Réunion bucolique, entre l'idée qui a germé et l'arrosage de la réalisation

Plusieurs habitants du village ont semé une idée de jardin collectif.
Avec la bienveillance de la commune, ils ont tout l'été pour cultiver leur dossier.

   Si la plupart des Dromniers disposent, sinon d'un jardin, du moins de la place nécessaire pour en aménager un, des demandes ont parfois été exprimées pour bénéficier d'un lopin de terre à cet usage. Indépendamment, quelques habitants se sont retrouvés autour d'une idée de jardin collectif.

Une initiative privée

   Bénéficiant de l'appui de la commune, ces particuliers ont donc commencé à réfléchir ensemble sur la forme de ce projet (qui avait même été déjà évoqué dans le programme de la nouvelle équipe municipale). Après un appel par le biais d'un réseau social, une première réunion était organisée sur le lieu pressenti pour le projet : le pré Grandpierre, derrière l'abribus et la grange communale, "c'est le lieu idéal : il a l'avantage d'être au coeur du village !", s'enthousiasme un des instigateurs. En effet, le principe ne serait pas de "distribuer" des parcelles individuelles, mais de disposer d'un espace commun, beau, agréable et générateur de lien social, d'échanges intergénérationnels, quand bien même il pourrait être envisagé d'organiser quelques espaces privatifs.

Un fonctionnement à établir

   Il convient, avant tout, de recenser le nombre de personnes intéressées, d'estimer la surface nécessaire, puis de déterminer le fonctionnement : participation aux semences, à l'entretien, à la cueillette ; partager de la récolte. Des questions sont encore en suspens sur la gestion de l'eau, de l'outillage, mais aussi sur la nature du sol et le mode de culture.

   La forme associative semble alors la plus appropriée, en se dotant d'un règlement intérieur, avant d'établir une convention avec la commune pour la mise à disposition d'un terrain. "Mais la situation du terrain se fera suivant la taille du projet, le nombre de personnes concernées" précise la maire qui, favorable à ce projet, ne peut aliéner une trop grande partie du site convoité !

Espace de convivialité

   En effet, le projet peut être appelé à évoluer : faudrait-il fixer un nombre maximum de jardiniers ? De plus, les idées ne manquent pas : ceux disposant déjà d'un jardin seraient aussi les bienvenus pour apporter leurs conseils ; compléter l'aménagement avec un banc et quelques arbres fruitiers ; récupérer l'herbe du pré, en échange de sa tonte, pour pailler le jardin ; associer l'école. Il reste alors à établir un plan pour compléter le projet à présenter à la commune.

   Affaire à suivre !

Un début souhaité à l'automne.

Un questionnaire va être distribué chez les habitants pour manifester leur intérêt.
Questions et réponses peuvent déjà être envoyées à jardin.drom@gmail.com