Taille des Caractères
Le Dromoscope

Articles en stock

Aujourd'hui à Drom

14 novembre 2018, 20 h 32 min
Clair
Clair
10°C
 

Soyez averti !

Tag Archives: Drom

Commémoration : toujours avec les pompiers

   08 Mai et 11 Novembre : ce n'est pas vraiment leur rôle, ni leur vocation, mais ils ne se posent même pas cette question : les sapeurs pompiers volontaires du CPI de Drom sont toujours présents aux côtés d'une bonne partie de la population pour participer aux cérémonies de commémorations.

 

Mécaniques anciennes : les belles Italiennes

  Un (petit) peu moins d'exposants, des visiteurs plus tardifs mais en quantité habituelle et, surtout, l'absence de la pluie pourtant prévue : la 25ème exposition / bourse d'échange de mécaniques anciennes a encore réjoui autant les inconditionnels des vieux véhicules que les promeneurs du dimanche. Le thème de l'année mettait alors l'Italie à l'honneur et les belles Italiennes ne manquaient pas, comme cette très rare Ferrari 250 GT Lusso de 1963 (351 exemplaires) ou la Lancia S4 Abarth de 1985, côtoyant, bien sûr, les Alfa Roméo et les Fiat. La Fiat 500 originelle trônait ainsi à côté du modèle de 2017, sorti pour son 60ème anniversaire. Les deux roues alignaient, entre autres, les cyclos sportifs des années 70 : Malagutti, Malanca, Ducati Itom, Mondial, Motini, Gilesa et autres Motoguzzi. Une Bernelli 650 Tornado indiquait sa participation au Bol d'or de 1972 où elle put terminer la course grâce au prêt d'une tige de culbuteur prélevée sur celle d'un spectateur solidaire. Du côté des tracteurs, une série de Someca et de Same entourait un Landini à boule chaude, monocylindre de 7,2 litres, équivalent outre-alpin du Vierzon. On pouvait même découvrir un motoculteur Ferrari.

Connaissances … et notoriété !

  Encore une fois une belle exposition " grâce à un fantastique réseau de connaissances de toute l'équipe " nous confient les organisateurs ; " on nous confie des véhicules en toute confiance, ce qui est appréciable : nous sommes soigneux et les traitons avec précaution ; nous sommes très fiers de cette confiance ". Il convient aussi de constater qu'au fil de plus de deux décennies, la bourse de Drom s'est aussi forgé une notoriété !

  La fête printanière est aussi une destination pour plusieurs clubs de passionnés : le Vespa Club du Val de Saône, les Volants d'Antan, le Tacot Club, le Club Mécanique des Bords de l'Ain ou l'AVAVAL (association des véhicules anciens du Valromey), sans compter les individuels qui garnissent le parking réservé de moult ancêtres de tout le siècle précédent : Aronde, Cadillac, 201 Juvaquatre, DS Panhard …

  Quant à la Moto Guzzi Dingo, premier prix de la tombola, elle a été remportée par René Marche.

En plus de l'exposition, on trouve toutes les pièces introuvables ailleurs . . .

. . . mais aussi les fiches techniques !

20ème bourse pour Annie, qui vends les tickets repas des Pilot'Ain !

Le parking des visiteurs mérite aussi le coup d'oeil !

Des clubs font de Drom le but ou l'étape d'une excursion, sur deux roues . . .

. . . ou sur quatre !

Parcours sportif : la vidéo !

  Suite à sa belle prestation au parcours sportif "local", Loïc Presti a participé au parcours sportif départemental, le 28 avril à Saint Genis Poully, où se sont retrouvés 400 pompiers de tout l'Ain.

  Là, il a réalisé un temps de 1'52"28 ; quelques centimètres lors de l'arrêt du dévidoir, puis encore lors de la dépose du tuyau lui ont fait perdre quelques secondes à chaque fois, et au moins quatre places dans le classement et il termine 13ème senior pour l'Ain.

  Retour en images :

(Merci à Elodie PRESTI pour la vidéo)

 

 

Annie Porrin, l’art et la manière

   Pour la deuxième année consécutive, lors du spectacle de l'école, les spectateurs ont aussi pu apprécier les talents picturaux des Dromignons. En effet, depuis déjà quatre ans, ces derniers suivent une animation " peinture " pendant leurs " TAP " (temps d'activités périscolaires), et il convenait de présenter leurs œuvres !

   Il parait tout aussi légitime d'évoquer celle qui insuffle bénévolement le goût, les connaissances et les techniques à ces Van Gogh en herbe : rencontre avec Annie Porrin.

Des prédispositions,et une solide formation

   Cette ancienne infirmière a toujours dessiné, depuis l'âge de huit ans, ce qui était peut-être inscrit dans ses gènes : sa mère et un cousin maniaient déjà bien le crayon. Et surtout un oncle, artiste peintre qui lui a fait découvrir la peinture, dans l'atelier duquel elle peint son premier tableau, à neuf ans. Elle décroche d'ailleurs un prix de dessin à l'école primaire, quand d'autres se distinguent en français ou en calcul. Puis la vie s'est écoulée, mais elle a décidé de reprendre les pinceaux à la retraite. Alors, un an avant l'échéance, Annie prend des cours de dessin à Simandre, intègre les bases de l'aquarelle. Puis elle participe pendant sept ans à un atelier peinture à Revonnas. Là, Jacques Flacher, puis Martin Laquet, artistes lyonnais disciples de Jacques Truphémus, lui enseignent les méthodes pour saisir des sujets sur le vif : paysages ou natures mortes. Et, depuis six ans, elle s'adonne à la peinture en solitaire dans son village de Ramasse, élargit ses expérience avec la peinture à l'huile, s'oriente plus vers l'impressionnisme.

La passion de transmettre

   Dans le village voisin, une amie lui explique que les " TAP " proposent moult activités diverses, grâce à des bénévoles, et lui demande si elle voudrait participer. C'est ainsi que la Ramacharde vient gracieusement chaque semaine transmettre son art aux Dromignons. Perfectionniste, elle peaufine ses connaissances puisqu'elle ne se contente pas de les faire travailler sur les couleurs : elle leur fait aussi découvrir des peintres référents et se diversifie vers des artistes plus modernes, plus attractifs pour les enfants, tout en évoquant toute l'histoire de l'art, depuis les peintures rupestres  jusqu'au cubisme.

Savoir peindre, mais connaître aussi les grands peintres !

   Cette dernière année, ils ont ainsi décliné les nuances et couleurs primaires sur le thème des quatre éléments, l'air, l'eau, la terre et le feu, en s'inspirant de Matisse, Natasha Wescoat (artiste américaine, née en 1982), Gustav Klimt (artiste autrichien, né en 1862) et Van Gogh. Passionnée, elle veut " ne pas remplacer le maître, mais arriver en complément, faire découvrir ", pour " que les enfants se révèlent et, pourquoi pas susciter des vocations : l'art, le dessin industriel, la communication, … ". D'ailleurs, les 45 minutes hebdomadaires ont glissé vers l'heure complète, mais " les gamins sont tellement contents et avides de tout ", s'émerveille-t-elle. Débutant le collège, l'un d'entre eux lui a rapporté fièrement : " j'ai eu 16 sur 20 en arts plastiques, c'est grâce à toi ! ", la plus belle récompense pour cette bénévole passionnée !

Le feu

L'air

La terre et l'eau

Les peintres

Pompiers 2017 : une tornade et un nouveau chef de corps

Le sergent Aviet a trancmis le commandement au sergent Poncet.

   C'est l'heure du bilan de l'année écoulée pour les pompiers. en matière d'interventions, on note quatre secours à personnes, un incendie et quatre opérations diverses ; parmi ces dernières, le fait marquant restera la tornade du 6 mars où les volontaires ont aussitôt été à pied d'oeuvre pour sécuriser le secteur dévasté de l'Enclos, et apporter de l'aide aux sinistrés.

  La compagnie a aussi tourné une nouvelle page de son histroire avec la nomination d'un nouveau chef de corps : le Sergent Anthony Poncet a ainsi pris les rênes de la compagnie à la suite du Sergent Bruno Aviet.

Et, en 2018, une modification à la présidence

  Suite à ce changement, Jérôme Terraillon (anciennement co-président avec Anthony Poncet) vient alors de se voir confier la présidence de l'amicale. Michel Guillot et Daniel Brochier sont confirmés dans leurs fonctions de trésorier et de secrétaire. quant au "nouveau" président, il propose, en plus des animations habituelles, d'organiser une manifestation caritative en fin d'année au bénéfice d'une association locale : affaire à suivre !

Au fil des jours . . .