Taille des Caractères
Le Dromoscope

Articles en stock

Aujourd'hui à Drom

23 septembre 2018, 8 h 21 min
En partie clair
En partie clair
16°C
 

Soyez averti !

Tag Archives: Drom

Une agriculture prospère

Julien Péchoux au travail dans son exploitation (photo d'archives)

Une inauguration à Drom : l'installation en agriculture de Julien Péchoux, du GAEC des Landes.
Le Progrès 2018 03 28

La vallée du Suran s’engage contre les pesticides

  Sensibles à la problématique des pesticides, les communes de la vallée du Suran ont engagé une démarche "zéro phyto " au sein du Syndicat Mixte Interdépartemental du Suran et de ses Affluents (SMISA). Au 1er janvier dernier, une nouvelle structure est née de la fusion du SMISA et de syndicats voisins, sur un périmètre plus large : le Syndicat de la Rivière d'Ain Aval et de ses Affluents " SR3A ". L'opération d'abandon des pesticides dans la vallée du Suran continue toutefois, par exemple avec l'établissement de plans de désherbage pour les communes.

Collecte de produits et ateliers participatifs

   Pour les particuliers, une collecte est mise en place pour les bidons de produits phytosanitaires, vides et pleins. A Drom, ils peuvent être déposés en mairie aux heures d'ouverture du public (mercredi, de 13h à 16h et vendredi de 16h à 19h), jusqu'au 28 avril. Chaque participant se verra offrir, par le syndicat, une binette qui pourra être récupérée lors d'une animation grand public, le 28 avril, de 9h à 12h, à la salle des fêtes de Hautecourt. L'Association de Gestion des Espaces Karstiques (AGEK) sera partenaire de cette animation.

  Par ailleurs, les déchèteries récupèrent toujours, et toute l'année, les déchets liés aux produits phytosanitaires.

Du 15 mars au 28 avril, les produits phytosanitaires peuvent rapportés en mairie

Une binette offerte aux participants

 

 

A l’affiche, ce printemps

  Le 26 mars, à 20 h 15 : « Normandie nue  »  (film français de Philippe Le Guay, avec François Cluzet, Toby Jones, François-Xavier Demaison ; sorti  le 10 janvier 2018 ; durée 1h45).
 
   Au Mêle sur Sarthe, petit village normand, les éleveurs sont touchés par la crise. Georges Balbuzard, le maire de la ville, n’est pas du genre à se laisser abattre et décide de tout tenter pour sauver son village…
   Le hasard veut que Blake Newman, grand photographe conceptuel qui déshabille les foules, soit de passage dans la région. Balbuzard y voit l’occasion de sauver son village. Seulement voilà, aucun normand n’est d’accord pour se mettre à nu…
 
*  *  *
   Le 16 avril, à 20 h 15 : « Belle et Sébastien 3 : le dernier chapitre»  (film français de Clovis Cornillac, avec Félix Bossuet, Tchéky Karyo, Clovis Cornillac ; sorti  le 14 février 2018 ; durée 1h30).
   Deux ans ont passé. Sébastien est à l'aube de l'adolescence et Belle est devenue maman de trois adorables chiots. Pierre et Angelina sont sur le point de se marier et rêvent d'une nouvelle vie, ailleurs... Au grand dam de Sébastien qui refuse de quitter sa montagne.
   Lorsque Joseph, l'ancien maître de Belle, ressurgit bien décidé à récupérer sa chienne, Sébastien se retrouve face à une terrible menace. Plus que jamais, il va devoir tout mettre en œuvre pour protéger son amie et ses petits...

*  *  *

      Le 7 mai, à 20 h 15 : « La Ch'tite famille  »  (film français de Dany Boon Philippe Le Guay, avec Dany Boon, Laurence Arné, François Berléand ; sorti  le 28 février 2018 ; durée 1h47).
  Valentin D. et Constance Brandt, un couple d’architectes designers en vogue préparent le vernissage de leur rétrospective au Palais de Tokyo. Mais ce que personne ne sait, c’est que pour s’intégrer au monde du design et du luxe parisien, Valentin a menti sur ses origines prolétaires et ch'tis. Alors, quand sa mère, son frère et sa belle-sœur débarquent par surprise au Palais de Tokyo, le jour du vernissage, la rencontre des deux mondes est fracassante. D’autant plus que Valentin, suite à un accident, va perdre la mémoire et se retrouver 20 ans en arrière, plus ch’ti que jamais !

Prochain film : le 28 mai.

 Logo cinéma DROM

La fibre optique arrive (enfin) à Drom !

  Depuis les années 2010, les chantiers de travaux publics de la commune prévoyaient l’arrivée de la fibre optique en intégrant des fourreaux, puis des chambres de répartitions, lors de l’amélioration du réseau d’eau, puis de l’aménagement du cœur de village. Par ailleurs, dans le même temps, le territoire communal était aussi traversé par plusieurs artères destinées à diffuser la fibre vers les villages et hameaux du Revermont. Après les mésaventures politiques, stratégiques et financières de ce projet au niveau départemental, le village a connu, en 2017, une phase de travaux dédiés plus précis avec l’installation d’une armoire « NRO » (nœud de raccordement optique) derrière l’abribus. En dehors de la partie centrale (où les réseaux sont enterrés), il est apparu nécessaires d’installer des supports supplémentaires pour une alimentation aérienne ; pour cela, 22 conventions de surplomb ont été acceptées (sur 23) par des propriétaires.

Mise en service dès ce printemps

   La date de l’ouverture du service du très haut débit est désormais connue pour Drom : le 17 avril 2018. Une réunion publique d’information est organisée par le « SIEA » (Syndicat Intercommunal d’Energie et de E-communication de l’Ain) et la commune pour expliquer les modalités d’accès à ce service ; elle se tiendra le 3 mai 2018 à 19h. D’ici là, les usagers peuvent tester leur éligibilité à ce service sur www.reso-liain.fr : en sauvegardant leur test, ils seront automatiquement averti lorsque le secteur sera couvert. Ils y trouveront aussi les informations utiles à leur prochain raccordement, ainsi que la liste des opérateurs de services partenaires.

Un chantier de longue haleine . . .

2011 : une première artère arrive de Meillonnas ...

. . . traverse la route, au Col de France ...

... puis descend dans la vallée

Une chambre est installée au carrefour avant de continuer vers Montmerle

 

* * *

En 2012, une deuxième artère arrive de Jasseron par les Combes

Une mini trancheuse est nécessaire . . .

. . . puis une trancheuse de poche !

Elle va se raccorder à la première, carrefour de Montmerle

 

* * *

 

Quelques semaines plus tard, le centre du village est équipé de fourreaux ...

 

... et de chambres.

En 2014, une nouvelle artère part sur la route des crêtes

L'armoire "NRO" est installée en 2017

Et plusieurs nouveaux supports aériens sont nécessaires en périphérie.

.

 

 

L’enseignement comme moyen de progrès et d’émancipation

   Retour à Drom, dans la classe de Sylvain Turpin, pour le « GEM 01 », Groupe de l’Ecole Moderne de l’Ain. Adeptes du mouvement Freinet, cette poignée d’enseignant se retrouve mensuellement à travers le département pour échanger les expériences, faire évoluer les pratiques, suivant les principes de Célestin Freinet (1896-1966). Concevant l’éducation comme un moyen de progrès et d’émancipation citoyenne, cet enseignant français est à l’origine de toute une série de techniques pédagogiques. Pendant les vacances scolaires, c’est une équipe restreinte qui s’est alors réunie en Revermont, mais il n’était pas question d’annuler ou de reporter cette réunion ! Car, au niveau national, « l’ICEM » (Institut Coopératif de l’Ecole Moderne) œuvre à la rédaction d’un manifeste et mets à contribution ses « antennes » départementales.

L’essor de pédagogie différentes

   Ainsi, le GEM 01 est chargé de travailler sur le thème de la recrudescence d’écoles pratiquant des méthodes différentes. Il existe, en effet, d’autres courants similaires, principalement Montessori (initié par Maria Montessori, médecin et pédagogue italienne 1870-1952). Le GEM 01 s’est alors attelé à l’étude commune d’un rapport de Marie Laure Viaud, docteur en sciences de l’éducation et spécialiste de ces écoles dites « alternatives ». Décrivant les différentes pédagogies, l’auteure les compare et termine en présentant les différentes études menées prouvant les bienfaits de ces pédagogies actives pour la suite de la vie des enfants ayant suivis ce type d’enseignement : « Sur le plan des apprentissages scolaires, on y réussit au moins aussi bien qu'ailleurs. Sur le plan humain, les enfants y sont plus heureux, plus épanouis et les problèmes d'incivilité y sont beaucoup plus rares ». Pour ce faire, ces membres du GEM 01 ont alors utilisé la technique de « l’arpentage », consistant à se partager le livre et en étudier chacun une partie pour, dans un deuxième temps, compiler les conclusions de tous dans un rapport synthétique : une méthode dans l’esprit de leur travail quotidien !

.

 

Au fil des jours . . .