Taille des Caractères
Le Dromoscope

Articles en stock

Aujourd'hui à Drom

18 juillet 2018, 5 h 13 min
Surtout clair
Surtout clair
15°C
 

Soyez averti !

Tag Archives: Drom

La carrière fonctionne à l’envers !

ISDI La Livette à DROM

   Exploitante de la carrière de la Livette, au Col de France (sur la commune de Drom), la société Famy, en présence de son dirigeant, Jean Famy, a convié les élus des communes voisines et les responsables départementaux de l’environnement (dont André Philippon, vice-président du conseil général) à une présentation de la nouvelle activité de ce site. En effet, pendant plus de trois décennies, sur une emprise de plus de cinq hectares, des milliers de mètre cubes de matériaux rocheux ont été extraits pour alimenter des chantiers de travaux publics (ou privés) du secteur. En fin d’exploitation, il convenait de définir le devenir de ce terrain, et les modalités de son aménagement dans le paysage. L’entreprise entamait alors des démarches pour en faire la première « ISDI » du département : installation de stockage de déchets inertes. Après les phases d’études, d’autorisations et de travaux d’aménagement, une autre exploitation pouvait alors commencer mi 2013 : l’apport de matériaux inertes. L’excavation recevra ainsi jusqu’à 360 000 tonnes de terre (non végétale), de pierres et de cailloux ne contenant pas de substances dangereuses et ne provenant pas de sites pollués. Un pont bascule accueille désormais les camions, comptabilisant les tonnages et en assurant une traçabilité, lesquels repartent en passant par un décrotteur de roues, puis sur un revêtement goudronné pour ne pas salir les voies publiques. La gestion des eaux pluviales, et des boues qu’elles peuvent déplacer, est assurée par trois bassins successifs de décantation et un bassin tampon de 750 mètres cubes. La réorganisation du site pour cette nouvelle activité représente, pour l’entreprise Famy, un investissement de 200 000 €.

La boucle est bouclée.

   Après le remodelage de la colline, une phase de revégétalisation reconstituera une prairie et une partie boisée attentive à la biodiversité.

   M. le Maire rappelait l’historique de cette aventure, soulignant les bons rapports entre l’entreprise et la commune (propriétaire de la moitié de l’emprise du site). Il évoquait les avantages d’une telle exploitation et ses retours pour la collectivité et précisait que de deux autres projets étaient en cours d’étude sur la commune. Il « oubliait » toutefois de préciser un dernier projet contre lequel il s’était opposé il y a juste dix ans, que sa nièce et adjointe avait contribué à étouffer dans l’œuf (et qui, s’il avait pu être admis après une saine réunion publique, générerait, sans nul doute aujourd’hui, des ressources nouvelles et confortables pour sa commune).

   Présent sur place, Marcel Raffin, ancien maire de Drom, nous rappelait d’ailleurs les déboires rencontrés avant le début de l’exploitation, en 1979, ce projet ayant alors fait l’objet d’une vive opposition. Il aura pourtant été une source de revenus pour la commune, puis une solution à l’évacuation de matériaux non exploitables avant que le site ne soit restitué dans le respect des normes environnementales actuelles.

01 Entrée ISDI La Livette à DROM

L'entrée du site de la Livette, au Col de France, sur la commune de DROM

03 Paysage remodelé ISDI La Livette à DROM 02 Terre contre pierre ISDI La Livette à DROM

   Le paysage se reconstitue ; après avoir fourni de la pierre du Revermont à la Bresse, le site reçoit de la terre de Bresse: dans ses six premiers mois d'exploitation, il a apporté une grosse contribution à la santé et à l'environnement avec des apports provenant de La Tienne (pour la construction d'Ovade, usine de méthanisation) et de Fleyriat (extension du centre hospitalier).

04 Pesage camion 1 ISDI La Livette à DROM 05 Pesage camion 2 ISDI La Livette à DROM

Les chargements sont pesés à l'entrée.

06 Décrotteur 1 ISDI La Livette à DROM

Avant de ressortir, passage obligatoire au décrotteur de roues.

07 Décrotteur 2 ISDI La Livette à DROM 08 Décrotteur 3 ISDI La Livette à DROM  09 Décrotteur 4 ISDI La Livette à DROM

Puis sur un parcours revêtu en enrobé, régulièrement lavé.

10 Nettoyage chaussée ISDI La Livette à DROM

11 Front de taille 1 ISDI La Livette à DROM

   En fin d'exploitation, le secteur aura retrouvé un aspect similaire à sa configuration d'avant 1979, avec une partie boisée et une prairie. Pour rappeler cet épisode industriel, il subsistera une portion de falaise, ancien front de taille, qui diversifiera le paysage et constituera un habitat supplémentaire pour la faune et la flore.

12 Front de taille 2 ISDI La Livette à DROM

Peut-être verrons-nous un jour des chamois s'approprier le site, comme à la carrière de Roissiat ? (photo ci-dessous)

Chamois Roissiat

Revue de presse : La Voix de l'Ain (24/01/2014) ; Le Progrès (31/10/2014)

L’âge d’or mais ne dort pas !

Age d'Or de DROM 04

   De Drom et ses faubourgs Nord (Montmerle), Sud (Ramasse) et même Est (Villereversure), ils sont 25 de la vallée à se retrouver toutes les semaines pour une après-midi conviviale. Sous la conduite de Alain Félix, président du club, les aînés participent aussi à l’animation locale : dernièrement, leurs crêpes en ont réjoui plus d’un lors de la fête patronale ! Ils pratiquent aussi le jumelage avec la vallée voisine, lors d’échanges réguliers avec leurs homologues de Chavannes sur Suran et envoient des délégations dans d’autres clubs du secteur, lors de compétitions (de belote !). D’ailleurs, à Neuville sur Ain, c’est la doublette « Monique et Marcelle » qui est montée sur la plus haute marche du podium !

   Les années n’altèrent donc pas le dynamisme, et la porte est ouverte : tous les jeunes de leur âge sont les bienvenus. Rendez-vous de septembre à mai, le mercredi après-midi à la salle des fêtes.

Age d'Or de DROM 03

   Les équipes suivent un entrainement intensif et régulier, au stade (couvert) de belote de la rue de la Fruitière.

Age d'Or de DROM 01

Age d'Or de DROM 02

 En annexe, la salle de sport cérébral.

Remaniement ministériel au Sou des Ecoles

Deux blondes et deux brunes pour un quatuor de choc

Deux blondes et deux brunes pour un quatuor de choc

   Le président du sou des écoles ayant souhaité mettre un terme à sa mission, l’association a procédé au renouvellement de son bureau. Cécile Page a alors été désignée pour lui succéder. Elle sera entourée de trois autres dames, reconduites dans leurs fonctions : Céline Terraillon, secrétaire, Betty Paré, trésorière de la partie accueil périscolaire (cantine et garderie) et Sandrine Guerry, trésorière pour la partie animations (fêtes, manifestations et activités des écoliers).

   Lors de sa première réunion, l’équipe a dévoilé les prochaines dates à retenir : le 5 décembre, avec les illuminations et mini marché de noël avec des créateurs. En 2015, le 31 janvier, pour la soirée fondue ; le 10 avril avec une soirée théâtre et le 05 juin pour le concert de fin d’année. Comme les années précédentes, un achat groupé de chocolats de Noël est aussi en cours d’organisation auprès d’un producteur local.

Sou des Ecoles de DROM

Sou des Ecoles de DROM

 

Finances communales : quelques précisions

Semeuse

    Le numéro 190 du Petit Dromadaire, paru le 10 octobre (non disponible en ligne à ce jour), propose quelques précisions sur les finances communales. Il reprend en cela un rapport présenté en conseil municipal le 22 juillet (notons que cette réunion, initialement prévue le 7 juillet, avait été reportée, occasionnant l’absence de  l’ancien maire – sa 2ème absence en 25 années de conseil municipal).

   Le ton de l’article fait maintenant comprendre que, effectivement, des « gens ne lisent pas le Petit Dromadaire » (cf articles du 12 avril, 26 avril et 11 mai) . . .  apparemment ceux qui l’écrivent désormais !

   En effet, en tout début de mandat, une analyse de la situation financière a été réalisée pour la nouvelle municipalité, ce qui est une décision logique, prudente  et saine.

   Il est ainsi évoqué la dette communale, d’un niveau au-dessus des moyennes départementales et régionales . . . sans analyser le détail de cette dette. Ce détail avait pourtant été expliqué à l’ensemble de la population dans Le Dromadaire N° 23 de janvier 2012 (pages 12 et 13), puis encore dans Le Petit Dromadaire N°181 de mars 2014, et les comparaisons déjà présentées dans Le Petit Dromadaire N° 164 de mars 2013. Mais désormais, il est fait abstraction des ressources générées par les opérations ayant induit cet endettement, et qui en couvrent les échéances : redevances assainissement et loyers des logements communaux.

   Ainsi, le capital restant dû,  au 31 décembre 2013  (hors crédit court terme de trésorerie), est de 308 270,77 €, représentant cinq emprunts. Les quatre premiers totalisent 247 168,69 € et leurs échéances (32 137,97 €/an, capital plus intérêts) sont couvertes par les rentrées citées plus haut (32 840,82 €) ; il reste alors le prêt effectivement contracté en 2012 pour l’opération Cœur de Village dont le capital restant dû au 31 décembre 2013 se monte à 61 102,08 € (soit moins de 280 € par habitant). Il est aussi indiqué que, pour le financement de ce projet, la commune avait puisé dans ses réserves à hauteur de 80 000 €, « limitant fortement les capacités futures d’investissement ».

   Il peut alors être judicieux de rappeler, d’abord, que cette réserve avait été « préparée » dans ce but (voir Le Petit Dromadaire N° 126 de avril 2011 et 143 de mars 2012, Le Dromadaire N° 23 de janvier 2012, page 14), puis que cette décision avait été prise pour limiter au maximum le montant de l’emprunt à réaliser, cet emprunt étant le premier et le seul de la commune à ne pas voir ses échéances couvertes par de nouvelles ressources (voir Le Dromadaire N° 23 de janvier 2012, page 13) ; et, enfin, que la commission des finances ayant proposé cet équilibre était, à part le changement de maire, la même qu’actuellement . . .

   Il est aussi noté que le crédit à court terme de 135 000 € sur 2 ans contracté en 2012 pour le financement du Cœur de Village, aurait dû être intégralement remboursé avant juillet 2014. Effectivement, ce montant correspondait aux participations (département) subventions (Etat) et fonds de compensation de la TVA (avance faite à l’Etat pendant deux années). Le détail en est expliqué dans Le Dromadaire N° 23 de janvier 2012 (page 14), puis dans Le Dromadaire N° 24 de février 2013 (page 18).

   Là, une petite phrase mérite encore un complément d’information « du fait des difficultés de trésorerie, la commune a dû la renouveler pour un montant de 20 000 € ».

   En effet, au moment de prendre ses dispositions pour faire valoir ses droits à la retraite, l’ancienne secrétaire de mairie (maman de l’adjointe, sœur du maire actuel ; en poste depuis 42 ans) a été informée d’anomalies dans les versements de ses cotisations depuis des années (des décennies ?). Ainsi, il convenait qu’une régularisation soit opérée entre différentes caisses ; sur la seule année 2013, on peut constater, dans le compte administratif (présenté le 21 février 2014 au conseil municipal par la première adjointe), que le compte 012 (charges de personnel et frais assimilés) présente un montant de plus de 45 000 € (au lieu des 25 000 « habituels »), soit une différence de 20 000 € que l’on retrouve dans l’article 6453 (cotisations aux caisses de retraite) ; il convient toutefois de diminuer ce montant de remboursements effectués l’année précédente. Le coût total, pour la commune, de ces régularisations ne peut désormais être précisé que par les services de la mairie, mais il pourrait être estimé jusqu’à environ 12 000 € (ou plus ? ).

   Par ailleurs, lors de l’opération cœur de village, une subvention FISAC avait été sollicitée début 2012 pour le parking aménagé devant la salle des fêtes. D’abord calculée à 12 990 €, elle avait reçu un avis favorable pour 11 280 € de la part du service instructeur. Arrivée début 2014, la notification de Madame Sylvia Pinel, ministre déléguée à l’artisanat, au commerce et au tourisme (et « camarade » de madame la première adjointe au maire de Drom) reprend ce calcul mais désavoue le gouvernement précédent en divisant ce montant par trois, occasionnant un « manque à gagner » de 7 520 € pour la commune (renseignements pris, d’autres demandes ont connu le même sort, mettant en difficultés les porteurs de projet. Aucune suite n’est connue sur les contestations émises par l’ancien maire).

   Puis, lors du règlement, ce sont encore environ 400 € supplémentaires qui manquent (informations ; là aussi, communiquées dans Le Petit Dromadaire N° 181, de mars 2014).

   Un recours doit alors être tenté, commencé par l’ancien maire puis partiellement concrétisé (sur le tout dernier point) par le nouveau.

Il semblerait que l’on retrouve là les 20 000 € qui manquent et ont amené la nouvelle municipalité à reconduire une ligne de trésorerie . . . !

   Enfin, la conclusion évoque des thèmes forts : « maîtrise de l’effort d’équipement », « éviter tout nouveau recours à l’emprunt », « contraintes réglementaires », « investissements nécessaires », « les dotations publiques risquent de baisser », « effet de ciseau », qu’il est bon de rappeler . . . ou de découvrir pour qui ne lisait pas les communiqués et bulletins précédents !

Voir encore : Le Dromadaire N 23 de janvier 2012, pages 1 et 13

                                    Le Dromadaire N 24 de février 2013, page 1

                                                Le Dromadaire N 25 de février 2014, page 1

 

Cinéma rural : (presque) mieux qu’en ville !

Cinéma rural à DROM 02

   La 12ème saison de cinéma a débuté à Drom sous le signe de l’innovation. Le passage au numérique apportant non seulement un niveau de qualité (d’image et de son) équivalent aux salles professionnelles, mais aussi une programmation au plus près de l’actualité cinématographique, avec projection des bandes annonces des prochains films. Depuis 30 ans, l’association Cinéma rural itinérant Bresse Revermont diffuse ainsi 14 films par an sur les 16 communes de son secteur. Après une période moins « attractive » due au fait que les films ne sont désormais plus diffusés que sous format numérique, le public semble revenir devant le grand écran des petites communes. A Drom, la même équipe de bénévoles continue après un léger remaniement (deux départs et une arrivée) : Marie-Thérèse Genin, Isabelle Poncet, Martine Vicard, Maud Brochard, Jean-François Jagu et Daniel Brochier se chargent de l’organisation de ces soirées ciné (affichage, logistique, projection).

   Le tarif est toujours de 3 € (1,5 € pour les moins de 12 ans) et chaque ticket permet de participer au tirage au sort pour gagner une place gratuite ou l’affiche du film.Logo cinéma

A l’affiche

   Le 13 octobre, à 19 h 30, « Opération casse-noisette » (dessin animé sorti le 06 août 2014 ; durée, 1 h 26)

Affiche Casse Noisette

  Surly est un écureuil malin et ingénieux. A peine débarqué en ville, il repère un magasin de noix avec un stock suffisant pour nourrir tous les animaux de la forêt pendant l’hiver. Mais pour pénétrer cette forteresse, il va avoir besoin d’aide. Assisté de ses amis, il va mettre au point un plan rocambolesque pour organiser le vol du siècle. Evidemment, rien ne va se passer comme prévu…


Opération Casse-noisette
Opération Casse-noisette Bande-annonce VF

   Le 3 novembre, « Brèves de comptoir » (sorti le 24 septembre dernier ; durée 1 h 40)
Affiche Brèves de comptoir

   Une journée de la vie du Café L’Hirondelle, sur une petite place de banlieue, en face d’un cimetière. De l’ouverture à 6h30 du matin jusqu’à la fermeture à 22h30, les clients entrent, boivent, parlent, sortent, rerentrent, re-boivent et reparlent de plus belle. Ils composent un drôle d’opéra parlé, une musique tendre et cocasse, un cantique de pensées frappées au coin du plaisir d’être ensemble, un verre de vin blanc à la main. Le génie populaire danse.

 
Brèves de comptoir
Brèves de comptoir Teaser VF

Le 24 novembre « Tu veux ou tu veux pas » (sorti le 1er octobre 2014 ; durée 1 h 28).Affiche Tu veux ou tu veux pas

   Lambert, sex addict repenti, tente de se racheter une conduite en devenant… conseiller conjugal. Abstinent depuis plusieurs mois, la situation se complique lorsqu’il recrute une assistante, la séduisante Judith, dont la sexualité débridée va très vite mettre ses résolutions à rude épreuve…


Tu veux ou tu veux pas
Tu veux ou tu veux pas Bande-annonce VF

   Le 15 décembre, à 19 h 30, Le grimoire d'Arkandias, sortie le 22 octobre, 1 h 32)

Affiche Le Grimoire d'Arkandias

   Dans le village de Ronenval, tout semble normal. Trop normal pour Théo qui ne rêve que d’une chose : échapper à son destin de boloss. Un jour, il déniche à la bibliothèque un livre de magie qui contient les secrets de fabrication d’une bague d’invisibilité. Avec l’aide de ses meilleurs amis Bonnav et Laura, il décide de fabriquer cette bague. Surprise : Théo disparaît pour de bon ! Victime de trois sorcières, il reste bloqué dans l’invisibilité...Il se lance alors dans une course effrénée contre le temps. Arkandias, un étrange individu toujours à leurs trousses, est peut être le seul à pouvoir les aider.

 
Le Grimoire d'Arkandias
Le Grimoire d'Arkandias Bande-annonce VF

Le 26 janvier, « Samba » (sortie programmée le 15 octobre 2014 ; durée 1 h 58).

Affiche Samba

   Samba, sénégalais en France depuis 10 ans, collectionne les petits boulots ; Alice est une cadre supérieure épuisée par un burn out. Lui essaye par tous les moyens d'obtenir ses papiers, alors qu'elle tente de se reconstruire par le bénévolat dans une association. Chacun cherche à sortir de son impasse jusqu'au jour où leurs destins se croisent... Entre humour et émotion, leur histoire se fraye un autre chemin vers le bonheur. Et si la vie avait plus d'imagination qu'eux ?

 
Samba
Samba Bande-annonce VF

Cinéma rural à DROM 01

Une partie de l'équipe locale.

Au fil des jours . . .