Taille des Caractères
Le Dromoscope

Articles en stock

Aujourd'hui à Drom

26 août 2019, 0 h 23 min
Clair
Clair
19°C
 

Soyez averti !

Tag Archives: ARCMA

Après la moisson, on ressort la batteuse.

battage-a-drom-1

   A tout juste 20 ans, Thomas Péronnet est un des plus jeunes membres de l’ARCMA (Association Revermontoise pour la Conservation des Mécaniques Anciennes). Passionné de matériel agricole, il détient déjà une impressionnante collection de matériel. Il a déjà entraîné plusieurs fois quelques-uns de ses aînés pour proposer une animation lors de la fête de Drom : en 2013 avec le travail du bois, en 2014 avec celui des céréales, des semailles au battage, malheureusement interrompue par la pluie. Il a consacré cette saison à la culture d’une petite parcelle de blé, « à l’ancienne », en ramassant les épis à la javeleuse puis terminant avec sa batteuse.

   Si le beau temps perdure, il pourra peut-être renouveler l’expérience pour la fête du village, en fin de mois !

 battage-a-drom-4
 battage-a-drom-2
 battage-a-drom-6
 battage-a-drom-3
 battage-a-drom-5

battage-a-drom-7

Pour faire revivre le début du machinisme agricole

 

.

 

De l’Oural au Rhin . . . sous la pluie

Les soviétiques arrivent !

Les soviétiques arrivent !

  Sale temps pour l’ARCMA (Association pour la Restauration et la Conservation des Mécaniques Anciennes) ! Si le dynamisme de ses adhérents est toujours intact au bout de deux décennies, les caprices climatiques ont décidé de perturber la 23ème édition de l’exposition-bourse d’échanges avec une pluie insidieuse et un froid persistant. Qu’à cela ne tienne : une cinquantaine d’exposants n’ont quand même pas manqué cet incontournable rendez-vous et, même s’ils sont repartis un peu plus tôt, le président Jean Luc Lombard nous affirme qu’ils étaient satisfaits et avaient « bien vendu ». Avec une affluence perturbée, c’est alors l’association des Pilot’Ain, en charge des repas, qui se voyait la plus pénalisée.

Balade sur les routes de l’Est

  Du côté de l’exposition, les organisateurs ont encore travaillé à fond le thème de l’année, « les mécaniques de l’Est » (officiellement, de l’Est de Drom mais, en réalité, du Rhin jusqu’après l’Oural ! ). Si la doline s’occupait de la partie agricole avec (presque) toute la gamme des tracteurs Fendt (Allemagne), Zétor (Tchécoslovaquie) ou Avto (Russie), la cour de l’école proposait un voyage germano-slave sur deux et quatre roues. Départ depuis la Russie avec les incontournables Lada, mais aussi une « Jupiter 3 » de 350 cm3, et la visite de trois side-car en provenance (directe ? ) de l’Union soviétique. Après un passage, par la Roumanie, en Aro (« précurseur » de Dacia, avec des éléments Renault), la Tchécoslovaquie était représentée surtout avec des motos Jawa, dont un speedway de 500 cm3 fonctionnant au méthanol, pour les courses sur pistes en terre battue.

La symbolique Trabant

  On remontait alors en Allemagne de l’Est avec des motos MZ et un de leurs ancêtres, un side-car IFA à moteur deux-temps de 350cm3, mais aussi un scooter « Troll » de 150 cm3 de chez IWL, sans oublier l’incontournable voiture Trabant, le 500 cm3 deux temps que l’Europe de l’Ouest a découvert après la chute du mur de Berlin. Alors perçue comme une icône à l’Ouest, le rustique véhicule n’avait pourtant pas la même aura à l’Est ! L’escapade se terminait, toujours à l’Est, mais en Allemagne de l’Ouest, avec quelques produits de la fédération, par exemple un side-car BMW, une voiturette Messerchmitt de 173 cm3, créée par le constructeur d’avions forcé de se reconvertir vers de nouveaux besoins du marché. On remarquait aussi une moto NSU et une Zundapp deux temps de 200 cm3 avec un châssis en tôle emboutie et transmission par cardan.

  D’autres attractions s’offraient encore au promeneur : présentée en 2015, la « machine fantastique » (moteur fonctionnant à l’air chaud) était de retour, couplée, cette année à une machine à coudre et à un tour d’horloger ; la fromagerie et la galerie Steel recevaient aussi les visiteurs gourmands ou amateurs d’art.

  Quant à l’incontournable loterie au thème de l’année ; elle était dotée d’une moto MZ, gagnée par Vincent Lombard, de Beaupont.

  En fin de journée, FR3 diffusait un compte rendu dans son édition régionale :


Expo bourse DROM 2014 par 01250DROM

Jean Jacques PLESSIET présente le moteur à air chaud

Jean Jacques PLESSIET présente le moteur à air chaud

. . . Juste avec une petite flamme !

. . . Juste avec une petite flamme !


Moteur Stirling par 01250DROM

Le député Xavier Breton profite des portes ouvertes à la galerie Steel

Le député Xavier Breton profite des portes ouvertes à la galerie Steel

Clin d'oeil : retour sur une année plus ensoleillée avec le reportage de Bresse TV !

  Pour mémoire : les vues l'exposition ne sont pas publiées (voir  Courrier du Maire  11 septembre 2014 )

 

Des vieux cyclos pour des kilomètres de soleil

 Sortie Radieuses 2015 VA

   Progression dans le nombre (ils étaient 15 la première année), mais aussi escalade dans la puissance (moins de très petites cylindrées), la Sortie des Radieuses a rassemblé 36 vénérables deux roues motorisés pour sa 7ème édition, organisée par l’ARCMA (Association Revermontoise pour la Conservation des Mécaniques Anciennes). Cette balade amicale réunit des passionnés de l’Ain, du Rhône et de la Saône et Loire pour le « Trophée des trois provinces ». Un classement s’effectue, tenant compte de la cylindrée (la plus petite possible) et de l’âge du véhicule (privilégiant les plus anciens), mais aussi du sexe du conducteur : en effet, les dames comptent double. Elles étaient ainsi six à « affronter » leurs collègues masculins ; mais les féminines de l’Ain n’étaient représentées que par Martine Merminod, sur le cyclo de ses 16 ans. A noter aussi : un équipage mixte du Rhône sur un scooter.

Les femmes comptent double !

  Au côté des marques classiques (Mobylette, Motobécane, Peugeot et autres), on remarquait quelques spécimens moins connus : Scootex (avec l’incomparable Jean-Do), Follis (marque lyonnaise), Magnat Debon (conduite par Jean-Luc Lombard, président de l’ARCMA) et Kreidler (firme allemande).

  Le circuit 2015 devait leur faire découvrir la rivière d’Ain jusqu’au barrage de Vouglans, en passant par St Maurice d’Echazeaux. Un temps inespéré a alors permis aux extérieurs d’apprécier des paysages magnifiques sous le soleil ; Et ce ne sont pas les quelques malheureuses petites pannes mécaniques qui les ont contrarié : la remorque de la voiture balai n’a parfois servi qu’à joindre la prochaine halte pour un dépannage express !


Sortie des Radieuses 2015 par 01250DROM

Sortie Radieuses 2015 LP

 

Les pompiers ont mis le feu !

Logo 150 ans CPI DROM

  Depuis bientôt 45 ans, l’amicale des pompiers de Drom assure une animation pour la fête patronale de St Thyrse, rejointe, depuis, par les autres associations du village, puis par la commune. Souhaitant fêter dignement le 150ème anniversaire de la création de la compagnie de sapeurs-pompiers, les volontaires ont alors mis les petits plats dans les grands. Le samedi, plus de 730 tartes sont ainsi passées par le four à bois, attirant les gourmands des environs, et, malgré la fraicheur, la soirée se prolongeait fort tard dans une ambiance surchauffée orchestrée par « October », groupe rock revermontois.

  Plusieurs véhicules historiques étaient aussi exposés, retraçant un siècle et demi de lutte contre l'incendie et de secours aux victimes.

Souvenir et émotion

  Le dimanche matin était, bien sûr, consacré à la dévotion à St Thyrse, pour la messe dominicale annuelle, avant qu’une délégation de sapeurs ne se rende un instant pour un hommage sur la tombe du Lieutenant Daniel Carrier. En effet, l’ancien chef de corps, disparu depuis dix ans, était un des initiateurs de cette animation de la fête, pendant un engagement de plus de quarante ans.

  Un autre moment fort de ces journées devait débuter dans l’après-midi, avec un défilé de plus de 120 personnes répartis en une vingtaine d’éléments. Pour ouvrir la marche, le drapeau de la compagnie était confié à Anthony Poncet, petit-fils de Daniel Carrier et sapeur-pompier volontaire au CPI de Drom (Corps de Première Intervention) et au Centre de Secours du Suran. Anthony étant aussi le descendant du premier chef de corps de Drom, représentant la septième génération consécutive de volontaires dans sa famille.

Read more ...

Mécaniques anciennes : moins de monde, mais une affluence satisfaisante

ARCMA 2015 03  Le temps incertain a bien réduit la participation à la 22ème exposition/bourse d’échange mais, après des premières heures sous la pluie, la journée s’est faite douce et 1 500 à 2 000 visiteurs se sont quand même rendus dans le petit village cavet dédié un jour à l’histoire des vieilles mécaniques. Les exposants étaient presque tous présents (60 sur 65 inscrits cette année), mais aussi les propriétaires qui ont aimablement fourni de belles pièces pour l’exposition. On a ainsi pu admirer des modèles mythiques (R8 Gordini, R5 Turbo), des voitures des années 30 (une Monaquatre de 1933), un beau panel de motos d’avant-guerre, dont de belles restaurations Motobécane, la gamme presque complète des tracteurs Renault des années 50 à 70. Jean Luc Lombard, président de l’ARCMA (Association Revermontoise pour la Conservation des Mécaniques Anciennes), rappelle que la bourse de Drom est devenue une référence pour les passionnés à la recherche de pièces précises ou de contacts.  Dès le matin, il indiquait que « beaucoup de visiteurs sont repartis chargés de pièces détachées, venant parfois de loin. ».

  D’autres ont profité des portes ouvertes à la fromagerie, pour refaire leurs stocks de Comté, ou sont allé aussi admirer les œuvres de Margaret et Tony Steel (meubles d’art et tableaux), à La Galerie qui accueillait aussi une artiste extérieure, Anne Astride Brunet et ses céramiques.

ARCMA 2015 04

Les trois artistes

Les trois artistes

Anne Astrid BRUNET, invitée d'honneur dans l'atelier de Tony

Anne Astrid BRUNET, invitée d'honneur dans l'atelier de Tony

ARCMA 2015 08 ARCMA 2015 07
Margaret et Tony s'amusent à traverser leur miroir magique !

   Quant à la traditionnelle tombola, elle était dotée, cette année, d’une moto Yamaha 125 DTMX de 1980 ; elle est repartie avec Jean Chamad, de Rignat.

Une machine fantastique
Dans un coin de la place, venu du département voisin, Jean-Jacques Plessiet a intrigué plus d’un visiteur avec sa « machine fantastique », moteur fonctionnant à l’air chaud. Au début du XIXème siècle, la machine à vapeur présentait des dangers avérés d’explosions et accidents. Souhaitant « éliminer » ce risque, Robert Stirling, pasteur écossais, améliora un système, dû à Ericsson, en lui ajoutant un régénérateur en 1816, pour en augmenter le rendement. A partir d’une source de chaleur extérieure, de l’air est alternativement chauffé en bas de l’appareil (600°), et refroidi en haut (80°), ces échanges étant ensuite convertis en mouvement. L’appareil présente peu d’entretien et pas de risque, puis qu’il n’y a aucune pression, et affiche un rendement supérieur à celui du moteur à explosion. Mais il peut aussi, s’il est actionné par un autre moteur, produire de la chaleur ou du froid.
Le « moteur Stirling » a alors trouvé des applications sur les bateaux, dans les sous-marins, et même dans les satellites (pour la production de froid) et la technologie médicale (IRM : imagerie par résonnance magnétique). Pour son côté fiable et simple d’utilisation, ce type de moteur équipait les gares sans personnel des lignes de train qui traversaient le far-west. En effet, chaque chauffeur pouvait approvisionner sa locomotive en eau au château d’eau, mais devait laisser du combustible que le réservoir se remplisse pour le suivant. A plus petite échelle, il faisait tourner la roulette du dentiste, la machine à coudre, ou la pompe pour l’alimentation en eau des maisons bourgeoises. Celui de M. Plessiet se trouvait dans une épicerie de Tarbes, couplé à la machine à torréfier.

ARCMA 2015 09

ARCMA 2015 02

Jean-Jacques PLESSIET explique le fonctionnement de son moteur à air chaud


Moteur Stirling à DROM par 01250DROM

Rappel : suite au Courrier reçu le 11 septembre 2014 de M. le Maire (et vice-président de l'ARCMA), et afin d’éviter tout malentendu avec le bureau de l’ARCMA, les vues de l'exposition ne sont pas publiées.

ARCMA 2015 01

 

 

 

Au fil des jours . . .