Taille des Caractères
Le Dromoscope

Articles en stock

Aujourd'hui à Drom

19 janvier 2021, 1 h 03 min
Clair
Clair
-1°C
 

Soyez averti !

Tag Archives: Patrimoine

Les dernières années en 1 : 1991

Avec Mme Perrin, la maîtresse, les écoliers partent une semaine en classe verte à Hauteville. Au programme : alternance de cours, d'activités plein air, sport et natation.

Alors que commence la troisième décennie de ce troisième millénaire, reprenons notre traditionnel voyage annuel dans le temps et revisitons le début des précédentes. Premier épisode : vers la fin du XXème siècle.

   Après les fortes chutes de neige de décembre, on constate que le toit et le mur sud du hangar des Conches se sont écroulés ; il sera alors complètement démoli par les pompiers de Ramasse, rendant à la chapelle un aspect plus ... catholique ! On constat aussi -et encore- une tentative d'effraction à la chapelle, avec du matériel militaire (grenade, mèche lente, poudre à canon), mais la porte n'a pas cédé. De leur côté, les pompiers de Drom ont dégagé près de 2 000 m² de toitures au village, soit environ 1 800 m3 de neige.

   C'est à Drom que sont remis leurs brevet de secourisme à 15 pompiers répartis sur les territoires des centres de secours de Treffort-Coligny et Corveissiat, entre autres à Eric Bonnet, Michel Guillot (actuel maire de Drom), Xavier Poncet et Bernard Prin (actuel maire de Nivigne et Suran).

  Succédant à Martine Bonnet, Alex Genin est élu président de l'association Patrimoine et organise la deuxième édition de fabrication/dégustation/vente de boudin, qui connait un franc succès.

Travaux tous azimuts

  Dans l'église, le chœur est tapissé d'échafaudages pour être refait selon les consignes de la commission d'art sacré et le conservateur des antiquités et objets d'art. Le chœur gothique retrouve un aspect sobre mettant en valeur sa croisée d'ogive et sa clé de voute. Installé sur un pilier, probablement depuis les travaux de 1855, le Christ en croix retrouve sa place centrale. Les travaux sont réalisés par des entreprises locales : Reydellet, maçon à Chavannes, Rivoire, menuisier à Drom, et Pocaud, ferronnier à Meillonnas, aidés de bénévoles.

  Sur la place, Clément Réus,  réalise bénévolement des bancs avec les pierres récupérées trois ans plus tôt par le comité de fleurissement lors de la démolition de l'ancien local des pompiers.

  A la fromagerie, les sociétaires réalisent eux-mêmes une partie des travaux de modernisation, mais la production et la vente continuent pendant le chantier !

  De son côté, l'association Patrimoine nettoie le sentier des Conches, endommagé depuis les chutes de neige ; elle réhabilite aussi le site du lavoir et en dégage la boue qui recouvre les dalles. La vieille pompe est même remise en service !

Sécurité incendie

  Les pompiers organisent un exercice incendie où ils commencent à attaquer le sinistre avec deux lances branchées sur le réseau et testent leur appareil respiratoire indépendant (ARI). Le centre de secours de Treffort arrive rapidement avec deux autres ARI. Trois lances supplémentaires sont mises en œuvre, alimentées par une moto pompe branchée sur la citerne du lavoir : l'expérience conclue que cette réserve peut assurer la ressource en eau des secours pendant plus de deux heures.

On fait aussi la fête !

  La Sainte Agathe est fêtée autour d'une bonne table par 30 dames, soit le cinquième de la population. Le dimanche 1er avril, les habitants sont réveillés par le chant du coq . . . du clocher ! Lequel diffuse aussi sporadiquement des extraits de Vivaldi pendant la matinée. Au printemps, la salle est comble pour le repas annuel du comité de fleurissement, et les pompiers s'offrent une escapade aux Pays-Bas ; ils reviennent à temps pour empêcher un incendie suite à un feu de voiture dans une grange.

( . . . la suite au prochain numéro ! )

Les chutes de neige de décembre ont eu raison du hangar disgracieux qui défigurait la chapelle de Notre Dame des Conches. Les pompiers de Ramasse en évacuent les restes.

A Drom, remise des diplômes de secourisme pour les pompiers des Centres de Secours de Treffort-Coligny et Corveissiat

Alex Genin est désigné président de l'association Patrimoine

Pas moins de 30 Agathines de Drom

C'est carnaval à Drom

Réutilisation des pierres de l'ancien local des pompiers

Direction la classe verte !

Traditionnelle : la projection diapos du comité de fleurissement ...

. . . qui se termine autour d'un verre !

Chantier dans le chœur de l'église

Gérard Reydellet officie au sommet

La clé de voute est remise en valeur ...

... et le Christ a retrouvé sa place initiale

Les 1 et les 6 ... de 10 à 70 ans

Au dessus des fils électriques le coq chante et diffuse de la musique ... le 1er avril

Exercice incendie : l'occasion de tester la citerne du lavoir

Les jeunes pompiers de Drom en profitent pour un peu de nettoyage du site !

 

Chantier à la fromagerie : les sociétaires réalisent eux-mêmes les travaux

Liliane peut faire son beurre ...

... et Gilles mettre le Comté sous presse !

 

L'apéro, avant le repas ...

 

du Comité de Fleurissement : salle comble !

 

(Côté cuisine)

 

Escapade hollandaise pour les pompiers ...

... qui rentrent à temps pour éviter une catastrophe : un départ d'incendie sur une voiture dans un bâtiment

Toujours suite au chutes de neige de décembre, Patrimoine dégage le sentier des Conches

Après l'effort ...

Le lavoir aussi a besoin de quelques travaux . . .

 

Le premier semestre se termine avec une naissance chez Roger : des triplés !

.

 

 

Un édifice particulier : le « calvaire des enfants mort-nés »

Après la croix de la mission 1923, et toujours dans le même secteur,
intéressons-nous à une autre croix, moins visible . . .
  et qui a aussi disparu puis été ré-érigée.

   Le choeur de l'église St Thyrse est signalé pour abriter les sépultures de plusieurs prêtres ; les fidèles, eux, étaient inhumés dans le cimetière de la paroisse, auparavant situé autour de l'église : côtés nord (actuel passage de l'alambic) et ouest (bord de la place Docteur Gaillard). Il a été transféré à son emplacement actuel entre 1854 et 1862, à l'extérieur du village, au lieu-dit "La Croix Jouvray".

   Il est une troisième catégorie de défunts qui connaissait un "traitement" différent : les enfants mort-nés sans baptême. Ces derniers étaient " nuitamment portés au calvaire " situé sur le chemin des Conches, pour être enfouis dans une cavité sous le socle de la croix. Ce monument funèbre pourrait dater du VIème ou VIIème siècle.

Une pratique très ancienne

   En 1903, Hector Caillat, historien local, indique que cette pratique aurait perduré jusqu'en 1793. En effet, la révolution française connait, cette année-là, la triste époque de la Terreur. Dans l'Ain, Albitte, "représentant du peuple", est particulièrement efficace dans sa lutte contre "le fanatisme religieux" : près de 800 clochers sont détruits (à Drom, on rase celui de l'église Saint Thyrse et on démolit la chapelle Sainte Catherine ; à Ramasse, les habitants sont contraints de détruire eux-mêmes la chapelle des Conches). Sur le calvaire de Drom, la croix est détruite ; un Christ en relief était taillé dessus.

   Chaque année, ce lieu était le but d'une procession, lors de la fête de l'Ascension.

   Il y a 120 ans, Hector Caillat écrivait : "on peut encore voir sous la croix des os d'enfants et des restes de petits cercueils".

200 ans plus tard ...

   En 2006, le socle est déplacé de quelques mètres pour se rapprocher du chemin et se désenclaver d'une parcelle privée. L'association "Patrimoine" se charge de cette opération, délicate du fait de la taille et de la fragilité des blocs de pierre séculaires, puis elle le recoiffe d'une croix tombale en pierre sculptée, donnée par les descendants de Mme et M. Alfred Carrier.

Dessin de Hector Caillat

Le calvaire déplacé et "reconstitué".

.

 

Croix de la mission 1923 : bientôt 100 ans,  … moins quelques années d’absence !

Un monument bien visible . . . quand la végétation était contenue !

   Chez les premiers chrétiens, des missionnaires étaient envoyés par les communautés en place, hors des limites de la chrétienté, pour propager la foi et implanter de nouvelles institution, pratique qui perdurera lors de la découverte, de l'exploration (et de la colonisation ! ) de "nouveaux" territoires.

   Puis, jusqu'aux XIXème et XXème siècles, on organise des "missions" auprès des fidèles eux-mêmes (et pas seulement des "infidèles"), dans le cadre des paroisses constituées. Il s'agit d'un temps de prédication plus intense, avec un missionnaire de passage, qui ressemble à un propagandiste spécialisé dont on attend qu'il applique un traitement de choc, qu'il provoque un réveil, des conversions, des " retours".

La "croix blanche"

   La fin des ces missions peut être marquée par l'édification d'un symbole religieux ; c'est ainsi que, en 1923, on érige, sur le chemin des Combes, la "Croix de la mission 1923".

La quinquagénaire s'écroule ...

   Surplombant le village, sur les pentes de "Luy", elle fait face à l'église et, sur la carte postale "DROM - vue générale", elle semble veiller sur sa communauté. Jusque dans les années 1970/75 où le temps a raison de son vieux bois : elle s'écroule, la végétation reprends le dessus et son socle de pierre disparaît dans les buissons.

. . . et renaît !

   Jusqu'en 1990 où la toute jeune association "Patrimoine", créée l'année précédente, réouvre le sentier des Combes et libère le socle de sa gangue de ronces. Un an plus tôt, un chêne lui a été donné par M. Fernand Bressoux, de Chavannes. Il est alors coupé et débardé par Christian Bonnet, puis confié à la scierie Branchy avant de passer par les mains de Vivian Rivoire (fils du menuisier du village) qui réalise une nouvelle croix, de même dimension (plus de sept mètres).

   Le 26 juin 1990, aidé par Xavier Poncet et son matériel de levage, toute l'équipe redonne ainsi au site l'aspect qu'il avait connu quelques décennies plus tôt, fruit de toute une chaîne de solidarité et de bénévolat.

Le socle est retrouvé !

Un travail collectif, issu d'une longue chaîne de bénévolat

D'autres édifices religieux (datés)

  Au centre de la "Place de la Pompe" (désormais partiellement occupée par la fromagerie), on dresse une croix en 1803 (transférée trois fois, elle est maintenant en bordure de la rue de la Paix).   

  Suite au jubilé de l'année sainte, convoqué en 1826 par le pape Léon XII, on érige la Croix du jubilé 1827 (rue du Port Fleury).

  Puis, en 1885, au cours d'un siècle de forte période de culte à Marie. on installe une statue de la Vierge en bordure de la Place de la Pompe (statue qui sera aussi déplacée deux fois).

 

La croix de la place de la Pompe, trois fois déplacée ; actuellement Rue de la Paix.

La croix du Jubilé 1827 

 

La Vierge (1885)

"VOYEZ ! Ils m'ont établie leur gardienne"

.

 

 

La dernière année en zéro : 2010 (1ère partie)

Serge et Tony, deux élus investis quotidiennement dans le suivi de la station d'épuration

Le " Dromadaire " fête ses 20 ans ; performante, la station d'épuration se visite ; le Clon retourne à Lyon ;
on découvre toutes les versions de la Kiwa et un hommage est rendu aux anciens maquisards.

   Le père Noël serait-il une ordure ? C’est ce que se demande le maire dès les premiers jours de l’année, en constatant (une fois de plus) un dépôt sauvage de déchets à côté des colonnes de tri. A la mairie, la commission communication s’active pour terminer le bulletin municipal, qui s’appelait alors « Le Dromadaire » ; ce dernier fête ses 20 ans avec une rétrospective et rappelle le trophée de la communication environnementale obtenu par la commune deux mois auparavant. Les élus reçoivent le président et la directrice du syndicat mixte « Bourg Bresse Revermont » pour une présentation du « SCoT » (le schéma de cohérence territoriale, qui dessine l’aménagement du territoire pour les vingt années suivantes) et ses incidences pour la commune. Le major Mabilon, nouvellement nommé au commandement de la communauté de brigades de gendarmerie de Ceyzériat, choisi Drom pour une nouvelle initiative : une cérémonie des vœux de la gendarmerie aux élus et chefs d’entreprises de sa juridiction.

Dynamisme associatif

   Le premier mois se termine sous des flots de Comté : le Sou des écoles est submergé de gourmands pour la soirée fondue. Puis le comité de fleurissement reçoit Claude Valentin : Sousanna Aviet,, nouvelle présidente a sollicité le président départemental qui apporte renseignements, astuces et conseils agrémentés de moult photos. Le conseil municipal prend connaissance du rapport de fonctionnement de la station d’épuration par les services du département, qui présente un taux d’épuration de 90 à 97 %, expliqué par « un bon fonctionnement et une station très bien entretenue » par Tony Steel et Serge Perely, élus en charge de son entretien et de son suivi.

Patrimoine local :culte, gastronomie et mécanique

   Rencontre au sommet aux Conches, où l’association Patrimoine de Drom, fait don de cinq bancs à son homologue de Ramasse, « les amis du patrimoine de Ramasse et de Notre Dame des Conches », pour compléter l’équipement de la chapelle, trait d’union à l’intersection de trois communes. Plus bas, dans la vallée, c’est à Ramasse que se retrouvent les classards en zéro et en cinq des deux villages, sous l’impulsion des 45 et 50 ans.

   A la Croix Rousse, à Lyon, l’Ain est invité d’honneur d’une animation visant à promouvoir les destinations touristiques proches. Avec le Comté, le Clon de Drom est aussi présent : juste retour des choses pour le fromage des princes puisque c’est dans les archives de cette ville qu’on en retrouve la plus ancienne mention connue, dans un tarif d’octroi de 1295.

   La 17ème exposition bourse d’échange est sous le thème des trois roues, des plus classiques aux plus inattendus ; à l’honneur, la Kiwa est déclinée en quatorze versions. Artisans d’art et producteurs locaux ajoutent à l’attractivité de la manifestation en ouvrant leurs portes ce jour.

Des maquisards honorés

   Pour le 70ème anniversaire des combats de 1940, la commémoration du 8 mai mets en avant deux anciens combattants de l’ombre, Marcel Guillemot et Roger Jacquemet, résistants.

   Pendant deux jours, la station d’épuration est visitée par plus d’une centaine d’écoliers qui découvrent les principes et les enjeux de la gestion de l’eau. Puis le village était traversé par les coureurs du championnat cycliste Ain Jura des pompiers.

   Pour finir l’année scolaire, les Dromignons présentent deux pièces de théâtre à la population, puis la maîtresse se voit offrir une rose et un bisou de chaque écolier. En effet, après une seule année passée à Drom, Charline Chanal part sous d’autres cieux en laissant le souvenir d’une enseignante modèle et appréciée.

L'année débute par un constat trop courant : un dépôt sauvage d'ordures . . .

Le Dromadaire a 20 ans !

Présentation du "SCoT" Bourg Bresse Revermont

Les gendarmes présentent leurs voeux

 

Une nouvelle association se crée : "la Route Fleurie du Revermont" ; Sousanna Aviet en est la vice-présidente.

Les dinosaures s'exposent en mars

Chantier de réinsertion avec ADL 01

Patrimoine, de Drom, offre des bancs aux Amis de Notre Dame des Conches

Christine Ménétrieux, infatigable ambassadrice des saveurs de l'Ain, présente Comté et Clon à "Croix Rousse Evasion".

Les classes en 0 et 5 de Ramasse et Drom

De 20 à 80 ans, ils sont six de Drom

Le Comité de Fleurissement recrute des volontaires !

Le département améliore la signalétique de tous ses carrefours . . . mais aurait pu économiser un support !

 

Au lavoir, le mur de soutènement sud se détériore

Mécaniques anciennes : Les trois roues

 

Toute la gamme de la Kiwa

Les "Amis du type H" sont venus de tout le pays

Affluence en continu à la fromagerie

Portes ouvertes chez les artisans d'art

Les maquisards honorés pour le 8 mai

On prépare la photo du calendrier !

Découverte des circuits de l'eau pour les écoliers du Revermont : principes et enjeux du traitement des eaux usées

La première BD multimédia passe par Drom

Les péripéties de Julia, Jeff et Tom les emmènent jusque dans le tunnel

Les pompiers de Drom, Ramasse, Simandre, et Treffort accueillent le championnat cycliste Ain Jura des pompiers.

 
 

Réfection du mur du lavoir

 

(en pierres, bien sur! )

Spectacle théâtral, avec les Dromignons

 

La maîtresse quitte Drom en laissant un bon souvenir

 

Répétition à Drom pour Inter'Val, la chorale de la Communauté de Communes

 

Les débuts du "petit marché", avec Jean Louis

 
 

Rue du Canal : réfection du mur de soutènement . . . toujours en pierres !

 
 

Le tour de l'Ain VTT ne manque pas d'emprunter les sentiers de Drom !

 

Une nouvelle recrue chez les pompiers : un Citroën C25 acquis au S.D.I.S ... du Rhône ! Le CPI est aussi doté d'un défibrillateur

 

Après plusieurs mois d'absence, la "Roulotte à pizzas" revient, équipée d'un camion haut de gamme !

 
 
 

Association Patrimoine : des projets pour 2020

Les panneaux du sentier karstique prêts à être installés ... en l'an 2000 !

  « L’activité 2019 a plutôt été en sommeil », déclarait Alain Borron, président de l’association Patrimoine lors de l’assemblée générale, « suite à des problèmes d’indisponibilité ». Pour autant, un sympathisant très actif n’a pas manqué d’effectuer d’efficaces et multiples opérations de débroussaillage et de nettoyage sur plusieurs sites fétiches du groupe : la croix de Luy, le calvaire des enfants mort-nés, le puits de Fay. ou bien encore les panneaux de sentier karstique.

   Installé par Patrimoine il y a juste 20 ans, ce circuit des « chemins de l’eau » devrait être l’objet de soins dans l’année à venir : un chantier de débroussaillage est évoqué au bois de Fay. De même, certains panneaux seraient à remplacer, mais il conviendra préalablement de se rapprocher de structures partenaires.

Le retour du poulet au Clon !

   Dans une autre catégorie de patrimoine local, les bénévoles ont programmé de reproposer le repas dominical pour la fête patronale, après une année, là aussi, creuse : à la Saint Thyrse, septembre devrait se terminer autour du poulet au Clon, nouvelle attendue par bien des gourmands.

Chantier préparatoire au bois de Fay, 2000.

Installation des panneaux aux Conches

 
 

Le retour du poulet au Clon évoqué pour St Thyrse 2020 !

 

Au fil des jours . . .

  • Rapidité – Efficacité

    En aparté de notre feuilleton sur les années en 1, arrêtons-nous un instant sur un exercice des pompiers, réalisé le 30 mars 1991, en consultant le compte-rendu de la presse locale.

       A 13h40, samedi 30 mars, trois coups de … Lire la suite

  • Les dernières années en 1 : 1991

    Avec Mme Perrin, la maîtresse, les écoliers partent une semaine en classe verte à Hauteville. Au programme : alternance de cours, d'activités plein air, sport et natation.

    Alors que commence la troisième décennie de ce troisième millénaire, reprenons notre traditionnel … Lire la suite

  • Léa, élève infirmière pendant le Covid

    Pour la couverture, Léa a commandité une oeuvre auprès d'un ami de son âge, Benjamin Destouesse, artiste professionnel basé à Dax.

    Dès le premier jour de son stage, Léa Cote s'est trouvée embarquée dans la spirale de la crise sanitaire.  Lire la suite

  • La camionnette de l’épicier est toujours attendue !

    Popeye ne manque pas de s'arrêter chaque semaine à la fromagerie de Drom où Aurélie l'approvisionne en Comté qu'il exporte jusque dans la campagne bressane !

    "Popeye" livre à domicile dans une trentaine de villages

       Six jours par semaine, … Lire la suite