Taille des Caractères
Le Dromoscope

Articles en stock

Aujourd'hui à Drom

15 juin 2021, 17 h 40 min
Ensoleillé
Ensoleillé
30°C
 

Soyez averti !

Tag Archives: 1991

1991 : la Trans’Cabasson

Un bonus supplémentaire pour clore le chapitre 1991 : la première (et unique) "Trans'Cabasson" !

   En un temps pas si lointain, mais que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître, la fête de Drom - St Thyrse, organisée le dernier dimanche de septembre- commençait le samedi, avec les tartes des pompiers, des animations et un bal le soir. Le dimanche matin était dédié à l'office religieux -le seul de l'année- suivi, pendant quelques années, d'un repas. L'après-midi étant consacrée au défilé de chars et se terminant par des jeux et animations diverses

   Puis les organisateurs se retrouvaient encore le lundi, pour démonter, nettoyer, ranger . . . manger encore ensemble et finir joyeusement (et parfois tardivement)  sur une note amicale.

  En cet an de grâce 1991, participant à l'animation du défilé de chars, deux joyeux compères aussi farceurs qu'ingénieux, avaient alors confectionné un side-car à base de matériaux de récupération, mû par un moteur de tronçonneuse.

  En ce temps-là, lors d'épisodes pluvieux persistants, le lavoir se remplissait souvent et rapidement, jusqu'à submerger le chemin qui reliait alors la rue de la Fruitière à celle de la Forge. C'est ce qu'il advint pendant cette Saint Thyrse 1991.

  Nos deux joyeux larrons firent alors le pari de traverser "Le Cabasson"* inondé, avec leur bolide !   (* : Cabasson : nom familier, désignant le site du lavoir) 

  L'exploit fut donc tenté lundi soir, à la tombée de la nuit, par un temps d'abord humide, puis carrément pluvieux. Non homologué, il ne fut jamais inscrit, ni même relaté, dans les registres officiels . . . Quelques photos de médiocre qualité rappellent le souvenir de cette glorieuse épopée : il parait légitime de les sortir de l'oubli et de saluer les courageux protagonistes !

Reportage

Le théâtre des opérations : le passage du lavoir (vu depuis la rue de la Fruitière)
Le Massey Ferguson effectue un tour de chauffe ; il a été débarrassé de tous ses accessoires.
Les valeureux pilotes se mettent en tenue, pour éviter de mouiller leurs vêtements, non étanches, puis ils prennent leur élan depuis la mairie ; la traversée de la rue de la Fruitière étant sécurisée par des signaleurs
Le bolide fends les eaux, invisible au milieu des gerbes jaillissantes.
Mais les éléments ont raison de la mécanique dont la progression est stoppée net au milieu du parcours
Les preux Chevaliers du Cabasson hèlent alors les secours
Un engin de secours arrive promptement vers les candidats malchanceux
Les naufragés sont pris en charge et évacués
Présent sur les lieux, le chef de corps tient ensuite à vérifier le parcours,
avec un moyen de propulsion plus fiable
Récupéré, l'engin est rapatrié à l'atelier. L'expertise décèlera
un défaut d'étanchéité et de conception de la prise d'air

 

     Si on ne déplore aucun blessé, on constatera, par contre, le lendemain et les jours suivants, des "grosses fatigues" chez certains protagonistes de l'événement, tant chez les pilotes que dans les rangs des supporters, nécessitant du repos, de la chaleur, des mouchoirs, des tisanes chaudes, des bouillotes ou autres couvertures . . . (une intoxication due à une bouteille de Piton périmée ? )

St Thyrse 1991 : des nouveautés !

2ème bonus pour le feuilleton de l'année 1991 : la St Thyrse 

   Le samedi est gris, mais permet quand même à la jeunesse locale de participer aux nombreux jeux animés par Radio Drom (100 aucun Mégahertz) qui émets pour la deuxième année. A partir de cette année, les tartes sont confectionnées uniquement sur le samedi, mais en commençant dès le vendredi soir, et pendant 20 heures non stop. A l'abreuvoir, le Costerg Papy Band assurent le folklore local avec Fernand et Paul. Le soir, dans la discothèque de la place Gaillard, Bernard chauffe l'ambiance pour les danseurs alors que la pluie commence à s'abattre sur la vallée.

   Le repas champêtre du dimanche midi se réfugie dans la salle des fêtes, puis le défilé débute selon un nouvel itinéraire (il commence désormais dans la montée du Car (actuelle Rue du Café).

Pause, chez les pompiers, après 20 heures de tartes non stop

Le Costerg Papy Band

Sylvie et Bernard, dans le studio mobile de Radio Drom

Vivi ouvre le défilé avec Christophe

Les écoliers enchaînent avec la veillée d'antan

(parapluies de rigueur !)

Le Comité de Fleurissement a trouvé une chenille à 32 pattes !

Le panneau touristique de Patrimoine

Le Massey Davidson, side-car agricole conçu dans les forges de l'Enclos

Les Miss de Drom . . .

Le Vierzon avec une javeleuse

Sortie aussi des usines de l'Enclos, la De Drom Mouton d'Alex s'est mise à l'abri !

La fête continue sous abri, toujours avec Radio Drom

Le lundi, les équipes techniques interviennent pour démonter la sono, de la Route du Tunnel au Port Fleury, de l'Hôtel de Ville à la montée du Car ...

Et la fête continue à tous les étages . . .

. . . à suivre ?

 

Retour dans les années en 1 : 1991 (suite)

 

Elargissement du passage de la salle des fêtes et création d'un nouveau local pour les pompiers.

Continuons notre balade dans les années en 1 ;
 il convient de "terminer" l'année 1991 : travaux, aménagements, modifications, fêtes, joies et peines . . . 

   L'été débute avec l'arrivée de la trancheuse : à raison d'une trentaine de mètre à l'heure, elle creuse la roche sur 20 centimètres de large et un mètre de profondeur, dans un nuage de poussière. France Télécom enfouit ses lignes principales depuis le commutateur de Villereversure, en passant par Javernaz. A l'automne, chemin du réservoir, route du tunnel, rue de la fruitière et rue de la paix, les communications prennent désormais le chemin des taupes et des fils aériens sont supprimés.

Elargissements

  Sur l'axe du centre-ville à l'Enclos, l'ancien café cause un étranglement peu pratique et dépourvu de visibilité. M. Fourmont, nouveau propriétaire, accepte une proposition d'alignement de la municipalité : la façade est reculée ... un point noir en moins sur la carte de Bison Futé !

   On élargit aussi le passage entre la salle et le presbytère : la cabine téléphonique est déplacée et un nouveau local sera aménagé pour les pompiers.

Bâtiments

  Après les travaux dans le choeur, le vitrail de l'église est restauré ; à peine les travaux sont-ils terminés que deux mariages sont célébrés. Il est ensuite doté d'une protection extérieure.

  Le conseil réfléchit aussi sur l'utilisation à donner à l'ancien appartement au dessus de la salle des fêtes et programme des travaux de réfection dans celui du presbytère.

  Sur la place, on installe des robinets près des massifs, à l'intention du comité de fleurissement et l'association Patrimoine prépare un panneau de présentation et d'information touristique.

  Il est rappelé que le dépôt d'ordures ménagères est interdit à l'ancienne décharge, que l'accès en est réservé aux habitants de la commune et que le portail doit être maintenu fermé.

  Pendant l'été, le tricentenaire de la maison Genin est prétexte à la fête au quartier de l'Enclos. Pour la rentrée, on note une augmentation des effectifs, avec 14 élèves, et une ouverture des frontières européennes avec l'arrivée de citoyens britanniques. Nouveaux habitants de la commune, Jenny et Michael acquièrent ici la langue de Molière en quelques semaines seulement.

  Une nouvelle activité démarre avec la création d'une section de gymnastique volontaire sous l'impulsion de Marie-Thérèse Genin ; 21 personnes  (que des dames !) se retrouvent ainsi tous les mardis soirs pour des séances animées par Marie-Christine.

St Thyrse à l'eau

  C'est à partir de samedi soir, pendant le bal que les vannes célestes s'ouvrent en continu. Sur le nouvel itinéraire du corso, parmi une petite dizaine d'équipages, on peut (rapidement) contempler une De Drom Mouton ou le side-car agricole Massey Davidson ... lequel tente, le lendemain, la traversée du lavoir inondé.

  En fin d'année, la belote du Sou de écoles voit s'affronter 38 doublettes qui terminent autour d'un plat de tripes. Le banquet des anciens réunit 29 aînés de la commune, puis Sainte Barbe est vénérée par les pompiers et leurs familles. Toujours prêt, Fernand Costerg anime les deux rencontres avec son accordéon.

  Triste nuit de Noël avec le décès de l'ancienne présidente du Club de l'Age d'Or, Fernande Tabouret, dont les rires et plaisanteries égayaient le quartier.

Dans la roche de Drom, rien ne vaut la trancheuse !

Des tubes supplémentaires sont installés

A cette époque, deux seuls réseaux souterrains sont déjà en place : l'eau potable et, très partiellement, les eaux pluviales.

Dans la montée du Car, (aujourd'hui Rue du Café), un étrangement est supprimé

Un point noir supprimé !

Traditionnelle : la photo pour le calendrier !

Un petit tour dans la classe de Mme Perrin

Deux nouveaux, cette année : Jenny & Michael apprennent le Français entre la rentrée et Noël

Le Massey Davidson, entièrement imaginé et conçu dans les forges de l'Enclos.

Les parapluies sont de rigueur pour le défilé de chars

Première suppression de câbles aériens ; 20 ans plus tard, les autres suivront.

Une nouvelle activité : la Gymnastique Volontaire

Pour le concours de belote du Sou des Ecoles, c'est toujours la Maîtresse qui tient la caisse !

Et on joue à tout âge ...

( . . . à tout âge ! )

Des travaux de rénovation sont programmés dans le logement du presbytère

La cour sera aussi diminuée et une cave récupérée pour la commune . . .

. . . en déplaçant le mur nord.

Le passage est élargi, et un nouveau local sera aménagé au fond, pour les pompiers.

 

Fernand est toujours présent pour les fêtes !

Au repas des anciens

La dernière sortie de Fernande

 

Les dames d'un côté . . .

 

. . . les messieurs de l'autre !

 

(Philomène a toujours bien aimé rigoler)

 

Studieux, à l'assemblée générale de Patrimoine !

 

Automne pluvieux : le lavoir s'est rempli le lundi de la St Thyrse

 
 
 

Le jeu de quilles (maintenant passage de l'Alambic)

 

Le 30 décembre, dernier jour d'ouverture du bar "La Remise"

 

Mireille Rivoire avait récupéré et fait revivre la dernière Licence IV de Drom

.

 

Rapidité – Efficacité

En aparté de notre feuilleton sur les années en 1, arrêtons-nous un instant sur un exercice des pompiers, réalisé le 30 mars 1991, en consultant le compte-rendu de la presse locale.

   A 13h40, samedi 30 mars, trois coups de sirène ont appelé au feu les pompiers de Drom. Moins de 3 minutes plus tard, les premier sapeurs arrivés au local de la Compagnie repartaient déjà avec le matériel d'incendie en direction des maisons J.-Cl Massard et Billoud sous la direction du caporal Guillemot. Branchés sur le poteau d'incendie Jacquemet, deux lances de 45 étaient alors rapidement en place pour attaquer le sinistre (où 11 sapeurs de Drom étaient maintenant présents).

   En même temps, le lieutenant Carrier appelait en renfort le centre de secours de Treffort qui arrivait 18 minutes plus tard avec un camion-citerne, une moto-pompe et 7 hommes. La moto-pompe était alors descendue au lavoir où l'eau de la citerne était envoyée jusqu'au lieu d'intervention par l'intermédiaire du camion. Deux lances supplémentaires de 45 et une de 70 rentraient alors en action.

  Parallèlement, plusieurs sapeurs se relayaient avec des A.R.I. (Appareil Respiratoire Indépendant) : celui de Drom et deux de Treffort, pour évoluer au milieu de la fumée et mener les actions de secours qui s'imposaient.

  Bien sûr, aucun sinistre n'a eu lieu, mais le scénario de cette manoeuvre surprise permet de des enseignements relativement sécurisants pour la population. Avant de ranger le matériel, nos sapeurs ont eu droit aux explications de leurs collègues de Treffort sur le fonctionnement du matériel dont ils sont dotés (et que les pompiers de Drom peuvent être amenés à utiliser eux-mêmes). Puis un bref bilan fut dressé par le lieutenant Carrier et le caporal-chef Jaques Bulin, commandant l'équipe de Treffort, qui ne constataient aucun défaut important dans le déroulement de cette situation, en termes de rapidité et d'organisation.

  Par ailleurs, avec la citerne du lavoir, le village dispose d'une réserve d'eau bien centralisée qui permet d'alimenter plusieurs lances pendant plusieurs heures (en complément des poteaux d'incendie et du réservoir vers la ferme Guillot) : une expérience concluante.

Le sapeur Bonnet est en poste à la division des deux lances du C.P.I.

Arrivée du camion du Centre de Secours : le lieutenant Carrier présente la situation

Un tuyau part alimenter le sinistre, l'autre va s'approvisionner au lavoir, via la moto-pompe.

Mise en place de la moto-pompe

Un sapeur gère la moto-pompe.

Trois lances supplémentaires entrent en action.

Le sergent Corretel endosse l'A.R.I.

 

Les deux autres sapeurs Bonnet . . .

 

Fin de l'exercice : explications sur la moto-pompe

 
 

Les jeunes sapeurs de Drom manient la lance en direct en sortie de moto-pompe.

 
 
 

Les dernières années en 1 : 1991

Avec Mme Perrin, la maîtresse, les écoliers partent une semaine en classe verte à Hauteville. Au programme : alternance de cours, d'activités plein air, sport et natation.

Alors que commence la troisième décennie de ce troisième millénaire, reprenons notre traditionnel voyage annuel dans le temps et revisitons le début des précédentes. Premier épisode : vers la fin du XXème siècle.

   Après les fortes chutes de neige de décembre, on constate que le toit et le mur sud du hangar des Conches se sont écroulés ; il sera alors complètement démoli par les pompiers de Ramasse, rendant à la chapelle un aspect plus ... catholique ! On constat aussi -et encore- une tentative d'effraction à la chapelle, avec du matériel militaire (grenade, mèche lente, poudre à canon), mais la porte n'a pas cédé. De leur côté, les pompiers de Drom ont dégagé près de 2 000 m² de toitures au village, soit environ 1 800 m3 de neige.

   C'est à Drom que sont remis leurs brevet de secourisme à 15 pompiers répartis sur les territoires des centres de secours de Treffort-Coligny et Corveissiat, entre autres à Eric Bonnet, Michel Guillot (actuel maire de Drom), Xavier Poncet et Bernard Prin (actuel maire de Nivigne et Suran).

  Succédant à Martine Bonnet, Alex Genin est élu président de l'association Patrimoine et organise la deuxième édition de fabrication/dégustation/vente de boudin, qui connait un franc succès.

Travaux tous azimuts

  Dans l'église, le chœur est tapissé d'échafaudages pour être refait selon les consignes de la commission d'art sacré et le conservateur des antiquités et objets d'art. Le chœur gothique retrouve un aspect sobre mettant en valeur sa croisée d'ogive et sa clé de voute. Installé sur un pilier, probablement depuis les travaux de 1855, le Christ en croix retrouve sa place centrale. Les travaux sont réalisés par des entreprises locales : Reydellet, maçon à Chavannes, Rivoire, menuisier à Drom, et Pocaud, ferronnier à Meillonnas, aidés de bénévoles.

  Sur la place, Clément Réus,  réalise bénévolement des bancs avec les pierres récupérées trois ans plus tôt par le comité de fleurissement lors de la démolition de l'ancien local des pompiers.

  A la fromagerie, les sociétaires réalisent eux-mêmes une partie des travaux de modernisation, mais la production et la vente continuent pendant le chantier !

  De son côté, l'association Patrimoine nettoie le sentier des Conches, endommagé depuis les chutes de neige ; elle réhabilite aussi le site du lavoir et en dégage la boue qui recouvre les dalles. La vieille pompe est même remise en service !

Sécurité incendie

  Les pompiers organisent un exercice incendie où ils commencent à attaquer le sinistre avec deux lances branchées sur le réseau et testent leur appareil respiratoire indépendant (ARI). Le centre de secours de Treffort arrive rapidement avec deux autres ARI. Trois lances supplémentaires sont mises en œuvre, alimentées par une moto pompe branchée sur la citerne du lavoir : l'expérience conclue que cette réserve peut assurer la ressource en eau des secours pendant plus de deux heures.

On fait aussi la fête !

  La Sainte Agathe est fêtée autour d'une bonne table par 30 dames, soit le cinquième de la population. Le dimanche 1er avril, les habitants sont réveillés par le chant du coq . . . du clocher ! Lequel diffuse aussi sporadiquement des extraits de Vivaldi pendant la matinée. Au printemps, la salle est comble pour le repas annuel du comité de fleurissement, et les pompiers s'offrent une escapade aux Pays-Bas ; ils reviennent à temps pour empêcher un incendie suite à un feu de voiture dans une grange.

( . . . la suite au prochain numéro ! )

Les chutes de neige de décembre ont eu raison du hangar disgracieux qui défigurait la chapelle de Notre Dame des Conches. Les pompiers de Ramasse en évacuent les restes.

A Drom, remise des diplômes de secourisme pour les pompiers des Centres de Secours de Treffort-Coligny et Corveissiat

Alex Genin est désigné président de l'association Patrimoine

Pas moins de 30 Agathines de Drom

C'est carnaval à Drom

Réutilisation des pierres de l'ancien local des pompiers

Direction la classe verte !

Traditionnelle : la projection diapos du comité de fleurissement ...

. . . qui se termine autour d'un verre !

Chantier dans le chœur de l'église

Gérard Reydellet officie au sommet

La clé de voute est remise en valeur ...

... et le Christ a retrouvé sa place initiale

Les 1 et les 6 ... de 10 à 70 ans

Au dessus des fils électriques le coq chante et diffuse de la musique ... le 1er avril

Exercice incendie : l'occasion de tester la citerne du lavoir

Les jeunes pompiers de Drom en profitent pour un peu de nettoyage du site !

 

Chantier à la fromagerie : les sociétaires réalisent eux-mêmes les travaux

Liliane peut faire son beurre ...

... et Gilles mettre le Comté sous presse !

 

L'apéro, avant le repas ...

 

du Comité de Fleurissement : salle comble !

 

(Côté cuisine)

 

Escapade hollandaise pour les pompiers ...

... qui rentrent à temps pour éviter une catastrophe : un départ d'incendie sur une voiture dans un bâtiment

Toujours suite au chutes de neige de décembre, Patrimoine dégage le sentier des Conches

Après l'effort ...

Le lavoir aussi a besoin de quelques travaux . . .

 

Le premier semestre se termine avec une naissance chez Roger : des triplés !

.

 

 

Au fil des jours . . .