1856 : une contre proposition avec un projet de puits

Hippolyte Gouilloux avait remarqué que les "sources intermittentes de Rochefort" étaient l'exutoire des inondations de Drom.

   Pour remédier aux inondations séculaires qui frappaient la vallée de plus en plus fréquemment et occasionnaient de grands dégâts, Hippolyte Gouilloux, Maire de Drom, avait depuis longtemps imaginé que le moyen infaillible était d'établir un canal au fond de la vallée allant aboutir à la rivière du Suran à Villereversure. En 1852, il entreprit donc les démarches pour amener l'ouverture d'un tunnel, sous la montagne de Javernaz, depuis la vallée de Drom vers " les sources intermittentes de Rochefort " (qui jaillissaient lors des inondations de la vallée de Drom).

   Après des études et des visites sur le terrain, cette idée est admise par les services de l'Etat qui, entre deux tracés, préconisent le plus court, par économie : 980 mètres au lieu de 1 350 ; mais ce projet nécessitera une tranchée en amont. Ce dernier est donc retenu, malgré l'insistance du Maire ; ce dernier ayant toutefois reçu l'assurance que, une fois le tunnel percé‚ " les tranchées ne resteraient pas à faire ".

Un coût démesuré

   Devant le coût considérable d'un tel projet, que la commune ne pourrait pas assumer, même avec une participation de moitié de l'Etat, les ingénieurs décidèrent qu'il serait fait des travaux d'essai ayant pour but de creuser et d'établir des puits absorbants (de part et d'autre de la colline, en cas d'existence d'un lac souterrain, créant ainsi un phénomène de siphon).

   Ces travaux commencèrent en 1855 : le puits perdu de "Glanant" (sur la commune de Villereversure, en dessous de Rochefort) et 1856 : le puits de Fay, à Drom. Dans ce dernier, on tomba dans une grande excavation souterraine à moitié remplie d'eau : le légendaire " Lac sous Drom " ! Mais ces travaux ne furent pas efficaces et le puits fut rebouché.

   En 1858, grâce à l'intervention de M. le Comte Le Hon, député, des premiers fonds étaient débloqués pour commencer le tunnel. Sur un coût total de 106 584,84 F., l'Etat a finalement financé 93 200 F., la Préfecture, 4 000 F. et la Commune a fait tout le reste, tant par impositions extraordinaires que par souscriptions, journées volontaires, prestations, etc.

  Particularité : le tunnel de Drom démarre depuis des terrains appartenant à la commune de Drom, mais situés sur la commune de Ramasse, et il débouche sur une parcelle de terrain public sur la commune de Villereversure.

... la suite dans notre prochaine édition !

La vallée innondée

1852 : le Maire insiste pour un projet plus au nord

La galerie à sec . . .

. . . et en eau !