Le président et "ses" fromagers

 

  Les jeux olympiques sont terminés, mais il est encore des médailles qui arrivent dans les campagnes françaises. En Revermont, depuis lundi, des messages enthousiastes s’échangent entre Paris, Poligny et Drom. Une décennie après avoir fait la une, en ressuscitant le Clon, fleuron de la Bresse du moyen âge, la plus petite coopérative à Comté de l’Ain vient maintenant de décrocher une médaille d’or au Concours Général Agricole, lors du Salon International de l’Agriculture, à Paris ! Effectivement, dans sa catégorie, le Comté de Drom apparait le premier dans la liste officielle des résultats. Mais Aurélien Perret, le fromager de Drom, tempère : il ne s’agit pas d’un classement, mais de l’atteinte d’un niveau. Et il tient à préciser « c’est le travail de chacun qui est mis en valeur : producteur, fromager et affineur ». En effet, créée en 1881, la coopérative regroupe cinq exploitations, emploie deux salariés à plein temps et confie les meules produites à Monts & Terroirs, affineur à Poligny, par l’intermédiaire d’une union de 17 coopératives, Jura Monts Comté.

   Ne cachant ni son émotion, ni sa satisfaction, Eric Bonnet, président de la coopérative de Drom, renchérit : « c’est la juste récompense du travail effectué par les trois acteurs de la filière ».  En effet, dans cette toute petite structure, le moindre défaut repéré dans la qualité du lait est rectifié immédiatement ; de plus, avec seulement six années dans la profession, Aurélien prouve sa maîtrise du métier où il est le seul à suivre la fabrication de A à Z, sans l’intervention de robot ; l’affineur peut alors exercer son art sur un produit de qualité. D’ailleurs, Alain Canard, directeur de Monts & Terroirs, affiche un palmarès de 7 médailles sur les 14 décernées cette année (dont 6 pour l’union Jura Monts Comté, dirigée par Catherine Gobet).

   Pour ce concours, l’affineur, avec le fromager et un représentant des producteurs, ont choisi de présenter une meule de 18 mois, à laquelle les jurés ont trouvé « un bel aspect et un goût animal ». De quoi ravir Christine Ménétrieux, animatrice de la Fédération des Coopératives Laitières de l’Ain, qui ne ménage ni son temps, ni son énergie, pour promouvoir le département et ses saveurs.

"Producteur, fromager et affineur" : oui, meuuuuh . . .

. . . meuh heureusement qu'ils ont les Montbéliardes,

avant les "trois acteurs de la filière" !