Taille des Caractères
Le Dromoscope

Articles en stock

Aujourd'hui à Drom

14 novembre 2018, 21 h 44 min
Clair
Clair
9°C
 

Soyez averti !

Tag Archives: Drom

Rallye du Suran : belle prestation de Fumex, Paubel et Terraillon

   Jérôme Terraillon et Jean Baptiste Fumex, les locaux de l’étape (Clio Williams N° 55), étaient confiants pour ce 24ème Rallye du Suran, et bien leur en a pris : engagés « pour se faire plaisir », ils terminent 2ème de leur catégorie et 34ème au classement général malgré une avarie mécanique vite solutionnée par Nicolas Paubel.

   . . . mais écoutons plutôt Jérôme, le copilote,  nous raconter "sa" course :

 " Quel rallye !
   Un super week-end haut en émotions et surtout en sensations.
   Un premier tour sous la pluie, tranquille, le vendredi soir, le temps de se mettre en route.
  Le premier tour du samedi matin avec le retour du soleil et du grand JB d'entrée dans la spéciale de Chavannes :  la confiance est là et la Williams est en forme.
  Deuxième tour l'après-midi moins drôle avec une très bonne épreuve à Chavannes,  mais nos vieux démons nous rattrapent dans celle des Conches : Titine ne veut plus avancer, on fait la moitié de la spéciale au ralenti et on rentre pessimistes au parc.

  Nicolas Paubel règle le problème et on repart pour finir en ménageant notre monture.

   Bilan : on termine 2ème de la classe A7 et 34 ème au général, un résultat que l'on obtient pour la première fois !

  Comme dit JB :" on a buté le "chat noir" qui nous collait depuis quelques temps "

  Un grand merci à nos familles et amis qui nous ont suivis tout le week-end, à Nicolas Paubel pour l'assistance et le reste, et à nos sponsors ( MCA, Job Concept, Gil levage, Transport Fumex, MGP, Dgp, Alb'enseigne)

PS: la "zen attitude",  ça marche ! "

Au départ de la première épreuve spéciale des Conches

 

Parc photovoltaïque : rencontre avec la population

   Au sud de Drom, en limite de Ramasse, les anciennes carrières Guinet-Derriaz ne sont plus exploitées depuis 1998 pour la pierre de taille ; elles sont aujourd’hui propriété de l’entreprise société Carrières Blanc. Cette zone étant à réhabiliter, un projet est imaginé pour valoriser le site avec un parc photovoltaïque, porté par la société EDF Renouvelables, qui étudie sa faisabilité, puis construira et exploitera une centrale. Une permanence d’information a alors été organisée en mairie (et une autre en mairie de Ramasse) : Marina Canteau de Menezes, chef de projet, se proposant de le présenter aux habitants et de répondre à leur questions. Peu d’entre eux se sont déplacés, signe probable qu’il ne suscite pas d’inquiétude ou d’opposition. Le maire indiquait qu’il avait toutefois reçu quelques réactions, portant sur le gain attendu pour la commune, la durée de l’exploitation et le devenir du site, mais aussi sur l’utilisation de l’énergie produite : sera-t-elle destinée au village ? Sur place, les questions évoquées portaient sur les études environnementales, les relations avec la carte communale en cours d’élaboration, le canal d’évacuation des eaux d’inondation et le raccordement au réseau.

La consommation de 600 foyers

   Le périmètre étudié représente une surface de sept hectares et il est estimé une puissance attendue de deux MégaWatts crête, soit la consommation moyenne de 600 foyers. Par un raccordement souterrain, l’énergie produite serait alors injectée dans le réseau par l’intermédiaire de la ligne proche du site. La faisabilité reposant sur plusieurs critères, des études environnementales paysagères,  socio-économiques et techniques sont alors menées par des bureaux extérieurs indépendants. Il est noté que l’Agence Locale pour l’Energie et le Climat (ALEC 01) n’a pas été consultée, mais « ce pourrait être pertinent », reconnait la responsable du dossier.

   Au final, le site présenterait des rangées de panneaux inclinés (de un à deux mètres de haut) ayant une durée de vie de 20 à 30 ans. Après les études et le dépôt du permis de construire, une enquête publique sera organisée dans les tout prochains mois.

Etat actuel du site (octobre 2017)

 

Le monument prêt pour le centenaire

   La prochaine cérémonie du 11 novembre marquera le centième anniversaire de la fin de la première guerre mondiale. Le monument vient alors d’être nettoyé par quelques membres de l’association Patrimoine avec maire, adjoint et cantonnier : la pierre de Drom a retrouvé son éclat d’origine !

   Auparavant, le monument avait été nettoyé en 1998 :

Et il a été restauré en 2009  (extrait du Dromadaire N° 21) :

De nouveau flambant neuf !

Les Dromignons ont réinvesti leur classe unique

Les Dromignons peuvent être fiers : leur label Eco école est renouvelé, faisant d’elle le plus petit établissement labellisé, et dans la plus longue durée (6ème année consécutive) !

   Tout l'été, l'école a fait l'objet de travaux de réaménagement, et c'est avec quelques modifications que les Dromignons ont retrouvé leur classe unique. Des " CP " aux " CM2 ", ils sont ainsi douze garçons pour trois demoiselles, dont trois nouveaux arrivés chez les plus jeunes : Aymeric, coincé entre deux Gabin.

Accessibilité et sécurité

   Les modifications estivales ont principalement porté sur l'accessibilité pour tous avec la création d'une rampe d'accès et la modification des toilettes, mais aussi la sécurité avec l'installation d'un visiophone pour la porte d'entrée, et d'une alarme incendie.

Un nouveau symbole

   Ignorée de beaucoup, la cloche a été déplacée, depuis l'autre côté du bâtiment,  au-dessus de la porte et mise en service solennellement. Portant la date de 1937 (installation ou rénovation ?), " Elle se veut symbole de la longévité de notre école ; puisse-t-elle sonner encore de nombreuses années ! ", indiquait le maire.

Les parents découvrent ou redécouvrent la classe

Il est l'heure : rassemblement au son de la cloche !

Sécurité : un visiophone pour les visiteurs

 

Longévité

   L'école communale construite en 1840 devenant trop petite (actuelle salle polyvalente), "l'école de garçons" est mise en service en 1886. Devenue mixte en 1904 ("classe des grands"), elle est classe unique depuis 1925.

L’école propre et nette pour la rentrée !

Elus, parents et bénévoles derrière "leur" école !

   Après le chantier estival de mise aux normes d'accessibilité, quelques élus, des parents d'élèves et d'autres bénévoles, ont complètement vidé l'école pour une grosse opération de ménage, de dépoussiérage et de rangement avec Sylvain Turpin, le maître : les Dromignons retrouveront leur classe comme neuve.

On sort TOUT le mobilier pour le nettoyer . . .

. . . et on en profite pour jeter ce qui est devenu inutilisable . . .

. . . mais on répare ce qui peut l'être !

Livres et accessoires passent aussi au dépoussiérage.

 

Le cantonnier se charge de nettoyer la cour

Encore un p'tit coup d'balai !

Sylvain, le Maître d'école, s'active de tous les côtés

 

Au fil des jours . . .