Taille des Caractères
Le Dromoscope

Articles en stock

Aujourd'hui à Drom

15 février 2019, 20 h 38 min
Clair
Clair
10°C
 

Soyez averti !

Tag Archives: St Thyrse

Les années en 9 : il y a 10 ans (suite)

La gymnastique : une section dynamique !

Dernier épisode de notre feuilleton annuel : 2009, suite … et fin !

  Nouvelle vague féminine à l'automne avec Charline Chanal, à l'école, qui remplace Jérôme Billet et accueille douze élèves pour la rentrée scolaire. A l'Enclos, la SARL MGP (mécanique générale) fête ses 10 ans en organisant une journée portes ouvertes. Fin septembre, pour la première " Sortie des Radieuses ", 17 cyclomoteurs âgés de 40 à 70 ans s'élancent sur les routes du Revermont et le maire de Drom est élu président de la CCTER : Communauté de Communes de Treffort en Revermont.

La gymnastique sur tous les fronts

  Pour la Saint Thyrse, le défilé est ouvert par les danseuses de Drom'ba, de l'école de danse brésilienne de la gymnastique volontaire. Sousanna (la Moscovite) prend la présidence du comité (international ? ) de fleurissement à la suite de Margaret (la Britannique), laquelle est lauréate, quelques semaines plus tard (et avec Tony, son ébéniste de mari ! ) du premier prix départemental des métiers d'art (le deuxième à Drom en douze ans). En voyage d'étude dans la région, une délégation de paysans palestiniens visite la fromagerie. A la section de gymnastique volontaire, on affiche 25 licenciés et une délocalisation : un cours sur quatre est organisé à Ramasse.

Un nouveau trophée pour la commune

  Une informatisation du contrôle laitier est en cours d'expérimentation : une exploitation du village a été choisie comme pilote pour tester et mettre au point ce nouveau système avant sa généralisation. La commune reçoit un trophée pour sa communication environnementale, aux côtés de la ville de Rennes, du bassin d'Arcachon et de l'université d'Orléans.

Première animation culturelle à la bibliothèque

  La bibliothèque municipale est réaménagée et organise, pour son inauguration, une des toutes premières manifestations de la nouvelle opération " Premières pages ", expérimentée dans trois départements ; Christophe Fléchon, auteur régional, est invité d'honneur.

  Au cours de l'année, les pompiers de Ramasse et Drom organisent des manœuvres communes; en décembre, ils fêtent ensemble la sainte Barbe à Drom. Pour terminer l'année avec du suspense et du rire, les écoliers jouent, non pas une, mais trois pièces de théâtre (dont "la belle au bois ronflant") avant qu'un vieux barbu, tout de rouge vêtu, ne vienne leur distribuer des cadeaux.

Changement d'instit' : Charline remplace Jérôme

Trois garçons pour chaque fille cette année !

Première "Sortie des Radieuses" : le Revermont à 40km/h.

Portes ouvertes pour les 10 ans de la SARL MGP

Et un deuxième concert au lavoir !

Une belle prestation d'un artiste de Drom ...

L'école de Drom'ba

Frère Xavier ?

Victoire du numéro Get 27, talonné par le 1664 suivi de 51 !

Changement de présidente aussi au comité international de fleurissement

Les paysans palestiniens découvrent le modèle coopératif de Drom . . . et la fabrication du Comté !

And the winner is . . . Margaret &Tony : encore un premier prix départemental des métiers d'art à Drom !

Une exploitation pilote pour expérimenter l'informatisation du contrôle laitier.

Manoeuvre commune pour les pompiers de Drom et Ramasse, avec le Centre de Secours du Suran.

Encore un bon moment de concivialité pour les anciens avec le CCAS (Centre Communal d'Action Sociale).

Saucisson à l'ancienne avec Patrimoine

Trois ans après "Les rubans du Développement Durable", encore un trophée national pour la commune : le maire l'a reçu lors d'une cérémonie organisée à Toulouse.

La bibliothèque . . . avant les travaux  . . .

. . . pendant les travaux . . .

. . . et inaugurée avec une des toutes premières manifestations de "Premières Pages". A gauche, Christophe Fléchon dédicace !

Sainte Barbe commune pour Ramasse et Drom ... avec des médailles et des promotions.

Le Père Noël n'oublie jamais les écoliers de Drom !

 

Les années en 9 : il y a 20 ans

Continuons notre balade dans les fins de décennies ; deuxième épisode : 1999.

   Début d’année gourmand avec la fondue du Sou des Ecoles, suivie du boudin de Patrimoine où 130 kilos (plus 30 de civier) sont vendus en deux heures. En mars débute le 33ème recensement de la population. Les jeux sont enlevés aux Conches (toboggan, cage à écureuil, tourniquet, balançoires) : après 25 ans de bons et loyaux services, ils ne sont pas aux normes. En avril commencent les travaux d’agrandissement de la fromagerie : la production est momentanément délocalisée, mais la vente est maintenue. Avec le soleil et sous le thème des années 50, la sixième édition de l’exposition-bourse d’échanges des mécaniques anciennes bat ses records de fréquentation. En juin, les écoliers participent au premier concert intercommunal où ils se distinguent avec leur show effroi : « Le cimetière du château d’os ». Deux premiers casques F1 arrivent chez les pompiers : ils remplaceront progressivement les précédents, acquis en 1966.

   Le 14 juillet, lors des intervillages à Jasseron, les athlètes de Drom confirment une fois de plus leur écrasante suprématie au lancer de l’œuf, loin devant leurs concurrents. On apprend que le contrat de rivière du Suran est agréé, sa signature prochaine permettra de lancer le chantier d’assainissement avec des aides supplémentaires ; ; le terrain pour la future station d’épuration est débroussaillé. Le conseil municipal vote un programme d’aides dans le cadre de l’opération façades. En août, les sociétaires de la gymnastique volontaire entrainent 25 randonneurs dans la visite du tunnel et la fromagerie reprend son activité complète dans des locaux agrandis et restructurés.

164 Dromniers

   En septembre, c’est la 160ème rentrée scolaire dans des locaux communaux avec neuf écoliers (la première école a été mise en service en 1840 dans l’actuelle salle des fêtes) ; la population officielle de la commune est de 164 habitants. Le dernier samedi du mois, 80 concurrents se mesurent dans les épreuves spéciales chronométrées du rallye du Suran ; la pluie occasionne des sorties de route et le directeur de course se montre très discret sur le déroulement de l’épreuve. En même temps, on fête St Thyrse sous les chapiteaux. Mais le lendemain est plus sec et n’altère en rien l’affluence habituelle de la fête où l’on assiste, après deux ans d’absence, au retour du « jeu culturel », pris en charge par les jeunes. En octobre, le projet d’assainissement entre dans sa phase de réalisation avec le lancement des appels d’offres. Rachetée lors des travaux de la fromagerie, une cuve à Comté est installée au « jardin britannique » par le comité de fleurissement. En novembre, pendant les vacances, l’école est équipée d’un ordinateur et d’un accès à internet ; les élus auront même droit à une formation. Ces derniers procèdent eux-mêmes à l’installation de guirlandes lumineuses pour les fêtes de fin d’année : elles complèteront désormais le sapin et l’éclairage du vitrail. De son côté, l’école organise sa première vente de décorations de Noël.

Le bon boudin de Patrimoine

Première manoeuvre pour Bibi & Fox

La sécurité et les secours enseignés aux écoliers

Suppression des jeux aux Conches

Les travaux vont débuter à la fromagerie

Les sociétaires commencent le chantier eux-mêmes

Le chadron part vers une nouvelle vie . . .

Fermeture du passage vers le "Cabasson"

Les classes en 9 . . . et en 4 !

Drom est présent dans la caravane du 4ème Grand Prix de la Route Fleurie du Revermont

La 6ème exposition / bourse d'échange des mécaniques anciennes.

Rencontre sur le terrain pour les maires de Drom et Meillonnas

Karine Merle, aide éducatrice à l'école

Grande manoeuvre pour le Comité de Fleurissement

Remise de diplômes et de galons chez les pompiers

Escapade en Pays Basque pour les pompiers

"Le cimetière du château d'os", show effroi des écoliers

Les premiers casques F1 arrivent au C.P.I.

Voyage d'études pour les écoliers : de Lyon à Vienne en bateau

Journée d'études sportive sur le terrain . . .

. . . du sud au nord de la vallée.

Cérémonie en plein air pour le départ en 6ème

Fromagerie : ça avance ...

Intervillages : les Dromnières en action

Fin de chantier ...

... remise en route de la production par Jean-Claude Folliat, le fromager.

C'est la rentrée pour les 9 écoliers de Drom

Depuis une dizaine d'années, Paul Bonnet collectionne les vieux tracteurs

 
 

Pour la St Thyrse, les pompiers mettent en service leur nouveau véhicule d'intervention rapide

 

Dépillage de maïs pour l'Age d'Or

 

De la potion magique plein le chaudron

 

Pour l'éclipse, Jean-Claude voit tout noir ...

 

Les Daltons se sont évadés

 

L'aquarium de Patrimoine

 

Les démons de la nuit sont de retour

 

Retour au bercail pour les Dalton

 

En octobre, le projet de l'assainissement collectif est prêt !

La commission bâtiment étudie un projet d'agrandissement de la mairie à l'étage

Après le Comté, puis la potion magique, une nouvelle vie commence pour le chaudron, racheté par le comité de fleurissement

L'informatique et internet arrivent @ l'école

Les écoliers participent à la commémoration du 11 novembre

Emilit Roserat, ambassadrice du tri, explique aux élus la mise en place prochaine de la collecte sélective des déchets.

Concours de belote avec l'Age d'Or

(les juges ! )

Les mains pleines d'ampoules, les élus enguirlandent le village pour le passage à l'an 2000

 
 
 

Avec le CCAS, un bon repas pour les anciens

 
 
 

. . . puis la Sainte Barbe, pour les pompiers

 

Premier marché de Noël avec l'école

 

Internet : les "NTIC" expliquées aux élus (Nouvelles Technologies de l'Information et de la Communication)

 

Encore une belle prestation du Père Noël à l'école

Drom en fleurs, pendant toute la belle saison

 
 

 

Les années en 9 : Que s’est-il passé il y a 30 ans ?

 

Le nouveau conseil municipal, élu les 12 et 19 mars 1989.

Une nouvelle année en 9 débute : jetons un coup d’œil dans le rétroviseur ! Voyage en 1989 . . .

  Janvier débute avec la création d’une nouvelle association : Patrimoine, dont l’emblème est le campanile. Le mois suivant, devant une centaine de spectateurs, elle présente le film « Si Drom m’était conté », qui relate la vie du village sur une année. En février, lors du repas de chasse des Mousquetaires du Fusil, on apprend que Michèle Blatrix, secrétaire de la mairie et chasseuse depuis deux ans, vient d’abattre un sanglier de 85 kilos qui fonçait sur elle. A la mairie, on refait entièrement la salle de réunion, le perron … et on renouvelle le conseil municipal en mars ! La licence IV ayant été rachetée, le bistrot « La Remise » ouvre en avril, et trois nouveaux pompiers intègrent la compagnie : Eric Bonnet, Michel Guillot et Xavier Poncet. En mai, le soleil n’incite pas à assister à la projection diapos du comité de fleurissement. En juin, des plates-bandes sont aménagées devant la mairie, et on procède à de l’élagage sur le site des Conches en prévision de la fête du Revermont qui marquera, le mois suivant, le 30ème anniversaire de l’Association Touristique du Revermont. Un vol de matériel est constaté à la salle des fêtes, principalement de la vaisselle.

14 juillet républicain

  Le sextidi 26 messidor de l’An CXCVII de la République, on ne manque pas de fêter le bicentenaire du 14 juillet : les citoyennes chargées du service sont habillées en trois couleurs ! En août, le comportement d’un renard en plein village fait penser à la rage : l’animal est abattu par un chasseur sur demande du maire. Le conseil municipal étudie la possibilité de mettre en place un ramassage des ordures ménagères. Fin septembre, plus de 800 tartes sortent du four des pompiers pour la St Thyrse où l’on a ressorti le jeu de quilles ; une dizaine d’équipages défilent pour le corso. Après un été sec, la pluie arrive abondamment début novembre, et le tunnel se met en charge. Décembre permet de terminer l’année avec de bons repas : celui des anciens, puis la Sainte Barbe pour les pompiers.

L’heureux tunnel !

  La montée en charge du tunnel donne l’occasion à Voix de l’Ain de « publier » un poème écrit vers 1900 par Hector Caillat, instituteur et historien local, à la gloire de son instigateur, Hippolyte Gouilloux, maire de Drom :

« Heureux qui peut, au pied de nos montagnes
En suppliant la voute de Sion
Sauver de l’eau nos brillantes campagnes
Et protéger la vallée de Drom.
 
Vous aurez tous, pour un noble mérite
Les sages lois que donnent les beaux jours
Vous devez tous reconnaissance à Hippolyte :
C’est lui, l’ange de nos beaux jours. »

Le bureau de la toute nouvelle association "Patrimoine", devant son emblème.

25 dames réunies pour la sainte Agathe

Première manifestation de "Patrimoine" : un film/documentaire de quatre heures.

Environ une centaine de spectateurs

Rénovation du perron de la mairie

De nouvelles marches . . . en pierre de Drom !

27 février : l'épicéa n'a pas résisté au vent !

Ramasse : une bonne réfection pour le toit du clocher de la Chapelle des Conches !

Premières manoeuvres et formation par les anciens pour les trois nouveaux pompiers.

1er mai : assemblée générale de la coopérative

Le conseil d'administration est renouvelé . . .

. . . et augmenté de trois jeunes nouveaux membres.

En activité depuis déjà plusieurs semaines, le bistrot est inauguré le 27 mai

 

En salle, le bar est fonctionnel . . .

. . . dehors, la terrasse est accueillante . . . 

. . . sous la direction de Mireille.

Des bons moments partagés

De nouveau, Patrimoine, pour une vente de tartes

Séance photo pour les pompiers, en prévision du calendrier

14 juillet : on fête le bicentenaire !

St Thyrse : un corso remarquable

Laurel & Hardi : un duo, un tandem ?

Les repas de décembre : les anciens, avec le CCAS . . .

. . . puis les pompiers, pour la Sainte Barbe.

 

 

Saint Thyrse 2018 : la ruée sur les tartes !

  L'édition 2018 de "Drom en fête" aura été marquée, le samedi matin, pour une affluence telle sur les tartes qu'on enregistrait plusieurs ruptures de stock dès le samedi matin malgré 625 galettes cuisinées pendant la nuit par l'amicale des Sapeurs Pompiers. Après l'oignon, qui est toujours victime de son succès, fromage, praline et chocolat étaient aussi rayées de la carte.

  Le lendemain, après la messe annuelle, la deuxième journée voyait le retour du repas dominical. L'association Patrimoine avait promis un repas gastronomique, et les gourmands qui ont pu avoir des places n'ont pas été déçus : le Poulet au Clon, concocté par le chef Tissot, de Simandre, a alors fait l'unanimité.

  Une petite pluie s'est alors permis de venir gêner le début du défilé, occasionnant probablement une baisse de fréquentation, mais pas de qualité ni d'enthousiasme dans le corso.

   On notait la visite de Arnaud Thenoz, président délégué de la FNCOF, Fédération Nationale des Comités et Organisateurs de Festivités, qui tient à venir encourager les bénévoles qui animent les villages. Notant qu'il s'agit ici d'une des dernières fêtes estivales, il précisait, impressionné, qu'il "est très exceptionnel de voir un tel défilé de chars dans un si petit village".

  En effet, pas moins de huit équipages, de toutes tailles et de toutes nature, ont alors parcouru les rues, précédés par une formation musicale, les "Sonneurs de Grenoble", et leurs cornemuses écossaises.

 La journée s'est alors poursuivie sur la place, avec le retour du soleil, entre animations et musique celtique, autour d'un verre entre amis ou sur les manèges pour les plus petits.

Retour en images

Dès le jeudi, épluchage des oignons : 150 kilos seront traités dans les pleurs et la bonne humeur !

Le pétrin est sollicité toute la nuit

On ne lésine pas sur la marchandise !

Préchauffage du four

Etape délicate : la cuisson

Et la vente se déroule en un temps record : oignons, fromage, frangipane, chocolat, praline, crème et sucre.

Le dimanche débute par la seule messe de l'année dans l'église St Thyrse

Avec la sympathique participation d'une partie de la chorale de Saint Etienne du Bois.

Puis c'est l'heure du dîner de Clon !

Que des légumes du jardin !

La sauce au Clon n'a laissé personne indifférent

Arrive ensuite le défilé, avec la visite de Arnaud Thenoz, président délégué de la FNCOF

Les Sonneurs de Grenoble ouvrent la marche !

 

Voyage dans la capitale pour les Dromignons

 

Une jolie vache (déguisée en fleur ? )

Georges plus vrai que nature

. . . ou étais-ce une jolie fleur dans une peau d'vache ?

Et, toujours et partout, le soin du détail !

La Gordini à Papy !

11 novembre 1918 : 100 ans déjà !

La moto est d"époque : une véritable Triumph de 1918 !

C'est l'occasion d'aller au Tourlourou, chanter "La Madelon ! "

Cuisine haut de gamme avec les jeunes cheffes . . . une bandes de toquées !

Un char entièrement tricoté à la main . . .

. . . par Léon et Léa.

(le gang des tricoteuses a encore frappé ! )

L'ARCMA ferme la marche : une lieuse donnée par M. Raymond Guillot, de Drom, et restaurée par Thomas.

Et la fête se poursuit autour d'un verre, au son des cornemuses

Les crêpes du Club de l'Age d'Or sont les bienvenues !

Il y a même fête foraine pour les enfants

De la musique écossaise, par des joueurs bretons venus du Dauphiné !

(Merci à Christian Morandat pour la photo 43 )

Roger, pour qui sonne le glas ?

Que de bruit , juste au sommet de Marie Alice, la "petite" cloche côté Sud !

Depuis près d'un demi-siècle, Roger Corretel informe la communauté villageoise et accompagne les familles endeuillées en sonnant le glas

  A la fin de la seule messe de l'année, ou bien d'un mariage religieux, il est souvent des visiteurs qui admirent la petite église St Thyrse et, parfois, des curieux jettent un coup d'œil derrière le rideau qui sépare le clocher du chœur. " Mais ? Ce n'est pas électrique ? " est alors l'expression la plus courante quand ils découvrent deux paroissiens faisant sonner les deux cloches à la volée. Effectivement, à Drom, ne sont électrifiées que l'horloge et les sonneries des heures et des demi-heures ; et encore, seulement depuis 2012 : avant, c'est un poids qui fournissait l'énergie nécessaire en descendant dans le clocher.

Une sonnerie particulière

  Il est encore une autre occasion où les cloches sonnent manuellement : le glas informe ainsi d'un décès dans le village. Par définition, le glas signale l'agonie d'un fidèle, puis sa mort et ses funérailles, mais son usage et sa mise en œuvre varient suivant les régions, et même suivant les communes. On parle de " glas romain " dans le nord de la France, de " glas tinté " dans le sud. Le bourdon de Notre Dame de Paris n'est utilisé que pour des événements historiques ; en Haute Auvergne, le nombre de coups permettait de déterminer le sexe et l'âge du défunt.

Le spécialiste local

  Si l'usage du glas tend à s'estomper, la coutume subsiste toujours à Drom grâce à Roger Corretel. Issu d'une des plus anciennes familles de la vallée, cet agriculteur avait été sollicité par Marcel Raffin pour l'aider " un jour que ça coinçait ", il y a une cinquantaine d'années. Ce dernier lui avait alors enseigné l'art d'enchaîner les " ding " et les " dong " dans le bon rythme et, là-dessus, Roger est intransigeant : " c'est "ding, dingue, dong", et pas l’inverse ! ". En effet, les deux cloches sont simultanément sollicitées : la grosse est lancée à la volée et produit deux sons légèrement différents à l'aller et au retour. La plus petite, dont la corde est bridée suivant un réglage très précis, reçoit un coup qui doit s'insérer au bon moment entre les deux ; la moindre fausse note s'entend dans tout le village ! Il convient aussi de ne pas œuvrer au moment des sonneries régulières, au risque de provoquer des dégâts sur le mécanisme.

  Le glas est alors sonné trois fois avant les funérailles, le matin et le soir, voire à midi lorsqu'elles ont lieu l'après-midi ; puis à la fin de la cérémonie. Depuis un demi-siècle, Roger marque ainsi les deuils du village et accompagne donc ses concitoyens vers leur dernière demeure ; mais uniquement sur demande de la famille " certains le veulent, d'autres, non " précise notre sonneur qui indique avoir " gaffé " une fois en sonnant avant Pâques " je me suis fait engueuler ! "

  Beaucoup moins de familles souhaitent maintenant ce service, par conviction ou par méconnaissance. Il y a une quinzaine d'années, Roger a quand même tenté de transmettre son art, mais a repris le maniement des cordes, en s'étant assuré un suppléant occasionnel. En effet, celui qui est, à Drom, indissociable du glas, s'interroge : " qui est-ce qui sonnera pour moi ? "

Trois temps, deux cloches ... un seul homme

Force et précision, puissance et sensibilité !

Les deux cloches : Marie Alice Albert Caroline (bénie en 1904) à gauche , Albertine Alice Marie-Louise (bénie en 1923) à droite ( . . . en dessus des personnages ! )

 

 

 

 

Au fil des jours . . .