ARCMA 2015 03  Le temps incertain a bien réduit la participation à la 22ème exposition/bourse d’échange mais, après des premières heures sous la pluie, la journée s’est faite douce et 1 500 à 2 000 visiteurs se sont quand même rendus dans le petit village cavet dédié un jour à l’histoire des vieilles mécaniques. Les exposants étaient presque tous présents (60 sur 65 inscrits cette année), mais aussi les propriétaires qui ont aimablement fourni de belles pièces pour l’exposition. On a ainsi pu admirer des modèles mythiques (R8 Gordini, R5 Turbo), des voitures des années 30 (une Monaquatre de 1933), un beau panel de motos d’avant-guerre, dont de belles restaurations Motobécane, la gamme presque complète des tracteurs Renault des années 50 à 70. Jean Luc Lombard, président de l’ARCMA (Association Revermontoise pour la Conservation des Mécaniques Anciennes), rappelle que la bourse de Drom est devenue une référence pour les passionnés à la recherche de pièces précises ou de contacts.  Dès le matin, il indiquait que « beaucoup de visiteurs sont repartis chargés de pièces détachées, venant parfois de loin. ».

  D’autres ont profité des portes ouvertes à la fromagerie, pour refaire leurs stocks de Comté, ou sont allé aussi admirer les œuvres de Margaret et Tony Steel (meubles d’art et tableaux), à La Galerie qui accueillait aussi une artiste extérieure, Anne Astride Brunet et ses céramiques.

ARCMA 2015 04

Les trois artistes

Les trois artistes

Anne Astrid BRUNET, invitée d'honneur dans l'atelier de Tony

Anne Astrid BRUNET, invitée d'honneur dans l'atelier de Tony

ARCMA 2015 08 ARCMA 2015 07
Margaret et Tony s'amusent à traverser leur miroir magique !

   Quant à la traditionnelle tombola, elle était dotée, cette année, d’une moto Yamaha 125 DTMX de 1980 ; elle est repartie avec Jean Chamad, de Rignat.

Une machine fantastique
Dans un coin de la place, venu du département voisin, Jean-Jacques Plessiet a intrigué plus d’un visiteur avec sa « machine fantastique », moteur fonctionnant à l’air chaud. Au début du XIXème siècle, la machine à vapeur présentait des dangers avérés d’explosions et accidents. Souhaitant « éliminer » ce risque, Robert Stirling, pasteur écossais, améliora un système, dû à Ericsson, en lui ajoutant un régénérateur en 1816, pour en augmenter le rendement. A partir d’une source de chaleur extérieure, de l’air est alternativement chauffé en bas de l’appareil (600°), et refroidi en haut (80°), ces échanges étant ensuite convertis en mouvement. L’appareil présente peu d’entretien et pas de risque, puis qu’il n’y a aucune pression, et affiche un rendement supérieur à celui du moteur à explosion. Mais il peut aussi, s’il est actionné par un autre moteur, produire de la chaleur ou du froid.
Le « moteur Stirling » a alors trouvé des applications sur les bateaux, dans les sous-marins, et même dans les satellites (pour la production de froid) et la technologie médicale (IRM : imagerie par résonnance magnétique). Pour son côté fiable et simple d’utilisation, ce type de moteur équipait les gares sans personnel des lignes de train qui traversaient le far-west. En effet, chaque chauffeur pouvait approvisionner sa locomotive en eau au château d’eau, mais devait laisser du combustible que le réservoir se remplisse pour le suivant. A plus petite échelle, il faisait tourner la roulette du dentiste, la machine à coudre, ou la pompe pour l’alimentation en eau des maisons bourgeoises. Celui de M. Plessiet se trouvait dans une épicerie de Tarbes, couplé à la machine à torréfier.

ARCMA 2015 09

ARCMA 2015 02

Jean-Jacques PLESSIET explique le fonctionnement de son moteur à air chaud


Moteur Stirling à DROM par 01250DROM

Rappel : suite au Courrier reçu le 11 septembre 2014 de M. le Maire (et vice-président de l'ARCMA), et afin d’éviter tout malentendu avec le bureau de l’ARCMA, les vues de l'exposition ne sont pas publiées.

ARCMA 2015 01