Taille des Caractères
Le Dromoscope

Articles en stock

Aujourd'hui à Drom

28 février 2021, 1 h 30 min
Clair
Clair
4°C
 

Soyez averti !

Tag Archives: Ramasse

Balade aindinoise . . .

   Pour cette fin d'année, une petite balade à travers les Pays de l'Ain, premier département de France, avec l'ami Christophe Flechon, son compère Pascal Garcia et leurs acolytes Philippe Delisle et Franck Testard : l'Ain par l'humour dans "Un nectar de jard'Ain" en version diaporama.

   Bresse, Dombes, Bugey, Pays de Gex et, au centre . . . le REVERMONT !

Un prêtre hors du commun : l’abbé Gringoz, ermite des Conches

Le père Gringoz : une ténacité inébranlable et un fédérateur de bonnes volontés.

 Homme d'église, mais aussi historien ... et terrassier !

  D'abord curé à Appremont, puis à Buellas ( de 1927 à 1951), le père Gringoz était né à Ramasse en 1880. Dans les années 30, il revenait souvent dans son village natal et, plus particulièrement, à Notre Dame des Conches, au confinc de la commune, en limite de Drom et de Jasseron, site isolé mais où les pèlerinages attirent les foules.

  En 1938, le prêtre est sollicité pour préparer une notice historique pour le centenaire de la chapelle actuelle, l'année suivante. Commençant par des recherches de documents, il trouve des traces d'un procès entre Jasseron et Ramasse au sujet de la paroisse de St Julien. Un lieu-dit porte, en effet, ce nom, et une légende imprécise prétend qu'il y avait jadis un village. En inspectant les lieux, il devine sous un tertre des traces de bâtiments. Ses recherches opiniâtres aboutiront à la mise à jour de l'église de St Julien et des restes du village, détruit en 1536 par les troupes de François 1er.

  Pendant l'été 1938, ce drôle de curé au milieu de son chantier attire les visiteurs et les curieux . . . qui deviennent autant de précieux auxiliaires ! Quelle que soit sa conviction, personne ne rechigne à donner un coup de main à ce sympathique bonhomme. Afin que ce lieu ne retombe plus dans l'oubli, il fait ériger une croix monumentale ; l'église sera classée monument historique en 1945.

   Les années suivantes, il entreprend des recherches sur le site de la chapelle, met à jour un sarcophage romain, puis la vierge au raisin, et publie ses conclusions, parfois controversées. En 1940, " La Sainte Colline du Revermont ", appelle ainsi un supplément l'année suivante : " Une mise au point ". Historien, archéologue, archiviste, homme de foi et de conviction, il reconstitue l'histoire du site et des sanctuaires plusieurs fois détruits et reconstruits au fil des siècles.
    En 1949, il publie " Nos villages de Bresse et Bugey, au temps de Charlemagne" et, en 1954, " Notre Dame des Conches et Saint Julien sur Roche " (ouvrage disponible auprès de l'association des Amis de Notre Dame des Conches).

Prêtre dans son village natal

   En 1951, fait assez exceptionnel, il est nommé curé de Ramasse (sa paroisse natale), et de Drom : il officie alors alternativement dans les deux églises. A la belle saison, il prend ses quartiers aux Conches. Là, l'ermite conjugue ses travaux de " promotion " du site avec sa mission d'évangélisateur, apprécié autant de ses paroissiens que des profanes : tous se laissent d'ailleurs facilement mobiliser par l'enthousiasme de l'abbé pour apporter une aide dans ses chantiers. Dès 1952, il se fait ainsi terrassier : il construit une route ralliant le chemin de Drom aux Combes jusqu'à la chapelle.

   Véritable curé de campagne, l'ermite porte toujours une vieille soutane rapiécée et surnomme ses chaussures "vole terre " et " bois l'eau ". Décédé en 1962, le jour de son anniversaire, il repose dans le cimetière de Ramasse et laisse le souvenir d'un personnage pittoresque, humble, ouvert à tous, à qui le site des Conches doit sa notoriété . . . même si, dans ses conclusions, la ferveur du pasteur dépassait parfois la rigueur des valeurs historiques !

Sur la nouvelle route des Conches, qu'il a construite lui-même.

La construction de l'oratoire "St Hyppolite"

Les Conches : la passion de l'Abbé Gringoz (photo Claude Roth)

Avant qu'il y ait une route

Les pèlerinages d'antan . . .

St Julien sur Roche, extirpé de l'oubli

L'église paroissiale de St Julien, telle qu'elle devait se présenter.

.

 

Balade commentée aux Conches avec l’Office de Tourisme

  "Bourg en Bresse destinations", l'Office de Tourisme du bassin de vie de Bourg en Bresse, propose tout l'été des animations et des visites à la découverte des pépites du territoire. La colline des Conches a ainsi accueilli une douzaine de visiteurs, au départ de Ramasse, sous la conduite de Denise Robinot, agent de l'office.

Avec des guides locaux

  Accompagnés par Jean-Pierre Borget, adjoint au maire, et Philippe Dosne, président des "Amis de Notre Dame des Conches et du patrimoine de Ramasse", ils sont partis à l'assaut de la "Sainte colline" pour en découvrir les paysages et l'histoire, dans une randonnée entrecoupée de commentaires et explications.

  Tout au sommet, une pause avec Daniel Brochier, à Saint Julien permettait de découvrir cet ancien village et son église, disparus au XVIème siècle, puis retrouvés en 1938 par l'abbé Gringoz, ermite des Conches et historien local. Un peu plus loin, c'est la chapelle des Conches qui faisait l'objet d'un résumé de 18 siècles de christianisme sur ce promontoire revermontois en bordure de Bresse.

Arrêt à St Julien sur Roche, ancien village disparu, puis retrouvé.

Pause bien méritée pendant l'ascension, sur le "chemin du curé".

A Notre Dame des Conches, explications et rafraîchissements

Denise Robinot détaille le programme des prochaines visites . . .

. . . que chacun s'empresse de noter !

(Merci à Philippe Dosne pour les trois premières photos)

 

 

 

Il y a 30 ans : les derniers Comté à la main, les premiers camions poubelles . . .

Pour faire les meules de Comté, Charles Dérudet, arrivé à l'âge de la retraite, pratique, pour la dernière fois, la spectaculaire et non moins sportive "pêche à la toile".

Le changement d’année nous amène à jeter notre traditionnel coup d’œil dans le rétroviseur.
Commençons le tour des années en zéro avec 1990 (1ère partie)

   La toute jeune association Patrimoine attaque dès les premiers jours de janvier avec la réfection du sentier de Drom aux Combes, tout du moins sa première partie, jusque vers le socle d’une ancienne croix. Le mois suivant, les mêmes bénévoles organisent leur première journée boudin, où 80 kilos de ce produit sont écoulés : la fête durera jusqu’à la nuit. A l’église, on refait la charpente et la couverture de la nef et des bas-côtés. 21 représentantes de la gent féminine honorent Sainte Agathe et, lors de l’assemblée générale des pompiers, on apprend que 18 interventions ont eu lieu l’année écoulée.

   La vallée est inondée et des bateaux se promènent à « Ramasse plage » (vers le viaduc), où notre correspondant local navigue sur un lac profond de plus de sept mètres.  36 classards et conjoints des classes en 0 et en 5 se retrouvent à Drom pour la traditionnelle fête des classes.

Début du ramassage des poubelles

   Le 5 mars a lieu la première collecte hebdomadaire d’ordures ménagères ; ces dernières sont désormais interdites à la décharge municipale. Le conseil municipal décide d’équiper de porte-jardinières les fenêtres de l’étage de la mairie. Drom perd son doyen, Lucien Radix, 93 ans, Bressan établi à Drom depuis sa jeunesse. La salle des fêtes accueille le traditionnel diaporama du comité de fleurissement, qui fait revivre les fleurs de l’été, puis les Amis de Notre Dame des Conches qui retracent 2 000 ans d’histoire du site et présentent leur travail.

   A la fromagerie, on presse les dernières meules de Comté à la main : la coopérative va s’équiper de matériel moderne qui mettra fin à la spectaculaire opération de la « pêche ». Avril voit disparaitre la « Mémette », qui avait régalé des générations de Dromniers au café, avec ses gratins et ses tartes, puis François Billoud, éphémère doyen et dernier citoyen du siècle précédent. Après 28 années passées à la fromagerie, Rosette et Charles Dérudet goûtent à la retraite ; ils sont remplacés par Liliane et Gilles Cantin, dans des locaux modernisés.

   Sur le sentier des Conches, Patrimoine érige une nouvelle croix de sept mètres en lieu et place de celle de 1923, tombée depuis de nombreuses années.

Patrimoine nettoie le sentier et dégage le socle de l'ancienne croix de 1923

La soirée boudin se termine tard, et en musique !

Réfection du toit de l'église

Dernière Sainte Agathe pour "La Mémette" (au centre) . . .

Vers le viaduc : "Ramasse plage"

La vallée inondée

Rehaussée en 1984, la RD81 n'est plus immergée entre Drom et Ramasse

 

Les classes en 0 . . . et en 5 !

On chante . . . en famille !

Les dernières meules de Comté "faites main"

 
 

Avant les travaux : les cuves et les presses . . .

. . . et le coin vente.

Repas du Comité de Fleurissement . . .

. . . les uns mangent . . .

 

. . . les autres préparent, servent, nettoient et rangent !

Gros chantier à la fromagerie

Piégé par un confrère !

La retraite pour Rosette et Charles Dérudet (à gauche) : les fromagers sont remplacés par Liliane et Gilles Cantin (à droite). Le président Françon leur offre un salon de jardin, au nom de la coopérative.

Des locaux plus fonctionnels

Rosette passe le relais à Liliane

Le retour de la croix de la mission 1923

Un travail d'équipe !

. . . la suite au prochain numéro !

 

 

St Thyrse 2019 : tartes, musique, soleil . . . et hommage !

 

Après les tartes de pompiers le samedi, le défilé du dimanche fêtait, en musique, le travail des maquisards et l'arrivée des Américains à Drom, le 3 septembre 1944.

Retour en images sur DROM en FETE 2019

Tartes. Au milieu de la nuit, les premières des presque 700 tartes commencent à remplir les rayonnages, pour partir encore plus rapidement dès l'aube.

*     *     *     *     *
Après l'office dominical dédié à St Thyrse (le seul de l'année ici ! ) célébré par le Père Arnaud avec la participation de la chorale paroissiale de St Etienne du Bois, on continue par l'apéro avec le Sou des Ecoles : quoi de mieux qu'une tarte, une bouteille, des amis et quelques verres ?
Défilé. Puis c'est au tour des musiciens d'ouvrir le défilé, sur un parcours revisité, avec les écoles de musique de St Denis les Bourg et St Triviers de Courte.
Fleurissement. Grâce au soleil, mais aussi au comité de fleurissement, l'été a été chaud à Drom ... place du chaudrom !
Libération. Il y a 75 ans, le 3 septembre 1944, les Américains passaient par Drom, marquant par là même la fin de l'occupation, après un important travail de terrain réalisé par les Maquisards de la vallée.

Une jeune fille de la vallée sert d'agent de liaison pour la diffusion des renseignements. Pour des raisons évidentes de sécurité, son visage est caché.

Les Maquisards bénéficient de parachutages d'armes

Les parachutages sont réalisés vers le viaduc de Ramasse

Des codes couleurs indiquent la nature des "marchandises" parachutées

Les conteneurs sont vidés et les armes réparties dans le maquis.

 
 

Les Forces Françaises de l'Intérieur peuvent désormais s'afficher publiquement !

 

L'ARCMA (Association Revermontoise pour la Conservation des Mécaniques Anciennes) participe au défilé avec plusieurs véhicules.

 
 
 

On fête l'arrivée des Améric'AINs

 

Ils apportent avec eux le Rock N' Roll . . .

. . . le chewing gum . . .

. . . et le Coca Cola !

L'ARCMA na manque aucun défilé de Drom !

L'ancienne Estafette de la commune de Meillonnas, restaurée par l'ARCMA et décorée de photos de Jean Luc Maréchal, trop tôt disparu. Elle a été "prétexte" à collecter des fonds pour la lutte contre le cancer.

Dromignons. Les écoliers de Drom ont choisi le thème de la bande dessinée,
Animation. Retour sur la place Docteur Gaillard pour la suite des festivités.

Avec Maurice, un des ténors de la vallée : "Si les Ricains n'étaient pas là . . . "

 

"Liberté, j'écris ont nom" : une interprétation émouvant du texte de Paul Eluard, suivie de la Marseillaise.

 

Les Dromignons prennent le relais avec plusieurs chants dans divers styles.

 

Place au concert, alternant musiques de l'Est . . .

 

. . . et musiques Latino.

 

Avec même une fête foraine pour les enfants !

 
 

Pour changer des tartes des pompiers : les crêpes du Club de l'Age D'Or

La fête pour DROM libérée . . . !

(Merci à Chantal PELERIN pour sa contribution photographique ! )

Au fil des jours . . .