Taille des Caractères
Le Dromoscope

Articles en stock

Aujourd'hui à Drom

15 juin 2021, 17 h 05 min
Ensoleillé
Ensoleillé
30°C
 

Soyez averti !

Tag Archives: Ecole

Les Dromignons au secours des artistes

Après une phase de confinement, les Dromignons sont tout heureux de tous se retrouver et fêtent, en plus, le 100ème jour de l'année scolaire !

 

   Lieu de recherche, de création et de partage, les "Ateliers Médicis" recherchaient un partenariat scolaire en milieu rural : les Dromignons se sont portés volontaires et leur candidature a été aussitôt retenue !

   Artistes plasticiennes, les soeurs Lafarge sont jumelles : Louise est graphiste et crée des sites internet alors que Blanche évolue dans la scénographie pour les musiciens et la photo pour la mode, l'habillement et les musiciens. Elles travaillent souvent ensemble sur des projets transdisciplinaires.

   Actuellement, elles développent un projet numérique et pluridisciplinaire, “Nos corps encodés”, autour de trois grands axes : la création d'un dispositif de scan 3D, la production d'un court-métrage d'animation et la transmission auprès d'une classe de primaire.

   Associés à l'expérience, les Dromignons découvrent alors la frontière entre le réel et le virtuel, qui n'est pas un monde totalement à part : internet fait partie de la vie, bien que les jeux permettent de s'évader grâce à leur part d'imaginaire.

Etude et création d'avatars

   Les personnages de jeux vidéos font partie de leur quotidien mais ils doivent porter un regard analytique sur leurs jeux favoris, décrypter les images qui les entourent, qui les portent. Les Dromignons sont alors invités à créer leurs avatars, qu'ils apprennent à incarner et à respecter. Au-delà du jeu, il y a un travail de création: la narration, le graphisme utilisé,  les sons et la façon de filmer. Mais aussi un point de vue: comment sont présentés les personnages : de façon stéréotypée, respectueuse ?

   En créant leur vidéo, ils comprennent qu'un avatar est l'extension de leurs propre corps et, qu'en l'utilisant, ils ont un grand pouvoir: celui de contrôler un corps à distance !

Enthousiasme au taquet !

   Établissement public de coopération culturelle (EPCC), administré par l'Etat et des collectivités d'Ile de France, les Ateliers Médicis financent ce projet qui se déroule sur 20 journées dans le cadre d'un partenariat avec l'éducation nationale. Les Dromignons souhaiteraient le présenter ensuite à la population, mais l'organisation de cet évènement est aussi dépendant de l'évolution de la situation sanitaire et de ses contraintes.

   En attendant, les Lafarge's sisters les trouvent "super investis dans tout ce qu'on leur propose, très curieux d'apprendre, hyper créatifs, mais calmes et respectueux des autres". Louise précise que c'est "un cadre agréable pour travailler", alors que Blanche rajoute "c'est rare d'avoir une classe aussi avide de nouvelles expériences !"

Blanche explique aux Dromignons les techniques de prises de vue pour les effets spéciaux

(Blanche est secondée par Alexis, qui se révèle expert en la matière !)

Louise prépare la bande son, aussi avec des effets spéciaux, selon les consignes des acteurs !

Le film "Avatar" sert de support pour expliquer les effets spéciaux . . . et la notion même d'avatar !

  .

Jardin partagé :  semis et plantations ont débuté

L'équipe de "Patates et coquelicots" s'est mobilisée pour commencer le montage d'un abri de jardin, avec des matériaux de récupération (dont des cuves pour l'eau ! )

Les premières graines et les premiers arbustes fruitiers sont en terre.

   La convention de mise à disposition a été finalisée avec la commune, pour une surface de 700 m². Avant l'hiver, le terrain a alors été préparé "en lasagnes" (superposition de cartons, de feuilles, de déchets verts et de paille, une technique de permaculture).

   Pendant l'hiver, l'association "Patates et coquelicots" n'est pas pour autant restée inactive, recherchant plants et semences correspondant à son cahier des charges (que des produits bio), des outils et des matériaux pour ériger un abri pour son  matériel.

Les premiers signes du printemps

   On a alors pu les voir avec les premiers rayons du soleil planter quatre pommiers et préparer les semis de petits pois, fèves et oignons (pour certaines graines, il ont bénéficié d'un don de la coopérative Gamm Vert).

   Le jardin est clos, et un abri de jardin est monté, qui sera complété par des cuves de récupération d'eau de pluie. Plus tard une serre lui sera adossée pour la préparation des semis, qui sont actuellement réalisés chez les membres du groupe.

  Un élu d'une commune voisine est même venu leur rendre visite, intéressé par cette démarche qui pourrait être reproduite.

Les Dromignons associés

   L'école est aussi partie prenante dans le projet : les Dromignons viendront alors cultiver leurs légumes.

   En attendant, ils préparent les affichettes qui désigneront les diverses plantations.

   Par ailleurs, ils ont écrit un des couplets de l'hymne du jardin sur la mélodie du "commerçant des rues", chanson québécoise de "La Bolduc", et ont commencé les répétitions avec les artistes professionnels locaux. Gérald Chagnard et Hélène Péronnet les trouvent alors très impliqués : "bien présents et bien chantant ! "

Récupération et recyclage !

   L'association précise qu'elle est toujours en recherche d'un troisième récupérateur d'eau de pluie. Elle accepte aussi les dons d'outils. Enfin, elle récupère volontiers le compost et les tontes de pelouse.

Les premiers semis

Les premiers arbres fruitiers !

Pour l'arrosage, l'eau de pluie sera récupérée et stockée dans la partie haute du terrain

L'abri prend forme !

Avec Gérald, Hélène, la plus Dromnière des Québécoises, accompagne le chant des Dromignons.

(Merci à Annabelle Tannesie pour les photos 2, 4 et 8 , et à Sylvain Turpin pour la photo 9)

 

 

2001 : vingt ans déjà ! 

Pas loin de deux mille personnes investissent le côté dromnier du site des Conches pour les animations des 11èmes rencontres du Revermont.

Terminons notre deuxième étape dans les années en 1 : si l'été débute au point culminant de la commune, une activité intense se déroule aussi dans ses profondeurs. Et on se prépare au passage à l'€uro !

   Les six écoliers terminent l'année par une sortie à Touro Parc, accompagnés de leurs plus fervents supporters, soit environ une trentaine de personnes. De leur côté, les retraités retournent à l'école pour une réunion d'information pratique sur l'Euro : Marcel Dondé, "euroformateur" vient les accompagner pour ce changement en leur expliquant tout sur le pourquoi et le comment.

Le tunnel aux chandelles

   Une Opération Programmée d'Amélioration de l'Habitat est en cours (OPAH) : les aides à la réhabilitation sont élargies aux propriétaires occupants.

   En août, le tunnel est le théâtre d'une activité inhabituelle. Eclairés sur leur parcours par une centaine de chandelles, dans une ambiance entre "Germinal" et  "La grande évasion", les jeunes de l'association Valmont évacuent un tas de terre abandonné ici depuis une trentaine d'année par les spéléologues. Mais, si les conditions sont dignes du bagne, joie, bonne humeur et chansons dirigent ce chantier international dans le cadre d'un échange franco-marocain.

   Gilles Derognat, de Ramasse, et Maurice et Christian Bonnet, de Drom, se classent dans les six premiers au concours de labour à l'ancienne à Meillonnas.

On prépare l'avenir

   Le conseil municipal décide de réhabiliter le logement vétuste et vacant de la salle des fêtes, et de lancer une étude pour un projet d'aménagement du coeur du village. Il se rend, par ailleurs, locataire du pré et de la grange Grandpierre. Il est aussi décidé de lancer la deuxième tranche du réseau de collecte des eaux usées. Les maires de Ramasse et Drom provoquent une rencontre avec leurs homologues de Jasseron, Ceyzériat et Bourg pour évoquer la gestion du site des Conches.

   A la rentrée, il sont de nouveau six écoliers à investir la classe unique. En travaux pratiques dès les premières semaines : vendanges avec les viticulteurs locaux, découverte des principes de la vinification ... et dégustation de vin doux ! Plus tard, ils découvrent le règne animal dans l'architecture lors d'une visite de Brou.

Culture et environnement

   Du nouveau à la bibliothèque municipale : Paulette Carrier, Denise Jacquemet et Andrée Berrucas, animatrices depuis sa création, font valoir leurs droits à la retraite et cèdent leur place à Marie-Thérèse Genin, Jaqueline Chevillard, Monique Didier-Laurent et Liliane Blondeau.

   Pour la deuxième année, une animation musicale est proposée gratuitement pour la St Thyrse, cette fois sous le signe du Jazz Manouche avec le Sinti Swing Trio, plus une prolongation improvisée par un jeune d'une commune voisine, Benoit Convert, devenu, depuis, une référence internationale dans ce style.

   Le 11 novembre, le sous-lieutenant Daniel Carrier, chefs du corps de sapeurs pompiers depuis 30 ans, est nommé lieutenant ; on note aussi l'arrivée d'une nouvelle recrue, Bruno Aviet.

   Drom reçoit le conseil d'administration de l'Association Touristique du Revermont (ATR), depuis peu labellisée Centre Permanent d'Initiatives pour l'Environnement ("CPIE", le seul de l'Ain). On y découvre le programme du 8ème circuit des artistes.

 

Presque une trentaine de personnes accompagnent les écoliers à Touro Parc : journée festive . . .

. . . et la maîtresse n'est pas la dernière pour s'amuser !

Les retraités découvrent le passage à l'€uro . . .

. . . lors d'une réunion d'information animée par Marcel Dondé

Fin de saison traditionnelle pour la Gymnastique Volontaire : randonnées avec traversée du tunnel

Chantier de jeunesse dans le tunnel : le tas de terre et de pierres entreposé depuis trente ans est évacué à la brouette par les jeunes de Valmont

La Vierge se tient à l'ombre

Concours de labour à l'ancienne à Meillonnas

Le Val de Drom est bien représenté

Nouvelle rentrée pour la classe unique

. . . et pour la G.V. aussi ! (Martine s'applique)

Visite sur le terrain pour les écoliers . . .

. . . pendant que la maîtresse fait l'âne !

7ème rallye du Suran : départ de l'épreuve spéciale des Conches

Des égyptologues en plein travail ?

. . . c'est pour fêter St Thyrse !

La commune se rend locataire du pré et de la grange Grandpierre

L'ensemble est nettoyé, un peu aménagé et désormais entretenu

Bibliothèque : un quatuor à la page

Voyage d'étude à Brou pour les écoliers

Sorcières, lutins, farfadets, fantômes et autres êtres maléfiques terrorisent la population le dernier jour d'octobre

Concours de belote de l'Age d'Or : 36 doublettes s'affrontent

Le président annonce les résultats

Des aspirateurs pour les vainqueurs, et la tête de cochon à l'autre bout du classement . . . avant de se réunir autour de la choucroute !

Cérémonie du 11 novembre particulière pour le sous lieutenant Carrier . . .

. . . il reçoit son galon de Lieutenant !

Les écoliers participent

Et un nouveau sapeur intègre le C.P.I.

Conseil d'administration de l'ATR, Association Touristique du Revermont, nouvellement labellisée CPIE, Centre Permanent d'Initiatives pour l'Environnement

Au repas des anciens, on chante (du côté des filles ?) . . .

. . . et on rigole (du côté des garçons ! )

Au passage du bibliobus, on renouvelle le stock d'ouvrages pour plusieurs mois.

Une distillerie clandestine ? Non : une tradition que l'on perpétue !

Pour la Sainte Barbe, le Lieutenant Carrier reçoit les chefs de corps des CPI voisins

Cette année, le Père Noël est venu avec un de ses lutins : R%#&{é, au nom imprononçable !

.

A défaut de fondue . . . des galettes !

Sylvain, Emilie . . . et pi Fanny (ou est-ce Fanette ? ) accueillent  le chaland pour fêter les rois.

   Grâce au sou des écoles, janvier se termine habituellement autour d'une bonne fondue. Mais, comme beaucoup de manifestations festives, la traditionnelle soirée n'a pas pu être organisée cette année.

   Qu'à cela ne tienne, les parents d'élèves sont (presque) aussi ingénieux et débrouillards que les Dromignons : ils ont tous mis la main à la pâte pour préparer une série de bonnes galettes.

   Un papa d'élève a mis à disposition un emplacement face à la fromagerie, dont les clients ont pu faire d'une pierre deux coups : fromage ET dessert.

   "Tout est parti en moins de deux heures et demie" se réjouit David Mondon, président du sou des écoles. "Le bénéfice financera la sortie de fin d'année, prévue à Montcornelle en 2021. L'année prochaine, ce sera une semaine de classe verte", rajoute Sylvain Turpin, le maître d'école.

Il y avait du stock , des réservations étaient même enregistrées !

(Merci à Annabelle Tanesie et David Mondon pour les photos)

 

Léa Cote, jeune auteure, retrouve l’école de son enfance

Léa est devenue intervenante dans la classe où elle était écolière.

  Retour à l'école primaire pour Léa, élève infirmière ! Mais pas n'importe quelle école : la classe unique de Drom, où elle a passé sa scolarité il n'y a pas si longtemps. Après la publication de son premier livre, où la professionnelle de santé relate son quotidien au début de la crise sanitaire, Léa a été invitée à témoigner sur cette expérience.

Un trac vite surmonté

  Les Dromignons l'attendaient avec plein de questions sur sa façon d'écrire, son organisation, la relecture, la correction des fautes, "comment on fait pour publier un livre", sur les personnages. "C'est une autobiographie", leur a-t-elle précisé, dévoilant aussi qu'elle écrivait actuellement un deuxième livre.

  D'abord plus impressionnée que ses auditeurs, la future infirmière s'est vite prêtée au jeu : "j'étais intimidée au début : ça fait vraiment un drôle d'effet ! " Effectivement, bien des choses ont changé dans l'école, mais la jeune femme a rapidement retrouvé ses repères, se remémorant ses instituteurs (Roger Tribollet, puis Pascal Madignier) et ses camarades. Certains Dromignons la connaissaient même un peu, ayant séjourné chez sa maman, assistante maternelle.

Retour aux sources

  Avec émotion, l'auteure avoue alors sa "fierté : c'est l'école où j'ai grandi ; j'ai eu un super accueil et les enfants étaient très réceptifs ! ".

  Quant à Sylvain Turpin, le maître d'école, instigateur de cette rencontre, il confiait "une infirmière qui a encore un tel moral, ça mets du baume au coeur".

(Merci à Sylvain Turpin et Léa Cote pour les photos)

 

Au fil des jours . . .