Taille des Caractères
Le Dromoscope

Articles en stock

Aujourd'hui à Drom

19 janvier 2021, 0 h 56 min
Clair
Clair
-1°C
 

Soyez averti !

Tag Archives: Julie Rudelin

Crise sanitaire et acteurs culturels

Olivier Contat :"Ca ne va pas tout repartir : chez les artistes, il y aura des gros dégâts" 

Depuis le printemps, la situation des professionnels de la culture est de plus en plus critique. Dans cette filière, considérée comme "non essentielle", tous les acteurs s'inquiètent. Enquête

   Auparavant, Olivier Contat a produit des CD avec un groupe ; désormais, il enseigne la musique mais compose toujours dans le domaine de la "musique à l'image", commandée par des entreprises pour la partie sonore de vidéos. Il a dû complètement s'arrêter dès le premier confinement. Il a repris les cours avec le déconfinement, en voyant son activité réduite de deux tiers. Mais, de nouveau, et malgré une commande de musique qu'il qualifie d'exceptionnelle dans le contexte actuel, le musicien indique "je ne peux plus rien faire".

   Autoentrepreneur, Olivier a pu bénéficier d'une petite aide, mais qui ne lui permettra pas de tenir longtemps. Il se montre alors pessimiste pour l'avenir :"si l'on peut de nouveau circuler je retrouverai mes clients, mais combien ? Et si cela perdure, je serai obligé de me tourner vers une reconversion : pas d'autre solution."

Des situations inconfortables

   Salariée de La Tannerie (la seule "SMAC" de l'Ain : Scène Conventionnée de musiques ACtuelles), Julie Rudelin est chargée d'action culturelle pour la sensibilisation des " publics empêchés " (détenus, handicapés mentaux, jeunes en difficulté … ) à la culture et, plus particulièrement aux musiques actuelles, par le biais de la médiation, l'éducation populaire et d'ateliers (on l'a ainsi vu faire profiter les Dromignons de ses compétences ! ).

   Le premier confinement a stoppé son activité, puis il a fallu rattraper les actions non réalisées sur les budgets alloués mais, de nouveau, tout arrêter. Le seul projet qui restait possible a dû être reporté. Quant aux restitutions de projets terminés, elles sont reportées à des dates non connues, les dénuant de leur sens.

   Actuellement, Julie est en télétravail, "mais sans aucune visibilité". En effet, gérant des budgets alloués par la Direction Régionale des Affaires Culturelles (DRAC), elle doit rattraper les projets non réalisés pour 2020, tout en mettant déjà en place ceux de 2021 : il manquera du temps, ce qui générera des annulations.

   Du côté de la programmation de spectacles, la Tannerie espère un retour des concerts en juin 2021, mais il faut, là, attendre de connaître des dates pour remettre des projets en route.

   Julie reconnaît sa chance d'être salariée et d'avoir un métier passionnant, mais indique "travailler dans la frustration et l'inconfort".

Julie Rudelin : " C'est toute une filière qui est impactée "

Côté scène, morosité ambiante et grosses incertitudes aussi pour les artistes et techniciens bénéficiant du statut "d'intermittents du spectacle", qui subissent aussi de plein fouet l'arrêt de la vie culturelle.

   Hélène Péronnet et Gérald Chagnard, musiciens, montent des actions culturelles ponctuelles pour tous publics, participent à des résidences d'artistes et promeuvent d'autres formes artistiques. Ils font aussi partie d'une compagnie (l'arbre Canapas), qui crée et organise des spectacles.

   Mars a connu un faible taux d'annulations avec beaucoup de reports pour l'automne et pour 2021, et un bon suivi avec les lieux de collaboration (comme le théâtre de Bourg). Du fait des petites jauges, l'activité a bien repris en été : balades musicales dans la nature, résidences d'artistes, répétitions, concerts en septembre et octobre où ils ont ressenti une grande envie du public.

Des artistes sans public

   La seconde vague a été plus complexe (14 concerts prévus en novembre sont reportés) ; les répétitions et enregistrements sont possibles, mais les spectacles non joués "il manque le rapport au public".

   Au printemps, ils ont pu bénéficier de chômage partiel avec leur compagnie. "C'est une chance : elle n'est pas trop petite et assez structurée, et a pu bénéficier d'aides pour le personnel ". Par contre, ce n'est désormais " pas très gai : les équipes sont fatiguées". En effet, il faut continuellement s'adapter à la situation, ce qui double le travail administratif. Il y a toujours des projets en cours, les actions vers les enfants sont encore possibles, mais "la suite est fragilisée : il risque d'y avoir embouteillage de spectacles ! ".

   Enfin, les mesures d'urgences décidées prolongent leurs indemnités . . . mais après

Hélène Péronnet et Gérald Chagnard, d'une famille d'artistes : "Tout un équilibre est en train de bouger ; on est très inquiets pour la suite"

Les gros spectacles pénalisés

   Jérome Gros est ingénieur du son depuis 25 ans et travaille plutôt sur de grosses jauges (par exemple, les Francofolies, qui attirent 150 000 festivaliers sur cinq jours) ; il n'a plus de travail depuis son dernier concert, le 12 mars. Avec le confinement, puis les notions de jauge, revues à la baisse, puis le couvre-feu, toutes les dates, tous les festivals ont été annulés. Grâce à un contrat avec un théâtre lyonnais, il a pu bénéficier de chômage partiel jusqu'à fin juin.

   Il n'a désormais aucune visibilité, "c'est dur de se lancer dans un projet, il n'y aucune perspective : les producteurs ne prennent plus rien avant septembre 2021".

   Il voit aussi ses indemnités prolongées mais, en l'absence de travail, les droits ne se reconstituent pas ! Par exemple, "en cas de reprise en janvier, il n'y aurait que six mois d'activité pour reconstituer les droits de l'année suivante". Pessimiste, Jérôme espère qu'il y aura d'autres mesures, sinon " il y aura beaucoup de monde à la trappe". Certaines entreprises annexes commencent à fermer (location de matériel) : "elles ne peuvent pas tenir, malgré les aides".

Complètement démoralisé, Jérôme a  " l'impression d'être inutile, je pense qu'il faudra envisager autre chose "

Repères

   Les " intermittents du spectacle " sont des artistes ou des techniciens embauchés sous contrats à durée déterminée. Soumis à une cotisation supplémentaire, ils bénéficient d'allocations chômages suivant des critères de nombre d'heures travaillées. Ces indemnisations sont exceptionnellement prolongées jusqu'au 31 août 2021, mais un examen spécifique de renouvellement des droits devra être effectué au 1er septembre 2021 . . .  en fonction des hypothétiques cotisations versées d'ici là !

.

.

Concert : les Dromignons en tournée

Bientôt à Bercy !

  Lorsque la SACEM (Société des Auteurs Compositeurs et Editeurs de musique) a lancé son appel à projets " La fabrique à musiques ou à chansons " devant faire intervenir un artiste avec des écoliers, Julie Rudelin a tout de suite présenté un dossier en pensant à Drom. En effet, la jeune femme est coordinatrice de projets à la Tannerie (Scène Conventionnée de Musiques Actuelles) dont une des missions est d'initier et sensibiliser les " publics éloignés " (dont les territoires ruraux) aux musiques actuelles. C'est ainsi que, depuis l'automne, Marie Rubens, musicienne vocaliste professionnelle, est venue travailler une fois par mois avec les Dromignons et a été époustouflée par leur cohésion et leur créativité: " c'est génial : ils ont écrit les textes à partir de rien. Ce sont eux qui apportent la matière, puis on crée : ils savent où ils vont ". Marie a ainsi créé la musique en fonction de leurs propositions, en travaillant encore à distance entre les séances avec Sylvain Turpin, le maître d'école.

Engagés pour l'environnement

  Le cahier des charges prévoyait la conception et l'enregistrement d'un clip musical, mais aussi la restitution de ce projet par les enfants, suivi d'un concert de l'artiste. Très sensibles aux enjeux environnementaux, les Dromignons sont donc restés dans leur domaine de prédilection en créant une ode qui se veut un cri d'alerte : " Le drame de la terre ".

  Ils ont alors été accueillis dans les locaux de La Tannerie, d'abord pour une visite qui n'a pas manqué de susciter une foule de questions, puis pour le concert qui n'a nécessité qu'une seule répétition générale, les écoliers de Drom ayant efficacement préparé leur prestation bien en amont, pour le plus grand plaisir d'un public connaisseur !

Marie, Julie et sa stagiaire : les 3 muses des Dromignons

Visite et découverte des lieux

1ère partie : les Dromignons

2ème partie : Marie Rubens

Merci à Cécile PAUBEL pour la vidéo du spectacle en intégralité :

Au fil des jours . . .

  • Rapidité – Efficacité

    En aparté de notre feuilleton sur les années en 1, arrêtons-nous un instant sur un exercice des pompiers, réalisé le 30 mars 1991, en consultant le compte-rendu de la presse locale.

       A 13h40, samedi 30 mars, trois coups de … Lire la suite

  • Les dernières années en 1 : 1991

    Avec Mme Perrin, la maîtresse, les écoliers partent une semaine en classe verte à Hauteville. Au programme : alternance de cours, d'activités plein air, sport et natation.

    Alors que commence la troisième décennie de ce troisième millénaire, reprenons notre traditionnel … Lire la suite

  • Léa, élève infirmière pendant le Covid

    Pour la couverture, Léa a commandité une oeuvre auprès d'un ami de son âge, Benjamin Destouesse, artiste professionnel basé à Dax.

    Dès le premier jour de son stage, Léa Cote s'est trouvée embarquée dans la spirale de la crise sanitaire.  Lire la suite

  • La camionnette de l’épicier est toujours attendue !

    Popeye ne manque pas de s'arrêter chaque semaine à la fromagerie de Drom où Aurélie l'approvisionne en Comté qu'il exporte jusque dans la campagne bressane !

    "Popeye" livre à domicile dans une trentaine de villages

       Six jours par semaine, … Lire la suite