Taille des Caractères
Le Dromoscope

Articles en stock

Aujourd'hui à Drom

11 décembre 2019, 20 h 11 min
Nuageux
Nuageux
5°C
 

Soyez averti !

Tag Archives: Ramasse

St Thyrse 2019 : tartes, musique, soleil . . . et hommage !

 

Après les tartes de pompiers le samedi, le défilé du dimanche fêtait, en musique, le travail des maquisards et l'arrivée des Américains à Drom, le 3 septembre 1944.

Retour en images sur DROM en FETE 2019

Tartes. Au milieu de la nuit, les premières des presque 700 tartes commencent à remplir les rayonnages, pour partir encore plus rapidement dès l'aube.

*     *     *     *     *
Après l'office dominical dédié à St Thyrse (le seul de l'année ici ! ) célébré par le Père Arnaud avec la participation de la chorale paroissiale de St Etienne du Bois, on continue par l'apéro avec le Sou des Ecoles : quoi de mieux qu'une tarte, une bouteille, des amis et quelques verres ?
Défilé. Puis c'est au tour des musiciens d'ouvrir le défilé, sur un parcours revisité, avec les écoles de musique de St Denis les Bourg et St Triviers de Courte.
Fleurissement. Grâce au soleil, mais aussi au comité de fleurissement, l'été a été chaud à Drom ... place du chaudrom !
Libération. Il y a 75 ans, le 3 septembre 1944, les Américains passaient par Drom, marquant par là même la fin de l'occupation, après un important travail de terrain réalisé par les Maquisards de la vallée.

Une jeune fille de la vallée sert d'agent de liaison pour la diffusion des renseignements. Pour des raisons évidentes de sécurité, son visage est caché.

Les Maquisards bénéficient de parachutages d'armes

Les parachutages sont réalisés vers le viaduc de Ramasse

Des codes couleurs indiquent la nature des "marchandises" parachutées

Les conteneurs sont vidés et les armes réparties dans le maquis.

 
 

Les Forces Françaises de l'Intérieur peuvent désormais s'afficher publiquement !

 

L'ARCMA (Association Revermontoise pour la Conservation des Mécaniques Anciennes) participe au défilé avec plusieurs véhicules.

 
 
 

On fête l'arrivée des Améric'AINs

 

Ils apportent avec eux le Rock N' Roll . . .

. . . le chewing gum . . .

. . . et le Coca Cola !

L'ARCMA na manque aucun défilé de Drom !

L'ancienne Estafette de la commune de Meillonnas, restaurée par l'ARCMA et décorée de photos de Jean Luc Maréchal, trop tôt disparu. Elle a été "prétexte" à collecter des fonds pour la lutte contre le cancer.

Dromignons. Les écoliers de Drom ont choisi le thème de la bande dessinée,
Animation. Retour sur la place Docteur Gaillard pour la suite des festivités.

Avec Maurice, un des ténors de la vallée : "Si les Ricains n'étaient pas là . . . "

 

"Liberté, j'écris ont nom" : une interprétation émouvant du texte de Paul Eluard, suivie de la Marseillaise.

 

Les Dromignons prennent le relais avec plusieurs chants dans divers styles.

 

Place au concert, alternant musiques de l'Est . . .

 

. . . et musiques Latino.

 

Avec même une fête foraine pour les enfants !

 
 

Pour changer des tartes des pompiers : les crêpes du Club de l'Age D'Or

La fête pour DROM libérée . . . !

(Merci à Chantal PELERIN pour sa contribution photographique ! )

Journée du patrimoine : musique et expo photo aux Conches

   Pour inaugurer la toiture toute neuve de la chapelle, et en plus des traditionnelles visites commentées, les Amis de Notre Dame des Conches ont proposé un instant musical et une exposition photo pour les journées européennes du patrimoine, pour le plus grand plaisir de plusieurs dizaines de visiteurs.

Des artistes locaux

   Le duo Cocagne (Hélène, véritable acadienne, et Gérald) est monté de Drom pour interpréter une berceuse amérindienne, et une composition personnelle (« grands espaces ») avant d’entraîner tout le public dans un canon sud-africain.

Notre maison, la terre

   En 2015, « Laudato si », l’encyclique écologique du pape François, rappelle que la terre est notre maison commune et alerte sur la nécessité de sa sauvegarde. Non-croyant, mais partageant des valeurs communes sur ce sujet, le photographe Yann Arthus Bertrand a tenu à illustrer les réflexions pontificales avec des photos commentées. « Cette exposition trouve pleinement sa place dans notre chapelle, au milieu de la nature », soulignait ainsi Philippe Dosne, président des Amis des Conches.

Un partenaire de terrain

   Attentifs aussi à ces enjeux, patrimoine, culture, animation et environnement, les administrateurs de la Caisse Locale de Crédit Agricole de Villereversure, derrière leur présidente Martine Bonnet, ont aussi participé à l’événement en finançant cette exposition et les boissons offertes aux visiteurs.

Philippe Dosne, président de l'association, présente l'exposition et les artistes

Une belle prestation du duo Cocagne

Croyant ou non : des valeurs communes

On en vient facilement à l’idée d’une croissance infinie ou illimitée, qui a enthousiasmé beaucoup d’économistes, de financiers et de technologues. Cela suppose le mensonge de la disponibilité infinie des biens de la planète, qui conduit à la “ presser ” jusqu’aux limites et même au-delà des limites. Pape François LS 106

Une exposition appréciée

L'histoire du site racontée aux visiteurs

Une visite appréciée : Catherine Penez, ancienne responsable du service patrimoine du département de l'Ain.

Michel Porrin, maire de Ramasse, avec les dirigeants de l'association, les artistes et les administrateurs de la Caisse Locale de Crédit Agricole de Villerereversure. (le Pape François et Yann Arthus Bertrand étaient excusés . . . )

(Merci à Xavier BRETON, député de l'Ain, pour la photo N° 6 )


 

(Bravo à Claude ROTH pour cette vue magnifique !)

Banquet des classes : une bonne bande de 9 … et de 4 !

   C'est à l'initiative de la bande des 60 ans, venus en nombre, que les classes en 9 (et en 4) de Ramasse et de Drom se sont retrouvées pour leur traditionnelle rencontre décennale.

   Si l'on note de plus en plus une désaffection des plus jeunes, pourtant en nombre dans la vallée, les moins jeunes répondent toujours présent et les plus de 60 ans représentaient ainsi les deux tiers de l'effectif.

Où sont les jeunes ?

   Ils étaient ainsi treize des deux villages, plus Charlotte, née en 2019, et venue, le temps de la photo, accompagner Edouard, son papa (le deuxième plus jeune), et Anne, sa mamie.

   Du côté des aînés, on trouvait Michelle, Monique et Rolande . . . mais on ne dévoile pas l'âge des dames !

Convivialité et bonne chère

   Après un été caniculaire, ils ont choisi une journée  pluvieuse  et, avec les conjoints, tous ont alors passé un moment gastronomique chez le chef Tissot, à Simandre, pour déguster, bien sûr, les spécialités locales : pavé richelieu, poulet au Clon et omelette norvégienne !

Christian, Christiane, Thierry, Anne et Daniel : les 60 ans, organisateur de cette rencontre

Michelle, Monique et Rolande, les doyennes

Charlotte et son papa, les benjamins

Le tunnel de Drom : l’incroyable entreprise d’un Maire pour maîtriser les inondations (1ère partie)

1856 : une contre proposition avec un projet de puits

Hippolyte Gouilloux avait remarqué que les "sources intermittentes de Rochefort" étaient l'exutoire des inondations de Drom.

   Pour remédier aux inondations séculaires qui frappaient la vallée de plus en plus fréquemment et occasionnaient de grands dégâts, Hippolyte Gouilloux, Maire de Drom, avait depuis longtemps imaginé que le moyen infaillible était d'établir un canal au fond de la vallée allant aboutir à la rivière du Suran à Villereversure. En 1852, il entreprit donc les démarches pour amener l'ouverture d'un tunnel, sous la montagne de Javernaz, depuis la vallée de Drom vers " les sources intermittentes de Rochefort " (qui jaillissaient lors des inondations de la vallée de Drom).

   Après des études et des visites sur le terrain, cette idée est admise par les services de l'Etat qui, entre deux tracés, préconisent le plus court, par économie : 980 mètres au lieu de 1 350 ; mais ce projet nécessitera une tranchée en amont. Ce dernier est donc retenu, malgré l'insistance du Maire ; ce dernier ayant toutefois reçu l'assurance que, une fois le tunnel percé‚ " les tranchées ne resteraient pas à faire ".

Un coût démesuré

   Devant le coût considérable d'un tel projet, que la commune ne pourrait pas assumer, même avec une participation de moitié de l'Etat, les ingénieurs décidèrent qu'il serait fait des travaux d'essai ayant pour but de creuser et d'établir des puits absorbants (de part et d'autre de la colline, en cas d'existence d'un lac souterrain, créant ainsi un phénomène de siphon).

   Ces travaux commencèrent en 1855 : le puits perdu de "Glanant" (sur la commune de Villereversure, en dessous de Rochefort) et 1856 : le puits de Fay, à Drom. Dans ce dernier, on tomba dans une grande excavation souterraine à moitié remplie d'eau : le légendaire " Lac sous Drom " ! Mais ces travaux ne furent pas efficaces et le puits fut rebouché.

   En 1858, grâce à l'intervention de M. le Comte Le Hon, député, des premiers fonds étaient débloqués pour commencer le tunnel. Sur un coût total de 106 584,84 F., l'Etat a finalement financé 93 200 F., la Préfecture, 4 000 F. et la Commune a fait tout le reste, tant par impositions extraordinaires que par souscriptions, journées volontaires, prestations, etc.

  Particularité : le tunnel de Drom démarre depuis des terrains appartenant à la commune de Drom, mais situés sur la commune de Ramasse, et il débouche sur une parcelle de terrain public sur la commune de Villereversure.

... la suite dans notre prochaine édition !

La vallée innondée

1852 : le Maire insiste pour un projet plus au nord

La galerie à sec . . .

. . . et en eau !

 

Un toit tout neuf attendait les pèlerins

 

A droite, à côté de Philippe DOSNE, président des Amis de Notre Dame des Conches, Michel PORRIN, maire de Ramasse, présente la réfection de la toiture.

La pluie s'est invitée au pèlerinage du lundi de Pentecôte, mais les pèlerins étaient bien à l'abri !

  Le temps n’incitait pas trop à gravir la sainte colline pour ce traditionnel pèlerinage du lundi de Pentecôte. Cependant, les pèlerins qui ne sont pas laissés arrêter par la pluie du matin, pour se tasser dans la chapelle, ont été les premiers à « bénéficier » des travaux de réfection de la toiture.

  Mais ce n’est pas tout : d’autres surprises les attendaient …

Une histoire pluri-séculaire

  Ce pèlerinage trouve ses origines il y a probablement plus de 16 siècles. Cette année, en début d’office, on apprenait que, selon la volonté du pape François, l’église catholique célèbre désormais, Marie, mère de l’église, le lundi de Pentecôte (sa Sainteté a donc dû s’inspirer de la dévotion aux Conches !). De plus, depuis l’année dernière, l’évangile qui désormais consacré au lundi de Pentecôte est celui ou le Christ, sur la croix, confie sa mère à son disciple Jean (lequel enseignera ce culte à son disciple St Polycarpe qui, lui-même, le propagera vers la Gaule en envoyant des missionnaires, dont St Thyrse, premier évangélisateur du Revermont, sur la colline des Conches ! )

  Ce jour, l’office a bénéficié de la participation autant amicale que musicale de Sylvie Frachet (au clavier) et Diane Framont (au violoncelle), du duo PianiCello.

Une réfection totale

  Le bâtiment actuel ne date « que » de 1839 : selon les recherches de l’abbé Gringoz, enfant du pays et historien du site, il s’agit là du cinquième sanctuaire après une histoire ponctuée de destructions et reconstructions. Après l’ouverture de la « route des crêtes », vers 1975, le site devient beaucoup plus fréquenté et, si l’on est loin des persécutions romaines, des invasions de Sarrazins, des soudards de François 1er, si la guerre de cent ans et l’intolérance révolutionnaire ne sont que de lointains souvenirs, d’autres vandales et pillards sévissent et leurs forfaits se nomment graffitis, destructions et abandons multiples de détritus. L’association des Amis de Notre Dame des Conches est ainsi crée en 1984 et s’attache à entretenir et maintenir le site en état, avec l’aide de la commune de Ramasse, propriétaire du bâtiment, et des communes voisines. Entre autre travaux, elle fait repeindre le toit du clocher en 1989, changer les abat-son en 1994 et refaire la toiture de la chapelle en 1995 ; l’intérieur est restauré en 2005.

  Les dernières semaines ont ainsi vu une nouvelle réfection totale de la toiture : chapelle, clocher et abat-son par les entreprises Gallet (charpente, à St julien sur Suran) et Poncet (zinguerie à Coligny). Pour cet investissement de 27 300 € TTC., la commune de Ramasse a bénéficié de 65 % de subventions, plus une participation de 26 % de l’association des Amis de Notre Dame des Conches.

Le « retour » de Notre Dame

  Quant à la statue de Notre Dame des Conches, jusque vers 2004, elle trônait régulièrement dans sa chapelle lors des pèlerinages de Pâques et de Pentecôte. Depuis, cette sculpture en bois du XVème siècle est protégée dans les services du patrimoine du département. Philippe Dosne, président de l’association, indiquait sa satisfaction de la voir de nouveau à sa place, sous forme d’une photo grandeur nature.

Notre Dame des Conches a "retrouvé" sa niche

"Pluie du matin n'arrête pas le pèlerin" !

 

Suivi de chantier (Merci à Philippe DOSNE pour les photos)

 

Au fil des jours . . .

  • Cinéma : 2 dessins animés le même jour

       Le 16 décembre, à 16 h 00 : "Le voyage dans la lune"  (film d'animation norvégien de De Rasmus A. Sivertsen, avec Philippe Allard, Michel Hinderyckx, Pascal Racan ) ; sorti le 6 novembre 2019 ; durée 1h20.

    Lire la suite
  • Bonne chère pour les aînés

     

       De Rolande, la doyenne, à Lydia et Bernard, les jeunes recrues, et avec les élus et les bénévoles de la commission communale, ils étaient une vingtaine à partager, non seulement un bon repas chez le chef Tissot à Lire la suite

  • Bibliothèque municipale : du renfort apprécié

    Les 3 " M " Motivées ! (Martine, Marie et Monique)

       Depuis déjà plus de 20 ans, la bibliothèque municipale propose gratuitement des livres grâce à un stock régulièrement renouvelé. Marie-Thérèse Genin et Monique Didierlaurent gèrent ce service et … Lire la suite

  • Cinéma : le programme jusqu’au printemps
     
     Pas moins de trois films encore avant Noël, puis, déjà, les trois de début 2020 !
     

        Le 25 novembre, à 20 h 15 : « J'irai où tu iras» (film français  de Géraldine Nakache avec Leïla

    Lire la suite