Taille des Caractères
Le Dromoscope

Articles en stock

Aujourd'hui à Drom

21 février 2020, 4 h 23 min
Surtout nuageux
Surtout nuageux
7°C
 

Soyez averti !

Tag Archives: Revermont

Fête de la science : Drom, capitale du karst

Combinant les "Rencontres d'octobre" et la fête de la science, la vallée de Montmerle Drom Ramasse a rassemblé spéléologues, scientifiques et grand public sur le thème des poljés*.

   Jacques Choppy (1926-2004) était un éminent spéléologue et karstologue, reconnu comme un des plus grands experts du monde souterrain. A son initiative, depuis 1980, le Spéléo-club de Paris organise une rencontre annuelle consacrée à l’actualité relative à l’exploration et à la recherche en spéléologie physique et karstologie. La vallée de Drom a été choisie pour l’édition 2018 où une cinquantaine de spéléologues et de scientifiques de toute la France et même de Suisse, se sont rassemblés pour travailler sur ce thème, échanger leurs expériences, leurs travaux et rendre compte de leurs explorations.

   Sur place, la logistique de ce congrès a été organisée par l’AGEK (Association de Gestion des Espaces Karstiques), en collaboration avec les communes de Drom et Ramasse, mais aussi de Corveissiat, du Département, de la CA3B (Communauté d’agglomération) et de ALTEC, le « CCSTI » de l’Ain (Centre de Culture Scientifique, Technique et Industrielle).

Des animations grand public

   En effet, en parallèle de ces rencontres, le grand public était invité à des animations à son intention. Le jeudi, à Corveissiat, plus de 120 spectateurs se sont régalé des images de Daniel Chailloux avec un diaporama en 3D, sur les plus belles grottes du monde. Deux dimanches consécutifs, c’est lors de randonnées accompagnées que les visiteurs ont pu découvrir la grotte de Corveissiat ou le tunnel de Drom. Le vendredi soir, quelques Revermontois se sont joint aux congressistes pour une conférence sur la vallée sèche de Drom Ramasse et ses particularités hydrogéologiques : « Le détestable inconvénient d’autrefois est devenu une curiosité attrayante », remarquait le maire en introduction. 

    Une première partie était alors consacrée à la géologie de la vallée par Philippe Vermeil (président de l’AGEK), qui s’aidait d’une présentation de Patrice Landry (découvreur des traces de dinosaures de Plagne). Michel Geoffray (AGEK) enchainait avec l’hydrogéologie et les phénomènes karstiques de la vallée, détaillant aussi bien les plans réalisés lors des explorations des cavités de la vallée, que les relations constatées entre les épisodes pluvieux et le niveau des eaux souterraines (et des résurgences) mesurés à l’aide de capteurs répartis dans le sous-sol.

Histoire et préhistoire

   Local de l’étape, Daniel Brochier racontait ensuite la genèse et les péripéties du tunnel de Drom, depuis l’idée émise en 1852 pour évacuer plus rapidement les eaux d’inondations de la vallée vers leur exutoire naturel des « sources intermittentes de Rochefort », dans la vallée voisine du Suran, jusqu’à la réalisation d’un canal en amont, annulé par la guerre de 1870 et finalisé en 1997, alors que le prolongement du canal aval (antérieur au tunnel) n’avait pu être accompli en 1902, puis avait été abandonné en 1997.

   Enfin, Marc Cartonnet, de l’association « Archélogie préhistorique entre Saône et Rhône », s’attachait à détailler les découvertes faites à la grotte de la Tessonière, à Ramasse. Précurseur de la préhistoire de l’Ain, l’abbé Tournier avait effectué, là, des premières fouilles en 1902, reprises à partir de 1978 par René Desbrosse. Une première série d’éléments (silex) atteste d’abord une occupation par l’homme de Néanderthal, il y a 100 000 à 300 000 ans (les premiers silex « moustériens » découverts dans une grotte), puis d’une autre occupation vieille de 10 000 à 35 000 ans. Puis une autre se rapporte à la fin de l’âge du bronze (céramique de 800 ans avant notre ère), et à l’âge du fer (jattes entre 700 et 750 ans avant Jésus Christ). Enfin, quelques restes osseux humains n’ont pu être datés, alors que des restes animaux rappellent la présence de bisons, mammouths, hyènes, rhinocéros et ours.

Le Revermont 2018 : un bon cru !

   Du côté des congressistes, Jacques Chabert, responsable de ces rencontres pour le spéléo-club de Paris, nous confie que cette 28ème édition est « un des meilleurs crus, avec un accueil super sympa, une organisation remarquable, et une considération par les élus »Un clin d'oeil à Christophe Lagarde, maître d'œuvre de cette réussite  

 * Définition

   Un « poljé » est une dépression fermée d'origine karstique, de grandes dimensions, à fond plat et à bordures escarpées, tel le val de Montmerle Drom Ramasse.

 

Dès le jeudi soir, à Corveissiat, plus de 120 personnes ont pu faire un tour du monde des grottes et des cristaux avec les vues en trois dimensions de Daniel Chailloux

Un écran spécial et deux projecteurs avec des filtres sont nécessaires

Le vendredi soir, à Drom, était consacré au poljé de Montmerle Drom Ramasse

Géologie et phénomènes karstiques de la vallée ont été expliqués en détail . . .

. . . très en détail !

Des tests par coloration et des et mesures précises permettent de mieux connaître le sous sol

 

(le résumé de l'historique du tunnel fait l'objet d'un article séparé : voir ici )

 

   Pour l'occasion, Philippe Vermeil, président de l'AGEK, s'est vu offrir un tronçon de rail ayant servi aux travaux du tunnel !

   En effet, après ce chantier, les rails et le wagonnet ont été vendus aux enchères publiques le 10 août 1869, à Rochefort. Hippolyte Gouilloux, le maire, en a donc récupéré un morceau ! La maison de son petit fils a, bien plus tard, été rachetée par le grand-père du maire actuel, qui s'est retrouvé en possession de cet intéressant vestige.

Séquence émotion pour Philippe !

Les représentants des structures partenaires de ces animations

Une visite a aussi été organisée le dimanche pour le grand public : d'abord des explications sur les particularités karstiques de la vallée et ses phénomènes hydrogéologiques . . .

. . . puis la visite du tunnel de Drom !

Jacques Chabert se dit ravi de ces 28èmes rencontres : "Un cru exceptionnel ! "

Christophe Lafarge, le chef d'orchestre de ces journées

. . . démonstration, s'il en était besoin, de la pertinence et de la légitimité du choix de Drom pour accueillir ces 28èmes rencontres d'octobre !

 

 

Route Fleurie du Revermont : Simandre lauréat 2018 avec Montagnat, Lavillat, Hautecourt et Rignat

   Cette année, l’association de la Route fleurie du Revermont, présidée par Alain Mathieu, a choisi Drom comme point de départ de sa commission d’évaluation (après un dernier passage en 2007). Après le café/croissants offert par la commune et les instructions délivrées par Michel Blanc, président de la commission, treize bénévoles ont ainsi visité 21 villages et 10 hameaux. Sur leurs fiches de notation, les points étaient attribués sur toute une série de critères pour le fleurissement : quantité, qualité, ménage des coloris et des espèces, répartition, utilisation de l’espace, aménagement des massifs ; mais aussi sur l’environnement : harmonie de l’ensemble, arbres, haies, arbustes, vivaces, gazon et propreté du village. Le but n’étant pas d’établir un classement de toutes les communes, mais de repérer un lauréat dans chaque catégorie, les lauréats d’une année restant hors concours pendant trois ans (cette année, les villages de Ceyzériat, Chavannes, Hautecourt, et les hameaux de Sanciat et de Tréconnas).

Les lauréats 2018

   Après 200 kilomètres à la découverte des villages du Revermont et de ses abords (et un petit retour intermédiaire à Drom pour une pause casse-croûte organisée par le comité de fleurissement de Drom), les trois véhicules regagnaient leur base Dromnière pour une mise en commun des résultats des trois équipes de jurés. La commission attribuait alors les premiers prix à Montagnat, dans la catégorie des communes ayant le label Village fleuri (attribué au niveau régional), Simandre sur Suran, pour les communes non labellisées, et Lavillat dans la catégorie hameaux. Le prix de la mise en valeur du patrimoine est remporté par la fontaine de Buenc (réalisation du conseil municipal d’enfants de Hautecourt Romanèche), et celui de la création par Rignat, pour un arbre sec décoré sur une butte arborée (Drom manquant de peu ce dernier trophée avec sa mappemonde du Rosset, agrémentée de papillons).

   Après une telle journée, Alain Mathieu, maire de Jasseron et nouveau président de l’association, se disait "agréablement surpris par tant de motivation et la continuité de cette démarche, porteuse d’échanges enrichissants au bénéfice du Revermont et toujours dans la convivialité". En félicitant Michel Blanc, responsable de cette commission, il remerciait aussi, pour leur accueil, la commune de Drom, son maire et son comité de fleurissement.

Retrouvailles en plein air pour l'accueil café/croissants
Michel Blanc, responsable de la commission, rappelle les consignes

Quelques précisions avec Gérard Brevet, ancien président de la Route Fleurie du Revermont

Parés pour le départ

11 heures et 200 kilomètres plus tard, les effets de la chaleur se font sentir . . .
C'est l'heure de compiler les fiches de notation

Michel Blanc centralise les notes

Détail des villages et hameaux traversés

La mappemonde du Rosset, à l'entrée de Drom, remarquée par la commission

 

 

Animations estivales : le programme de la saison

 

   Suite à la fusion de la CCTER (Communauté de Communes de Treffort en Revermont) avec 6 autres communautés de communes pour former CA3B, la communauté d'agglomération du bassin de vie de Bourg en Bresse, les "Jeudis du Revermont" deviennent les "Vendredis du Revermont" (et commenceront un jeudi) !

   La nouvelle saison a été présentée avec Monique Wiel, vice-présidente au tourisme, Sylviane Chêne, vice-présidente à la Culture, Eric Dubiel, président délégué de l'Office de Tourisme, Brigitte Morellet, présidente de la commission culture du pôle Revermont et Bérangère Bulin, médiatrice culturelle, avec Xavier Marcon, directeur du CRD (Conservatoire à Rayonnement Départemental).

   A Drom, comme toutes les années depuis 2009, un spectacle sera proposé le vendredi 27 juillet au lavoir : le duo "Java bien" de la compagnie La mesure cadencée.

   Dans ce petit bistrot, le "Java Bien", on chante à tue-tête pour se raconter les drôleries et mésaventures de la vie à Paris, de 1900 à 1950. Une histoire bien mouvementée marquée par deux guerres, mais aussi par une vie culturelle riche, de l'essor des cabarets et des cafés-concerts à l'arrivée du fox-trott, du tango, de la samba. Ce n'est pas toujours rose, mais c'est la vie ! De mélodies connues en découvertes insoupçonnées, ce duo frais et fantaisiste fait redécouvrir une époque.

   Marion Cordier et Hélène Subtil partagent avec le public l'intérêt et l'amusement qu'elles ont eu à découvrir quelques pièces du répertoire de la chanson française de la première moitié du XXème siècle. De la goulante du faubourg à la chanson d'amour, du refrain du pavé à la chanson littéraire au triomphe de Bourvil "Samba ni chaussettes", elles ne reculent devant rien : tout est prétexte à prendre du bon temps, à passer un bon moment d'émotion et d'humour. Chansons à succès ou chansons plus discrètes, chansons réalistes ou humoristiques, elles se promènent alors dans ce début de siècle qui voit succéder aux complaintes des filles de la rue et aux chants de la première guerre mondiale, les chansons swing, tangos parodiques, sambas de tous genres sortant des dancings et cafés-concerts.

   A consommer sans modération !

 

Alain Mathieu, nouveau président de la route fleurie du Revermont

A droite, les anciens dirigeants, à gauche, les nouveaux !

   Créée en 1959, l’Association Terre du Revermont (auparavant Association Touristique du Revermont : ATR), était initiatrice de la première –et longtemps la seule- route fleurie : celle du Revermont. Après sa dissolution, en 2009, une poignée d’irréductibles, amoureux des fleurs, amoureux du Revermont, ne pouvaient se résoudre à voir disparaitre la route fleurie du Revermont, qui avait fédéré jusqu’à 36 communes. Alors ils ont remonté une association, avec la participation de bénévoles et de comités de fleurissement, avec le soutien d’élus, de communes, et même du député. Gérard Brevet et Josette Desbias étaient de ceux-là : ils en ont assuré respectivement la présidence et la vice-présidence et souhaitaient transmettre le flambeau. Lors de l’assemblée générale, organisée à Jasseron, Alain Mathieu, maire de Jasseron et vice-président de l’agglomération a alors été désigné pour être le nouveau président, il sera secondé par Brigitte Morellet, maire de Corveissiat.

  Par ailleurs, lors du renouvellement du tiers sortant, Marie Louise Savey indiquait son souhait de ne pas se représenter ; le prochain bureau devra alors retrouver un trésorier puisque Marie-Louise assumait cette fonction depuis bien avant la dissolution de l’ATR.

Marie-Louise Savey, la trésorière historique de la Route Fleurie du Revermont

Feux de forêt aux Conches ?

   Certains habitants du secteur se sont inquiétés en voyant monter plusieurs camions de pompiers sur la colline : vers les Combes, vers les Conches ?

  Effectivement, cinq véhicules étaient bien sur le terrain, mais dans le cadre d'une formation "Feux de forêt". Pendant trois jours, (et une nuit), sous la pluie, douze sapeur-pompiers volontaires venus de tout le département, encadrés par deux formateurs du SDIS 01 (Service Départemental d'Incendie et de Secours) se sont ainsi exercés à l'attaque des feux de forêt, la défense des habitations, la protection des biens et des personnes.

  Parmi eux, le Sergent Anthony Poncet, chef de corps du CPI de Drom (Corps de Première Intervention) et engagé au CIS du Suran (Centre d'incendie et de Secours), mais aussi le Caporal Chef François Tholas, de Ramasse (engagé au CIS du Suran) et le sapeur Florine Raquin, du centre de Secours de Corveissiat.

 Tous sont désormais habilités à intervenir en feux de forêt (niveau 1), voir à diriger une équipe en l'absence d'un officier de niveau 2.

Le Sergent Anthony Poncet (à gauche) et le Caporal Chef François Tholas (à droite)

(Petite pause casse-croûte)

Manoeuvre de nuit : vue sur Bourg

Au fil des jours . . .

  • Association Patrimoine : des projets pour 2020

    Les panneaux du sentier karstique prêts à être installés ... en l'an 2000 !

      « L’activité 2019 a plutôt été en sommeil », déclarait Alain Borron, président de l’association Patrimoine lors de l’assemblée générale, « suite à des problèmes Lire la suite

  • Ciné : le programme jusqu’à l’été

     

        Le 17 février, à 20 h 15 : "Joyeuse retraite " (film  français  de Fabrice Bracq avec  Thierry Lhermitte, Michèle Laroque, Nicole Ferroni ), sorti le 20 novembre 2019 ; durée 1h37.

       L’heure de la retraite est enfin arrivée

    Lire la suite
  • Les années en zéro : 2000, suite et fin

    Une femme de lettres !

    Le millénaire se termine avec encore des chantiers d'infrastructures :
    station d'épuration, enfouissements des lignes électriques ;
    et l'arrivée des nouvelles animations amenées à se  pérenniser :
    un concert pour la fête et un marché
    Lire la suite

  • Sou des écoles : le retour de la fondue !

    Du pain, du Comté, de l'amitié !

        Après une interruption en 2019, 2020 marque le retour de la soirée fondue du Sou des Ecoles, qui s'est avérée être un bon cru. Pourtant, moins d'une cinquantaine de personnes est … Lire la suite