juillet à 20h30 à Chavannes sur Suran : un nouveau son entre Afrique et Brésil avec kora, percussions et guitare à 7 cordes.

   Le 30 juillet,  jazz manouche avec Un soir de Swing : le répertoire de Django, des compositions propres et des improvisations sur des airs d'Europe centrale.

   Folk américain le 6 août au plan d'eau de Chevignat par Claire Nivard et Glenn Arzel : blue-grass, old-time et ballades blues et swing.

   Les 23, 24 et 25 juillet  concert acrobatique sur l'eau avec le piano du lac, pagaille navale : une épopée musicale à couper le souffle. Exceptionnellement, ce spectacle est payant, à prix libre.

Une organisation qui se veut encore plus éco-responsable

Bérangère a encore concocté un programme éclectique de qualité, destiné à tous les publics

.