« Depuis 2011, des travaux ont été effectués pour préparer l’arrivée de la fibre optique dans la commune ; des artères passent sur le territoire . . . mais ne faisaient que passer ! » expliquait le maire de Drom en introduction de la réunion publique organisée conjointement avec le « SIEA », Syndicat Intercommunal d’Energie et de e-communication de l’Ain. Depuis le 17 avril dernier, ce service est opérationnel pour le village, et un dixième de la population s’est déplacé pour en découvrir les principes et les modalités d’accès. En présentant le syndicat, Walter Martin, son président, rappelait la genèse du projet : « il y a plus de dix ans, le choix de l’Ain a été d’apporter la fibre à tous les habitants ; c’est notre marque de fabrique et notre fierté : l’amener dans tous les territoires les plus ruraux ». En effet, il s’agit là d’un enjeu indiscutable d’aménagement du territoire, de développement économique et de service public, au même titre que l’électrification du monde rural au cours du XXème siècle. Le réseau Li@in, premier réseau d’initiative publique de France, place ainsi le département largement en avance dans ce domaine ; il vise l’équipement de 392 communes de l’Ain d’ici fin 2021 (la société Orange n’ayant choisi d’équiper que les 15 communes les plus urbaines pour des raisons de rentabilité).

Un service public, et un choix de partenaires privés

  Assisté de Valérie Ecochard, Philippe Dubost, directeur du SIEA, détaillait ensuite les caractéristiques de la fibre optique, qui permet de multiplier jusqu’à 50 le débit des données transférées, sans atténuation avec la distance. Fait exceptionnel, à Drom, 90 % des bâtiments sont éligibles à ce service, la moyenne se situant plutôt en dessous de 50 % pour les communes desservies.

  Pour accéder au service, il convient d’abord de vérifier son éligibilité sur le site du réseau Li@in (www.reso-liain.fr), puis de choisir un opérateur parmi les 26 partenaires qui proposent leurs services aux entreprises, ou les 6 pour les particuliers. Deux d’entre eux étaient d’ailleurs présents à Drom pour expliquer leurs sélections de services. La souscription d’un abonnement déclenche alors le processus de raccordement du logement ou du bâtiment au réseau de fibre optique, financé par le SIEA jusqu’à une prise terminale optique à l’intérieur du bâtiment. Il reste alors à effectuer les branchements internes avec les équipements privés : ordinateur, téléphone, télévision, etc. Mais, quel que soit l’opérateur et l’abonnement choisis, aucun règlement n’est débité avant l’ouverture effective du service.

Un atout pour la commune

  Depuis la mise en service du 17 avril, Drom compte d’ailleurs déjà quelques abonnés. Les questions n’ont alors pas manqué, marquant l’intérêt pour ce service, principalement sur les modalités techniques, mais aussi sur les portabilités de numéros de téléphone et d’adresses courriel, ou chaque réponse a été rassurante et chaque crainte effacée. Une inquiétude a aussi été émise sur l’impact en matière de santé publique, mais la fibre n’utilise que la lumière et n’émet aucun rayonnement électromagnétique : elle est plus passive que le cuivre. Par ailleurs, la wifi est aussi dix fois moindre que le téléphone portable.

  Une nouvelle étape dans l’ère du numérique !

Walter Martin, président du SIEA

Philippe Dubost, directeur du SIEA

Valérie Ecochard

Une procédure simple !